1. Accueil

  2. CRYPTO : quel bilan pour 2021 ?

Actualités22 décembre 2021

CRYPTO : quel bilan pour 2021 ?

Est-il trop tard pour se lancer dans l’investissement en crypto actifs ? Alors que certains évoquent une bulle spéculative prête à exploser d’un jour à l’autre, d’autres estiment que les projets blockchain et crypto sont la plus grande opportunité d’enrichissement de notre époque. Il semble donc que l’année à venir pourrait réserver de belles opportunités pour les crypto-érudits.
Qu’en est-il réellement ? Sommes-nous en train de vivre une véritable révolution numérique aussi colossale que l’avènement du web il y a 20 ans ?

Après avoir levé le voile sur certains concepts encore flous pour de nombreux épargnants, c’est avec un des meilleurs spécialistes du domaine que nous tenterons d’y répondre.
Nous avons eu le plaisir de rencontrer Owen Simonin, plus connu sous le nom de Hasheur. Jeune entrepreneur pionnier dans la blockchain en France, il partage aujourd’hui ses connaissances à plus de 450 000 abonnés sur sa chaîne YouTube.

2021, l’année de la décentralisation

Il y a quelques mois, vous étiez nombreux à nous remercier de vous avoir éclairé dans notre newsletter consacrée au bitcoin. Aujourd’hui, l’écosystème des actifs numériques est plus dynamique que jamais, évoluant à une vitesse que plus personne ne semble contrôler.

Les experts du secteur crypto s’aventurent déjà à quelques prédictions pour une année 2022 qui s’annonce mouvementée sur les marchés financiers. Et tandis que ces spécialistes ont probablement un coup d’avance pour profiter de cette agitation des marchés, la grande majorité des investisseurs est encore à la traîne.

Chaque jour, nous recevons les témoignages d’épargnants curieux, avides de conseils, mais trop souvent dépassés par cet univers technologique qui peut sembler opaque et compliqué. Car derrière les termes DeFi, Metaverse, ou encore NFT, se trouvent des innovations et des projets qui sont aujourd’hui bien plus que de simples concepts.

Voici donc quelques clés de compréhension sur les termes qui ont marqué la planète crypto en 2021.

INFORMATION :
Les informations fournies dans cet article ne constituent pas des conseils d’investissement, des conseils financiers, des conseils de négociation ou tout autre type de conseil. Cet article n’a pas pour objectif de recommander l’achat, la vente ou la détention de crypto-monnaies. Effectuez votre propre contrôle préalable et consultez votre conseiller financier avant de prendre toute décision d’investissement.

 

Les Non Fungible Tokens, ou NFTs

Bien qu’ils existent depuis près de 10 ans, les NFTs ont connu une croissance monumentale cette année. À tel point que certaines enchères ont dépassé le stade de l’entendement.

L’œuvre numérique Everydays: The first 5000 days de l’artiste Beeple a battu tous les records, après avoir trouvé un acquéreur pour la modique somme de 69 346 250 dollars lors d’une enchère chez Christie’s. Rien que ça.

« Mais pourquoi payer autant pour du virtuel ? » Honnêtement, qui ne s’est pas déjà posé la question. Cette interrogation revient aussi souvent au sujet des œuvres d’art (les vraies, celles faites de matière que l’on peut toucher). Et la réponse tient en 4 mots : unicité, rareté, demande, spéculation.
Et à en croire les moteurs de recherche, la tendance NFT est partie pour s’installer durablement.

Évolution du nombre de recherches du mot-clé « NFT » sur Google en 2021

 

Un Non Fungible Token, abrégé sous le terme NFT, est un jeton non fongible.

La fongibilité, c’est plutôt simple à comprendre. Prenons l’exemple de deux billets de 20 euros dans votre portefeuille. Vous êtes peut-être en possession du premier billet imprimé lors de la création de l’euro, ainsi que d’un deuxième billet imprimé il y a quelques mois. Peu importe quand, comment et où ils ont été créés, ces deux billets ont exactement la même valeur de 20 euros. Aucune différenciation n’est possible, ils ont les mêmes caractéristiques, et une fonction unique : servir de monnaie d’échange contre un bien ou un service. Cet exemple fonctionne de la même manière pour un Bitcoin.

Les NFTs sont l’exact inverse. Chaque entité (token) est unique, infalsifiable, avec des caractéristiques propres, et n’est pas interchangeable avec d’autres NFTs. Chacun a sa valeur, son utilité, et il est impossible de le diviser. Ce sont des unités numériques authentiques. Un NFT est une création digitale unique, qui s’échange grâce à la technologie de la blockchain.

Avant les NFTs, la valeur numérique existait. Acheter des points de vie ou une certaine quantité de monnaie virtuelle dans un jeu vidéo contre des euros, par exemple. Mais la rareté numérique n’existait pas. Dès qu’un actif numérique est copiable, qui plus est à l’infini, le seul moyen de le rendre rare ou unique était d’en bloquer l’accès.

Dans le domaine de l’art par exemple, la blockchain permet grâce aux NFTs de retracer l’ensemble de la vie d’une œuvre ou d’un actif numérique, et surtout d’en garantir son authenticité. Cette technologie résout en parallèle certains problèmes de propriété et de droits d’auteur qui ont longtemps causé du tort à la communauté artistique. Des plateformes comme AsyncArt permettent aux artistes de percevoir des redevances sur les futures ventes des œuvres qu’ils ont créées, alors même qu’ils ne sont plus propriétaires de l’œuvre en question.

Cette technologie ouvre les portes d’un monde de possibilités infinies. Dans le secteur de l’art, du sport, du jeu vidéo et bien d’autres, les nouveaux projets et applications ne cessent de voir le jour. Et les investisseurs y croient, en témoigne la levée de fonds record de la start-up française Sorare (580 millions d’euros) en septembre 2021. Au cœur de leur business model : un mélange de fantasy football, de collections et d’échanges de cartes de joueurs virtuelles (NFT).

Bien qu’une révolution numérique naissante semble se consolider derrière cette tendance (dont le marché est, à l’heure actuelle, potentiellement surévalué), il faut toujours se méfier de quelques pièges. Tous les projets NFTs ne prendront pas de valeur. Peu d’entre eux, à vrai dire.

Avant d’investir, demandez-vous toujours d’où vient la vraie valeur d’un actif numérique, quelle est son utilité, et comment évaluer son potentiel dans le futur.

Pour aller plus loin sur les NFTs :

La notion de finance décentralisée (DeFi – Decentralized Finance)

C’est une invention qui bouleverse le monde de la finance tel que nous le connaissons actuellement.

La finance décentralisée – que nous appelons DeFi – est un système financier global ouvert à tous, pensé et construit grâce à internet. Cette avancée technologique, intimement liée aux blockchains et aux cryptomonnaies, est considérée comme une alternative, ou une amélioration du système bancaire et financier traditionnel. Sans intermédiaire, moins cher, plus efficace, équitable et transparent.

« Ces technologies vont révolutionner de nombreuses industries. La première que l’on constate est celle de la finance avec la légitimité grandissante des cryptomonnaies. Et si cela semble abstrait pour beaucoup de personnes parce que nous bénéficions en France d’une situation financière plutôt stable, il ne faut pas oublier que plus de 50% des gens de ce monde ne sont pas bancarisés. Ces technologies sont un changement de paradigme total pour ces personnes. »Thibaut Boutrou, COO de Just-Mining.

La naissance de la DeFi et les multiples innovations qui l’accompagnent introduiront sans doute de nouvelles manières de fonctionner, afin de remédier à de nombreux problèmes rencontrés dans le système bancaire actuel.

Pour mieux comprendre les avantages mis en avant par les adeptes et les acteurs de ce nouvel écosystème d’échange financier, voici un tableau comparant quelques caractéristiques des systèmes de finance décentralisée avec celles des systèmes traditionnels.

DeFiFinance traditionnelle
Vous pouvez réellement conserver
votre argent, aucun tiers ne pourra y accéder
Votre argent est sur des comptes appartenant à
une entreprise (exemple : une banque)
Les transferts sont quasi
instantanés, pour de très faibles frais
Les paiements peuvent
prendre plusieurs jours
Votre activité est enregistrée
sous un pseudonyme
Votre nom est associé
à chaque transaction
Tout le monde peut accéder aux
services de la DeFi gratuitement
Des conditions et des frais s’appliquent
pour accéder aux services bancaires
Les marchés sont ouverts en
permanence et constamment à jour
Les heures de repos dans les institutions
financières empêchent les transactions
La transparence est de mise : tout le
monde peut inspecter le
fonctionnement du système dans sa globalité.
Vous ne pouvez pas consulter les activités de
votre banquier, à qui il prête,
ou comment la banque gère ses investissements.

Que peut-on faire avec la DeFi ?

Le terme de DeFi regroupe les différents produits et services financiers accessibles depuis une blockchain :

  • transférer de l’argent partout dans le monde ;
  • accéder à de nouvelles monnaies ;
  • emprunter des fonds, avec ou sans garantie ;
  • prêter et collecter des intérêts ;
  • épargner ;
  • trader ;
  • financer un projet ;
  • souscrire une assurance ;
  • gérer un portefeuille d’actifs financiers.

Et bien d’autres encore. L’écosystème DeFi est construit sur des réseaux sécurisés et utilise des accords écrits dans des lignes de code, inscrites sur une blockchain publique. C’est ce que l’on appelle les smart contracts pour sécuriser les opérations, garantissant ainsi la démocratisation de l’accès aux services financiers au plus grand nombre.

Pour accéder à ces différents services, il suffit d’ouvrir un compte permettant de créer un portefeuille sur une application, et d’y transférer des euros ou des cryptos. C’est comme se créer un compte bancaire, qui permettra d’effectuer des transactions sur différentes plateformes de finance décentralisée.

Comme pour tout investissement traditionnel, il est bien sûr nécessaire de se prémunir des risques en s’adressant à un acteur fiable. Faites vos propres recherches et renseignez-vous bien auprès d’experts du domaine afin d’éviter les applications frauduleuses et risquées.

Comment la DeFi peut-elle fonctionner avec une telle volatilité du cours des crypto-monnaies ?

Le manque de stabilité de la valeur des cryptos est un problème que la communauté DeFi a su régler en partie grâce aux stablecoins (oui, encore un mot anglais).
Ce terme désigne des crypto actifs utilisables sur une blockchain, au même titre que du bitcoin par exemple, dont la valeur est indexées sur celle des monnaies classiques comme le dollar.

L’USD Coin par exemple, est un stablecoin permettant d’échanger des jetons de cette crypto monnaie contre des devises comme l’euro ou le dollar :

  1. un utilisateur envoie 1 000 dollars sur son compte de plateforme d’échanges crypto ;
  2. il demande à échanger ses dollars contre des USD Coin ;
  3. l’émetteur des USD Coins (la plateforme) utilise un smart contract pour créer un montant égal de USD Coins ;
  4. ces 1 000 USD Coins sont envoyés sur le compte de l’utilisateur en échange de ses dollars. Ils sont maintenant utilisables pour diverses opérations financières décentralisées ;
  5. ils pourront être de nouveau transformés en réels dollars.

« Pour citer un exemple concret, chez Just Mining, nous proposons des solutions d’épargne permettant d’obtenir jusqu’à  10% d’intérêts sur des stablecoins à travers une plateforme française simple et intuitive qui ne nécessite aucune compétence particulière. Dans un contexte où les placements d’épargne traditionnelle ne rapportent plus rien, ces alternatives séduisent de plus en plus évidemment. »Owen Simonin, CEO de Just-Mining.

Une grande préoccupation des régulateurs (banques centrales, gouvernements, etc.) est que la DeFi pourrait remplacer les banquiers et les courtiers qui appliquent actuellement les lois contre le blanchiment d’argent, créant un environnement économique inconnu que les régulateurs peuvent craindre.

La DeFi séduit autant qu’elle inquiète dans les plus hautes sphères. François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France, pense que la liberté laissée aux acteurs décentralisés ne peut pas être totale. Dans l’espoir d’aboutir à une collaboration de ces deux mondes, il déclare qu’il serait judicieux de trouver des solutions pour « favoriser l’innovation et les progrès qu’elle (la DeFi) comporte, tout en préservant la stabilité et des règles ».

Tandis que certains régimes comme la Chine déclarent la guerre aux monnaies virtuelles, notre gouvernement préfère de son côté légiférer progressivement et informer les citoyens, notamment en publiant des contenus explicatifs dédiés aux crypto actifs. Vous pouvez en retrouver quelques exemples sur economie.gouv.fr.
D’autres pays comme le Salvador prennent le pari de reconnaître le bitcoin comme monnaie nationale, au même titre que le dollar.

En savoir plus sur la DeFi et les DApps :

Metaverse : une porte vers un univers parallèle

Nouvel eldorado pour les geeks, ou naissance d’un nouveau monde ? Les métavers ont fortement alimenté les débats cette année, en particulier après que Facebook, renommé Meta, annonçait vouloir concentrer ses efforts et beaucoup de moyens sur cette technologie. Mais de quoi s’agit-il concrètement ?

Donner une définition du métavers peut s’avérer complexe, en raison de la multitude de technologies impliquées : réalité virtuelle, intelligence artificielle, blockchain et cryptos, etc.
Globalement, il s’agit d’un outil, au même titre qu’internet, permettant de s’immerger et interagir dans un univers virtuel ouvert, infini, évolutif.

À l’aide d’un casque virtuel et de capteurs, l’utilisateur est transporté dans un monde numérique. C’est un peu Matrix, dans la vraie vie. Dans ces mondes, les possibilités imaginables sont illimitées, et la plupart du temps interconnectées avec le réel. Et pourtant, nous ne sommes qu’à l’aube des progrès attendus.

C’est une opportunité d’investissement qui attire aujourd’hui de nombreux passionnés de technologie, mais pas seulement. De plus en plus d’épargnants peuvent s’y intéresser et investir dans le secteur, notamment grâce aux ETFs dédiés aux métavers, ou encore en achetant certaines cryptomonnaies utilisables dans ces univers.

D’ailleurs, quel est le rôle des cryptomonnaies dans tout ça ? Sans entrer dans les détails techniques, les technologies blockchain et leurs cryptos apportent de la valeur réelle aux univers parallèles créés dans les métavers. Elles peuvent servir de monnaie d’échange dans un jeu (tokens), à garantir faire l’acquisition d’un bien virtuel (NFT), ou à acheter un emplacement publicitaire pour les marques. En résumé, la blockchain permet de bâtir et de lier économiquement un monde virtuel à un autre puis à la réalité.

Certaines industries adhèrent totalement à ces nouveaux outils. Le sport et le e-sport font partie des adeptes de premier ordre. En témoignent plusieurs investissements massifs réalisés en 2021.
FTX, plateforme d’échange crypto, a dépensé plus de 360 millions de dollars dans le baseball, l’e-sport, et le basketball grâce entre autres à un partenariat avec l’équipe des Miami Heats. Son rival Crypto.com répondait en devenant le sponsor officiel de la Série A en Italie et du Paris Saint-Germain, puis en apposant son nom sur le mythique Staples Center des Los Angeles Lakers.

« Nous avons vécu une année riche en émotion et en innovation. L’adoption de bitcoin comme monnaie national au Salvador est aussi une décision historique qui risque d’ouvrir beaucoup de portes.
Nous pourrions citer d’autres exemples comme ce nouvel ATH (all time high, point le plus haut d’une cryptomonnaie) de bitcoin, l’explosion des NFTs et du Metavers, et l’arrivée de nouveaux géants sur ce marché. »
Thibaut Boutrou.

Quelques ressources sur le Métavers :

Investir dans les technologies blockchain en 2022 ?

Beaucoup d’opportunités, mais aussi des pièges à éviter. Voici un sujet intéressant sur lequel nous avons eu l’occasion de discuter avec Owen Simonin, alias Hasheur.

Vous commencez à vous intéresser aux cryptomonnaies ? Voici quelques ressources pour faire le premier pas :