Crédit : tout savoir sur le crédit immobilier, le crédit consommation et le rachat de crédit

Crédit à la consommation, crédit en ligne immédiat, crédit auto, crédit renouvelable… Qu’il s’agisse de financer sa maison, ses vacances, sa voiture ou encore ses études, le recours à un crédit apparaît comme la solution par défaut pour de nombreux particuliers. Avec l’avènement du web et la multiplication des plateformes de souscription en ligne, la plupart des établissements bancaires et organismes de crédit ont pris le train en marche et proposent désormais leurs services en ligne : simulateurs, comparateurs, prise de rendez-vous, envoi de demandes, de justificatifs. 

Dans ce guide, vous trouverez toutes les réponses à vos questions sur les différents types de crédits, les taux, les durées d’emprunt, les conditions de souscription, les avantages mais aussi les inconvénients de ce financement.

 

Paiement à crédit : définition

Si l’apparition des premières sociétés de crédit immobilier, dont le célèbre Crédit Foncier de France, remonte au XIXe siècle, le principe du paiement à crédit se généralise en France à partir des années 1920. Le crédit à la consommation, lancé dans les années 1950, marque un véritable tournant dans la société : les Trente Glorieuses battent leur plein, le pouvoir d’achat est en hausse, les ménages s’équipent en électroménager et le crédit à la consommation devient synonyme d’un meilleur niveau de vie. Les familles les plus modestes peuvent désormais s’offrir une cuisinière à gaz, un réfrigérateur, voire une machine à laver. Les grandes marques de l’époque, comme Moulinex, misent alors sur l’emprunt pour booster leurs ventes. Et les premiers établissements de crédit font leur apparition.

Sofinco et Cetelem ouvrent le bal au début des années 50. D’autres suivront : Cofinoga en 1968, Cofidis en 1982, Franfinance en 1989. 

Le crédit en France : quelques chiffres

crédit à la consommation france
8 Français sur 10 empruntent de l'argent au cours de leur vie

Prendre un crédit, par définition, consiste à financer un achat ou un projet en plusieurs fois, en réglant des mensualités sur une période donnée, définie dans les termes du contrat. En France, il est possible de passer par sa banque pour souscrire un prêt (notamment immobilier) ou de se tourner vers un établissement spécialisé dans le crédit : Cofidis, Cofinoga, Cetelem, Sofinco, etc. Ces organismes sont généralement des filiales des banques traditionnelles :

  • Cofidis au Crédit Mutuel,
  • Cetelem à la BNP Paribas,
  • Sofinco au Crédit Agricole,
  • etc.

Cette solution est très prisée des ménages français. Quand on les interroge sur le crédit, 8 Français sur 10 déclarent avoir déjà emprunté de l’argent (79%). Cette proportion est légèrement plus faible chez les 18-24 ans, qui sont tout de même 63% à déclarer l’avoir déjà fait. La fréquence des emprunts est, quant à elle, assez importante : près d’un Français sur 5 emprunte au moins une fois par an (17%). Mais s’ils empruntent, ils prêtent aussi beaucoup : 63% des Français ont déjà prêté de l’argent dont 72% chez les 18-24 ans et 78% chez les petits emprunteurs.

Le saviez-vous ? En France, le montant moyen d’un emprunt est de 4 858 €.

Lorsqu’il s’agit d’emprunts, le premier réflexe des Français est de se tourner vers leur banque (72%), à laquelle ils sont plus fidèles que la majorité des pays européens, puis vers la famille (38%) et enfin vers les organismes de crédit (26%).

Le crédit immobilier

crédit immobilier
Le montant moyen d'un crédit s'élevait à 165 448 € en 2018

Pour de nombreux particuliers, il est inconcevable de devenir propriétaire sans avoir recours au crédit immobilier. Plus de 6 Français sur 10 acquièrent leur première résidence principale grâce à un emprunt. Cette solution peut servir à financer toutes sortes de projets immobiliers : premier achat, investissement locatif, achat d'une résidence secondaire ou encore un rachat de prêt immobilier. Véritable institution en France, le crédit immobilier est presque devenu un passage obligé pour quiconque cherche à devenir propriétaire. C'est dans cette optique que le groupe Crédit Immobilier de France a été créé par exemple.

Par définition, le crédit immobilier concerne les opérations d'achat d'un bien immobilier à usage d'habitation (ou professionnel et d'habitation) ou d'un terrain destiné à sa construction. Il existe différents types de prêts, lesquels sont conçus pour répondre aux attentes des emprunteurs en fonction de leur situation, de leur niveau de vie et du projet. 

En fait de prêt immobilier au singulier, il vaudrait mieux parler de prêts immobiliers. On distingue les prêts classiques, comme le crédit amortissable ou encore le prêt-relais, qui constituent le principal financement de l’opération, des prêts aidés, qui viennent compléter un apport personnel par exemple.

Le saviez-vous ? En 2018, la durée moyenne d'un prêt immobilier était de 218 mois (environ 18 ans) contre 219 mois en décembre 2017.

Les prêts classiques

crédit immobilier prêt classique
Crédit amortissable : le choix de 6 Français sur 10

80% des ménages en France ont recours au crédit immobilier pour financer l'acquisition de leur résidence principale. Pour la plupart d’entre eux, le financement s’effectue via un prêt immobilier dit “amortissable”. C’est la formule de crédit la plus classique avec ce type d’opération. Décrocher un prêt implique de présenter un profil et un dossier solides à son prêteur, lequel peut être votre banque, ou l’une de ses concurrentes. Tout dépend de qui vous propose le crédit le plus avantageux. 

Pour cela, les particuliers sont de plus en plus nombreux à avoir recours au courtage immobilier. D’après un sondage réalisé par Opinionway, 35 % des Français ont fait appel à un courtier pour leur crédit. Une tendance qui monte à 60 % chez les moins de 35 ans. L’objectif est double : décrocher le meilleur taux mais aussi gagner du temps en s’épargnant des démarches de prospection auprès des banques, difficilement compatibles avec un travail à temps plein et / ou une vie de famille par exemple. 

D’autres montages financiers existent, moins courus car plus complexes pour l’emprunteur : le prêt in fine (parfois appelé prêt relais), le prêt hypothécaire ou encore le crédit-bail immobilier pour les entreprises. 

Les prêts aidés

On les connaît sous divers nom : PTZ, prêt fonctionnaire, prêt épargne logement, prêt à l’Accession sociale, prêt Paris Logement, etc. Ces “coups de pouces” financiers viennent en complément d’un prêt immobilier classique. Là encore, il faut différencier les prêts complémentaires comme le PTZ (ou sa version verte l’ECO-PTZ), le Prêt Action Logement (PAL) ou encore les aides des collectivités locales des prêts aidés principaux, comme le Prêt Conventionné ou le Prêt Accession Sociale. 

Selon les prêts, les conditions d’attribution varient. Certains exigent de ne pas dépasser des seuils de ressources (PTZ) ou de réaliser des travaux (ECO-PTZ). D’autres sont cantonnés à certaines professions (Prêt Fonctionnaire). D’autres encore dépendent de la situation géographique du bien convoité (Prêt Paris Logement). 

Renégocier un prêt immobilier

D’une année sur l’autre, les taux d’emprunt évoluent. Ces dernières années, les statistiques ont enregistré une baisse historique des taux de crédits immobiliers. Une opportunité pour les emprunteurs, qui peuvent en bénéficier grâce à la renégociation de crédit. Cette double opération (bancaire et immobilière) consiste à revoir les conditions d’emprunt initiales avec le prêteur, afin de négocier un taux plus avantageux

Pour qu’une renégociation de prêt immobilier soit envisageable, trois conditions doivent être réunies :

  • vous devez être dans la première moitié de votre crédit immobilier ;
  • avoir au moins 0,70 voire, 1 point d'écart entre le taux de votre crédit et le taux actuel pratiqué aujourd'hui sur la même durée ;
  • avoir encore au moins 70 000 € de capital restant dû.

Avec une renégociation, deux possibilité : 

  • garder la même mensualité tout en réduisant la durée, donc rembourser plus vite ;
  • garder la même durée tout en réduisant le montant de vos mensualités et du coup récupérer du pouvoir d'achat mensuel.

Le crédit à la consommation

crédit à la consommation mariage
Un mariage sur deux environ est financé à crédit

Les ménages français font confiance au crédit. Voyage, vacances, électroménager, voiture, caravanes, travaux, études, mariage, naissance… En 2019, il n’est rien qui ne puisse s’acheter à crédit ou presque. En 2018, les crédits à la consommation ont progressé de +5% par rapport à 2017, selon l'Association Française des Sociétés Financières. Le marché du crédit, et ses supports, est en pleine expansion. 

Le montant des crédits est compris entre 200 € et 75 000 €, et la durée de remboursement est supérieure à 3 mois. En plus des acteurs “classiques” du crédit à la consommation (Cofidis, Cetelem) et des banques, on trouve les enseignes de la grande distribution et les compagnies d’assurance. Il est désormais possible de prendre un crédit chez Carrefour Bank, Leclerc, AXA, à la Banque Postale ou encore chez Hello Bank, Macif si vous souhaitez un crédit en ligne rapide

Dans ce guide, nous vous aidons à bien choisir le crédit dont vous avez besoin pour financer votre projet. En commençant par bien faire la distinction entre les différentes catégories de crédits à la consommation

Le prêt personnel : un crédit sur mesure

Produit phare des établissements de crédit, le prêt personnel ou sur mesure est le résultat que l’on obtient lorsqu’on entre “prêt sans justificatifs” dans Google. Si l’expression est vraie sur le fond, elle est trompeuse sur la forme. Contrairement à ce qu’on l’on pourrait croire, le prêt personnel n’est pas “sans justificatifs de revenus” mais sans justification. C’est ce appelle un prêt non affecté : l’emprunteur qui contracte un prêt personnel n’a aucun motif à avancer. Ce crédit peut servir à financer n’importe quel projet (ou presque) voire plusieurs projets à la fois : acheter une voiture, remplacer un vieux lave-linge, partir en vacances, refaire sa cuisine mais aussi payer ses dettes, ses charges ou encore ses impôts.

Le prêt affecté : pour des projets bien définis

On les connaît sous d’autres noms : crédit auto, crédit travaux pour ne citer qu’eux. Les crédits affectés sont destinés à financer un achat ou un bien défini au préalable dans les termes du contrat. Moins souples d’utilisation que le prêt personnel, ils offrent en revanche davantage de garanties à l’emprunteur. Avec un crédit auto par exemple, l’emprunteur n’est pas tenu de rembourser son crédit en cas de non-livraison ou de livraison défectueuse du bien. Si la livraison est annulée, le crédit l’est aussi

Le crédit renouvelable

Autrefois appelé "crédit revolving", le crédit renouvelable est une formule de crédit à la consommation, comme le rappelle le site de l'Institut National de la Consommation, qui correspond à la mise à disposition d'une somme d'argent que le bénéficiaire peut utiliser librement. Le disponible se reconstitue au fur et à mesure des remboursements. On le trouve notamment dans les grands magasins, sous forme de carte de crédit, proposée par les enseignes accompagné de plusieurs solutions de paiement.

Avec ce type de crédit, les taux d’emprunt sont nettement plus élevés qu’avec un prêt personnel ou affecté. Il n’est pas rare de trouver des TAEG autour de 11% voire 12% sur de petits montants (moins de 1 000 €).

La Location Avec Option d’Achat : l’essayer, c’est l’acheter

Pour les consommateurs qui souhaitent se faire une idée précise sur un bien d’équipement avant achat, la Location avec Option d'Achat (LOA) est un bon compromis. Cette option permet de louer un véhicule avec la possibilité de l'acheter à la fin du contrat. Un financement automobile qui séduit les emprunteurs qui peuvent ainsi utiliser une voiture neuve régulièrement en ayant la possibilité d'en devenir le propriétaire à la fin de la période de location. 
Appelée à l'origine location avec promesse de vente ou leasing, la location avec option d'achat (LOA) peut s'étendre sur deux à cinq ans, avec possibilité, au terme du contrat de location, d'acheter le véhicule pour un prix décidé à l'avance.

Le rachat de crédit

rachat de crédit surendettement
Trop de crédits en cours ? Pensez à les faire racheter

Pour de nombreux emprunteurs, le cumul de crédits peut entraîner un déséquilibre du budget. Aux charges mensuelles “normales” s’ajoutent en effet les mensualités, ce qui diminue considérablement le reste à vivre du ménage. Un crédit rembourse l’autre, et l’on a vite fait de tomber dans une spirale de surendettement. Une des solutions les plus courantes, c’est le rachat de crédit. Comme son nom l’indique, cette opération consiste faire racheter vos différents crédits en cours par un établissement bancaire ou de crédit différent du vôtre. Une fois le rachat soldé, votre nouveau créancier va fusionner vos différents crédits en un seul (plus long, mais avec un taux d’intérêt plus faible).

Une alternative, le regroupement de crédit, consiste à rassembler ses différents prêts au sein d’un seul et unique prêteur, qui détient déjà au moins un de vos crédits en cours. L'objectif ? Diminuer votre endettement.

Vous pouvez regrouper ou faire racheter :

  • un crédit immobilier ;
  • un crédit immobilier et des crédits à la consommation.

Les crédits à la consommation seuls ne sont pas éligibles au rachat de crédit (durées trop courtes, montant trop faibles). Pour les regrouper, vous devez y inclure au moins un crédit immobilier. Ce faisant, vous n’avez plus qu’un seul prêteur, un seul taux, un seul échéancier, une seule mensualité. Vous simplifiez la gestion de vos prêts, en plus de regagner du pouvoir d’achat de diminuer votre endettement.  

Banque ou organisme pour mon rachat de crédit ?

Vous envisagez de faire racheter vos crédits ? Cette opération est possible auprès des établissements bancaires traditionnels et des organismes de crédit. Chacun présentant des avantages et des inconvénients.

  • Pour procéder au rachat de crédit, les banques exigent généralement des emprunteurs qu’ils domicilient leurs comptes chez elles. Un amendement au projet de loi Pacte (Plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises) pourrait supprimer cette obligation lors de l’entrée en vigueur de la loi en juin 2019.
  • Les organismes de crédits (Cetelem, Cofidis, Sofinco, etc) n’appliquent pas cette condition, en revanche la plupart se montrent beaucoup moins ouverts au rachat de crédit immobilier. Ces organismes, spécialisés dans les crédits à la consommation, n’acceptent d’inclure les prêts immobiliers qu’à certaines conditions. 

Rachat de crédit : à consommer avec modération ?

S’il est possible de faire racheter ses crédits autant de fois qu’on le souhaite, ce n’est pas une raison pour en abuser. Un crédit vous engage et doit être remboursé. La même règle  s’applique au rachat. Un rachat de crédit est une opération bancaire longue et fastidieuse, qui implique souvent de devoir changer d’établissement bancaire et de payer des frais
Avant d’envisager une simulation de rachat de crédit : faites une simulation. Cela reste le meilleur moyen d’évaluer la rentabilité et les risques de cette opération

Appelez-nous

Nos experts sont disponibles de 9h à 19h du lundi au vendredi


Ou demandez à être rappelé gratuitement

Se faire rappeler

Etre rappelé gratuitement

Nos experts sont disponibles de 9h à 19h du lundi au vendredi

Merci de renseigner un numéro valide

Merci !

.

Connectez-vous !

Votre email n'est pas valideMot de passe oublié ?Merci de renseigner votre mot de passe

Déjà inscrit ?

Ouverture du service imminente !


Laissez-nous votre email pour la piqûre de rappel

Plus qu'une étape avant d'accéder à votre simulation !

Sécurisez votre compte pour accédergratuitement à votre simulation

Votre email n'est pas valideVotre numéroMerci de renseigner votre numéro de téléphone

En cliquant sur "Voir ma simulation" j'accepte lesCGU
et serai automatiquement inscrit afin de profiter des services de TacoTax

DEJA INSCRIT ?