1. Assurance-vie : le couteau suisse de l'investisseur

Assurance-vie : le couteau suisse de l'investisseur

Sommaire de l'article

L'assurance-vie tient une place de choix dans le cœur des Français ! Répondant à bon nombre de projets de vie, de la retraite à la transmission en passant par la diversification du patrimoine. Son atout principal ? La possibilité de se constituer un capital sur le long terme ! Avec, en prime, une fiscalité allégée, les assurances vie, qu'elles soient en unités de compte ou en fonds euros, représentent l'enveloppe parfaite pour épargner, investir et transmettre. Fonctionnement, définition et comparatif : tout sur l'assurance vie avec Tacotax !

Simulez votre épargne grâce à l'assurance vie

Jusqu'à 350€ offerts avec Yomoni.

Simulation gratuite

Le contenu de cet article a été mis à jour le 23 novembre 2020.

    Qu’est-ce que l'assurance-vie ?

    Une assurance vie, à quoi ça sert exactement ? C'est un produit d’épargne à moyen et long terme. L’assurance vie sert à épargner et faire fructifier son capital, pour soi-même ou ses proches. À la fin du contrat, vous (ou, en cas de décès du souscripteur, le ou les bénéficiaires que vous avez désignés) toucherez les sommes investies augmentées des gains éventuels et diminuées des frais. 

    Avec l'argent ainsi placé, vous pouvez choisir d'investir dans des fonds composés d'OPCVM, de trackers, de certificats, etc., ou bien de jouer la carte de la sécurité au détriment du rendement. 

    Pour autant, les contrats d'assurance-vie ne doivent pas être confondus avec les assurances décès, l'un étant un produit d'épargne, et l'autre un véritable outil de prévoyance.

    ► Lire aussi : Assurance vie : comment ça marche ?

    Pourquoi souscrire un contrat d'assurance-vie ?

    Toujours aussi populaires ?

    Nous sommes toujours à la recherche du meilleur placement, et il faut bien dire que l’assurance-vie est toujours le placement préféré des Français. En effet, ils plébiscitent ce placement investi sur le fonds en euros.

    Mais est-ce toujours judicieux ? En 2020, le rendement moyen de ces fonds, toutes compagnies confondues, est de 1 à 1,10 %, nets de frais de gestion. Voilà qui reste encore deux fois plus élevé que celui des autres produits à capital garanti (livrets d’épargne et PEL, notamment) qui ont des taux d'intérêt fixés à 0,50 %.

    Pourtant, il semblerait que la tendance soit à la baisse en matière de popularité : à partir de 2015, les assurances vie ont peu à peu baissé de régime, avec une collecte en épargne standard de 44 milliards d'euros en 2019. Aujourd'hui, cette épargne standard pratiquée par 90 % des ménages n'affiche qu'un faible 48 % des encours totaux, contre 55 % en 2012...

    À noter également que, depuis la loi finance voulue par Emmanuel Macron, la fiscalité de l'assurance vie a beaucoup changé. 

    Un produit qui respire la liberté

    Véritable couteau suisse de l'investisseur, une assurance vie attire principalement par la liberté qu'elle offre : 

    • Une fois votre assurance vie ouverte vous pouvez réaliser des versements réguliers ou non, vous êtes libre de gérer votre contrat comme bon vous semble.
    • Bonne nouvelle, vous n’avez pas de limite de montants, c’est sans doute ce qui plaît le plus et qui fait de ce produit le préféré des Français.
    • Vous avez la possibilité de clôturer votre assurance vie à tout moment même si nous vous conseillons de la garder ouverte pendant au moins huit ans.

    Une gestion personnalisée

    Autre avantage non négligeable : vous avez la possibilité d'opter pour la gestion de votre choix ! Si les connaisseurs préfèrent probablement gérer eux-mêmes la diversification de leur patrimoine, les contribuables n'ayant pas les connaissances nécessaires, ou même le temps, pourront déléguer la gestion de leur assurance vie :

    • Une gestion libre (c’est vous qui décidez de la répartition et des arbitrages),
    • Une gestion déléguée (auprès de votre conseiller),
    • Ou encore souscrire à des options automatiques de gestion (investissement progressif, sécurisation des plus-values, rééquilibrage automatique…).

    Deux principaux types de contrats

    Au sein des assurances vie, on note plusieurs types de contrats, ce qui permet à chacun de trouver chaussure à son pied. En ressortent deux en particulier, les plus utilisés par les contribuables.

    Les contrats monosupport en euros

    Dans un premier temps, il faut savoir que près de 80 % des actifs que les contribuables détiennent au sein d'une assurance vie sont positionnés en tant que fonds euro. En effet, la carte de la sécurité est bien souvent jouée, et placer son capital sur un support garanti permet d'éviter tout risque de perte, tout en bénéficiant d'un rendement plus intéressant qu'un livret A, par exemple.

    Un contrat monosupport répond ainsi à un besoin de placement sécurisé, puisque toutes les sommes versées sur l'assurance vie sont investies entièrement en fonds euros. 

    Votre capital versé est investi dans des produits ne présentant aucun risque : obligations d'État, obligations d'entreprises, etc. Si vous le désirez, vous pourrez également dédier une petite partie de ce capital au marché financier ou dans l'immobilier, tout en conservant la garantie de sécurité. 

    Les contrats monosupport séduiront surtout les épargnants au profil prudent, qui favorisent la sécurité à la rentabilité. Et oui, un contrat souscrit à 100 % en fonds euros ne vous permettra pas donc de bénéficier du dynamisme de certains marchés, notamment immobilier ou financier. Les avantages sont alors nombreux :

    • Capital investi garanti et intérêts de l'année acquis grâce à "l'effet de cliquet",
    • Versement majoritairement investi dans des obligations,
    • Revalorisation annuelle des versements,
    • Frais de gestion et d'arbitrage moins élevés qu'un contrat multisupport.

    Mais, puisque rien n'est blanc ou noir, il est également important de mentionner les quelques inconvénients d'un contrat de ce type :

    • La faible rentabilité, en échange de la sécurité, avec un taux variable,
    • Des frais propres à l'établissement bancaire, à déduire pour trouver la rémunération nette,
    • Le manque de diversification de vos actifs.

    Les contrats multisupports

    À vous de jouer ! Vous pouvez diversifier votre épargne en plaçant votre capital sur différents supports. Vous pouvez évidemment en placer une partie en fonds euros afin de la sécuriser, tandis que le reste portera sur des actifs financiers appelés unités de compte (UC).

    Ces unités de compte sont investies dans des parts de fonds composés d'actions, d'obligations, de parts de SCPI, et autres valeurs mobilières. C'est un contrat avantageux pour plusieurs raisons :

    • le choix d'investissement : vous décidez où va votre argent,
    • la rentabilité potentielle : les gains et les plus-values réalisées peuvent être très intéressantes en comparaison d'un fonds euro,
    • la possibilité de déléguer une partie ou l'entièreté de la gestion de votre assurance vie.

    Un contrat d'assurance-vie, par définition, peut contenter tous les profils. Si vous êtes plus à la recherche de rendement que de sécurité, privilégiez un contrat multisupport, bien plus risqué, car dépendant des fluctuations des marchés immobiliers et financiers. 

    En ce qui concerne le mode de gestion, il faut bien retenir que votre choix sera important ! Temps, investissement et connaissances pèsent dans la balance. Vous pourrez faire votre choix entre plusieurs options :

    • en gestion libre, vous êtes seul à construire et gérer votre portefeuille, ce qui demande certaines connaissances et du temps à y consacrer.
    • en gestion profilée, un gestionnaire se charge de tout, selon votre appétence au risque et vos demandes.
    • avec une gestion sous-mandat, la gestion entière de votre assurance vie est assurée par un gestionnaire.
    • en gestion pilotée, votre capital est réparti en fonds euros et en unités de compte selon des options prévues automatiquement (répartition constante, investissement progressif ou encore sécurisation des plus-values).

    Quels sont les avantages de l'assurance-vie ?

    Pour financer le projet d'une vie, faire fructifier son capital dormant ou vous préparer à votre départ en retraite, l'assurance vie peut se révéler très intéressante pour différentes raisons.

    En fer de lance, la possibilité de se constituer un capital sur le long terme. Là où les livrets d'épargne défiscalisés type livrets A n'offrent un rendement que de 0,50 % tout en étant plafonnés, les assurances-vie vous permettent de bénéficier de rendement pouvant aller jusqu'à 2 % en monosupport en fonds euros, et bien plus en unités de compte.

    Vous pouvez retirer votre capital au bout de quelques années sans être imposé sur les intérêts réalisés, ou bien compléter simplement vos revenus via des retraits, ou encore transformer votre capital en rente viagère. 

    Autre bon point trop souvent oublié, les assurances vie permettent de transmettre son patrimoine de façon optimale grâce à sa fiscalité avantageuse et à la liberté offerte pour choisir ses bénéficiaires. 

    Inconvénients de l'assurance vie

    Un accès parfois limité

    De plus en plus d’assureurs modifient les conditions de leurs nouveaux contrats afin que leurs clients se détournent de ce fonds. Certains les obligent à investir jusqu’à 30 % en UC à chaque versement.

    Frais de gestion

    Le premier désavantage de l’assurance vie est l’ensemble des frais concernés. Entre les frais d’entrée, de gestion et d’arbitrage, les dépenses engagées peuvent être assez onéreuses :

    • Les frais de gestion varient d’un contrat à l’autre. Ils sont en moyenne compris entre 0,6 % et 1 % du capital total constitué.
    • Les frais d’arbitrage s’appliquent quand vous modifiez les supports sur lesquels vous avez investi. Ils s’élèvent entre 0 et 1 % du montant transféré. Ils peuvent également être forfaitaires, c'est-à-dire un montant préalablement défini pour chaque transfert.
    • Les frais sur versement, appelés aussi frais d’entrée, sont prélevés à l’ouverture du contrat, à hauteur de 0 à 5 % du montant versé. Certains contrats prévoient un barème dégressif suivant le montant de la prime, mais un prélèvement supérieur à 3,5 % est peu intéressant, car il pénalise votre rendement final.

    À lire également : Comment racheter son assurance-vie ?

    Quelle fiscalité pour l'assurance-vie ?

    Le Prélèvement Forfaitaire Unique

    Depuis le 27 septembre 2017, les intérêts issus des versements que vous avez effectués sur votre contrat d'assurance-vie se voient appliquer la flat tax, ou Prélèvement Forfaitaire Unique. Le PFU s'applique uniquement lorsque vous retirez totalement ou partiellement une partie de votre capital de votre assurance-vie. 

    À noter qu'un retrait d'une somme inférieure à 150 000 € sera imposé à 7,5 % par le PFU s'il est effectué après 8 années de détention. Autrement, le PFU est appliqué à hauteur de 30 % (12,8 % + les 17,2 % correspondant aux prélèvements sociaux.

    Si vous n'effectuez aucun retrait, vous n'aurez rien à payer !

    Les prélèvements sociaux

    Ils s’appliquent différemment selon la nature des supports d’investissement. Sur les fonds en euros, qu’ils soient souscrits dans un contrat monosupport ou multisupports, ils sont prélevés chaque année sur les intérêts versés (depuis 2011 pour les fonds euros des contrats multisupports).

    L’imposition de la rente viagère

    Le montant de la rente s’ajoute au revenu imposable pour une partie seulement de son montant.

    Est-ce que l'assurance-vie entre dans la succession ?

    Si le bénéficiaire de votre contrat est votre conjoint ou partenaire de PACS, il ne sera redevable d’aucun droit de succession, même si vous avez alimenté votre contrat après 70 ans.

    Pour les autres bénéficiaires, le traitement fiscal de l'assurance vie varie selon l’âge de l’assuré lors du versement des primes :

    • pour les primes versées avant 70 ans : après application de l’abattement de 152 500 € par bénéficiaire, les capitaux sont taxés à 20 % dans la limite de 700 000 €, puis à 31,25 % (soit à partir de 852 500 €), depuis le 1er juillet 2014 ;
    • pour les sommes versées après 70 ans : un abattement unique de 30 500 € s’applique, quel que soit le nombre de bénéficiaires.

    Pour les versements effectués avant le 13 octobre 1998 sur des contrats souscrits avant le 20 novembre 1991, l’intégralité des capitaux est exonérée de droits de succession.

    Comment souscrire une assurance vie ?

    Une assurance vie peut être souscrite par différentes personnes :

    • Un agent ou un courtier,
    • Par l’intermédiaire de votre banque,
    • Via des associations d’épargnants.

    Mais attention, gardez à l'esprit que l’assureur est tenu de vous informer des caractéristiques des produits qu’il vous vend. Depuis 2010, comme pour n’importe quel autre produit financier, l’intermédiaire qui commercialise une assurance vie doit connaître vos objectifs et vos projets afin de vous conseiller au mieux. En effet, en connaissant votre profil il pourra vous proposer le produit qui correspond à vos besoins. 

    ►Lire aussi : Comment trouver la meilleure assurance vie ?

    Comment fonctionne une assurance vie ?

    Avant tout, la sécurité

    Généralement ce qui rend un produit financier populaire c'est la confiance et la sérénité qu'on a en le prenant. Du moins c'est le cas en France, ce n'est pas pour rien que l'assurance-vie est le produit préféré des Français.

    Ses fonds en euros offrent une grande sécurité. L’argent investi est garanti année après année, même si les marchés boursiers sont durablement en chute. Le client souscripteur prend donc bien moins de risque en s'engageant. Il sait où il met son argent et n'a pas à regarder derrière son épaule constamment.

    De plus, avec l'assurance vie pas de risque de moins-value : vous aurez une rémunération chaque année. Pourquoi ? Car elle varie selon les assureurs et selon les contrats. Sans oublier que les intérêts annuels sont acquis au fil du temps : c’est ce que les assureurs appellent "l'effet de cliquet".

    Un capital toujours disponible

    Quelques mois ou plusieurs années après la souscription, les sommes investies sur un fonds en euros, quel qu’il soit sont disponibles.

    Quel impôt sur l'assurance-vie ?

    Les intérêts acquis au fil du temps ne sont soumis à l’impôt sur le revenu qu’en cas de retrait d’argent. Avant, plus le contrat était vieux, plus la fiscalité était dégressive. Cependant, avec la loi de finances 2018, ce n’est plus systématiquement le cas. Mais rassurez-vous, elle reste très avantageuse surtout à partir des 8 ans du contrat. 

    Adapté à des objectifs de vie multiples

    Selon une étude Ipsos-FFA de mars 2018, "toutes les classes d’âges et toutes les catégories socioprofessionnelles sont détentrices d’assurances vie". Cette diversité des profils n’est pas étonnante, car ce produit s’adapte à tous les objectifs, quelle que soit la période de vie dans laquelle on se trouve :

    • Placer une épargne de précaution,
    • Faire fructifier à plus long terme un capital,
    • Le transmettre,
    • Se garantir des revenus complémentaires.

    ► À lire également : Flat tax et assurance vie : ce qu'elle change pour votre contrat

    Comparatifs assurance-vie : les meilleurs taux de rendement en 2020

    Avec une moyenne autour de 1,5 %, les taux des fonds en euros de l’assurance vie ne font pas d’étincelles en 2020. À peine de quoi éponger l’inflation. Trouver le meilleur contrat d'assurance vie passera forcément par un comparatif en ligne ! Entre les banques classiques type Crédit Agricole et BNP, les banques en ligne type Boursorama et les courtiers d'assurances type Linxea, qui propose l'assurance-vie la mieux adaptée à vos besoins ?

    ContratRendement fonds eurosFonds UCGestion1er versementFrais de versementFrais de gestion
    Fortuneo Vie1,6 % à 2,4 %179 (OPCVM, trackers, immobilier, certificats)Pilotée, libre ou profilée100 €0 %0,6 % à 0,75 %
    Puissance Avenir1,6 % à 2,4 %718 (OPCVM, trackers, immobilier, certificats)Pilotée, libre ou profilée100 €0 %0,6 %
    Yomoni Essentiel1,6 %21 (OPCVM, trackers)Pilotée ou libre1000 €0 %0,6 %
    Darjeeling1,3 %994 (OPCVM, trackers, immobilier)Pilotée ou libre100 €0 %0,6 %
    Digital Vie1,6 % à 2,4 %468 (OPCVM, trackers, immobilier, certificats)Pilotée, libre ou profilée100 €0 %0,6 %
    Linxea Avenir1,6 % à 2,4 %690 (OPCVM, trackers, immobilier, certificats)Pilotée, libre ou profilée100 €0 %0,6 %
    Evolution Vie1,76 %111 (OPCVM, immobilier)Pilotée ou libre500 €0 %0,6 %
    Puissance Sélection1,2 %391 (OPCVM, trackers, immobilier)Libre1000 €0 %0,6 % à 0,75 %

    Pour aller plus loin :

    Foire aux questions

    🤷 Comment récupérer l’argent d’une assurance-vie ?

    Si vous êtes souscripteur d'un contrat d'assurance-vie, vous avez la possibilité de demander un rachat d'une partie, ou de toute votre épargne constituée avant même le terme du contrat. Il est également possible de demander une avance, sous forme de prêt consenti sur lequel sera appliqué un taux d'intérêt.

    Simulez votre épargne grâce à l'assurance vie

    Jusqu'à 350€ offerts avec Yomoni.

    Simulation gratuite

    Cet article vous a été utile ?