1. Livrets, plans et comptes épargne

  2. Le compte épargne logement (CEL)

  3. Épargne Logement : pourquoi vous devriez y penser dès maintenant

Épargne Logement : pourquoi vous devriez y penser dès maintenant

Sommaire de l'article

C’est décidé, vous allez enfin acquérir votre première résidence principale. Pour préparer au mieux ce beau projet immobilier, il va falloir mettre un peu d’argent de côté. La solution ? L’épargne logement ! Intérêts bancaires et souscription à un prêt immobilier à conditions avantageuses, voilà ce que vous proposent le Plan d’Épargne-logement (PEL) et le Compte Épargne-Logement (CEL). Tacotax vous explique en détail pourquoi vous devriez penser à l’épargne logement dès maintenant. 

Simulez votre épargne grâce à l'assurance-vie

Simulation gratuite

L’épargne logement, quelles solutions ? 

Un produit d’épargne logement a toujours pour objectif d’aboutir à un prêt immobilier souscrit pour acquérir une résidence principale ou pour y faire des travaux et des aménagements. Plan d’Épargne Logement et Compte Épargne Logement, quelles différences ? 

Le Plan d’Épargne Logement 

Le Plan d’Épargne Logement est un produit d’épargne réglementé dont le taux de rémunération est fixé par les pouvoirs publics. Son objectif ? Permettre aux Français de devenir propriétaires en bénéficiant d’un prêt immobilier à taux préférentiel, ainsi que d’intérêts perçus sur les fonds placés.

Le PEL fonctionne en deux temps :

  • une phase d’épargne ;
  • et une phase d’emprunt.

La phase d’épargne s’étale sur 4 ans. Ce n’est qu’à l’issue de cette première phase qu’il est possible de souscrire un emprunt immobilier à un taux connu, fixé dès le départ (2,20 %). Au-delà des 4 premières années, il est encore possible d’épargner pendant 6 ans. Une fois ce délai écoulé, vous n’aurez plus la possibilité d’effectuer le moindre virement. En revanche, les intérêts continueront de s’accumuler dans la mesure où un prêt immobilier n’a pas encore été demandé. Après un total de 15 années, l’épargnant perd ses droits au prêt et le PEL se transforme en livret d’épargne classique. Attention, tout retrait sur votre Plan d’épargne logement est impossible sous peine de clôture. 

Une seule et même personne ne peut détenir qu’un PEL. Son ouverture est conditionnée à un premier versement de 225 € avec l’obligation de déposer 45 €/mois, soit 540 € par an. Les dépôts ne peuvent pas se faire de manière illimitée : le plafond du PEL est de 61 200 €. Dès son ouverture, le taux de rémunération est connu et fixe. Il est actuellement de 1 % brut, soit 0,70 % net.  

Le Compte Épargne Logement 

De la même manière que le PEL, le taux de rémunération du Compte Épargne Logement est également fixé par l’État. Son objectif est fondamentalement le même que le Plan d’épargne logement : faciliter l’acquisition immobilière. Son fonctionnement est d’ailleurs très semblable puisqu’on y retrouve là encore une phase d’épargne et une phase d’emprunt, le Prêt Épargne Logement ne pouvant pas être demandé avant un délai de 18 mois. 

À l’inverse du PEL, les fonds déposés sur un Compte Épargne Logement sont totalement disponibles, la seule contrainte étant de toujours avoir un solde positif de 300 € minimum sous peine de clôture. Les conditions d’utilisation sont bien moins rigides qu’un PEL puisqu’il n’y a aucune obligation de versement mensuel. Avec un CEL, vous épargnez à votre rythme. Chaque versement doit néanmoins s’élever à 75 € au moins. Des avantages certains qui sont contrebalancés par un plafond maximum de 23 000 € et un taux de rémunération brut de 0,5 % (soit 0,35 % net).

Bon à savoir : même s’il est plafonné, votre CEL peut dépasser le seuil de versements fixés par l’État du fait de la capitalisation des intérêts.

Les avantages de l’épargne logement 

État des lieux de la situation actuelle 

épargne logement france 2019
PEL, CEL, autrefois très rentables, leur rendement
baisse au fur et à mesure des années

Longtemps exonérés d’impôt sur le revenu, les intérêts du PEL et du CEL sont de plus en plus taxés. Ceux qui ont été ouverts à partir de janvier 2018 sont soumis au prélèvement forfaitaire unique. Les intérêts produits sont désormais taxés à 30 % tout au long de la durée de votre livret ou de votre Compte d’épargne logement. En même temps que l’impôt sur le revenu faisait son apparition, les pouvoirs publics ont supprimé la prime d’État. Celle-ci était auparavant offerte aux titulaires d’un compte ou d’un livret d’épargne logement qui souscrivaient un emprunt immobilier. 

Quant aux taux de rémunération ? Ils n’ont cessé de baisser, atteignant 0,50 % brut pour le CEL et 1 % bruts pour le PEL. Plus ou moins rigides, les produits d’épargne logement ont le mérite de disposer d’un taux de rémunération figé. Autrement dit, pas de mauvaises surprises… ni de bonnes, soit dit en passant. Puisque le taux de rémunération net du PEL a rejoint celui du Livret A, et que celui du CEL est plus faible, quel intérêt y a-t-il à ouvrir ce type de produit d’épargne logement ? 

Épargne logement et droits à prêts

Le principal atout du PEL et du CEL est sans conteste la possibilité de bénéficier de droits à prêts. En effet, ils offrent la garantie de pouvoir souscrire un prêt « épargne logement » dont le montant sera déterminé en fonction de l’effort d’épargne réalisé. Quant aux conditions, elles sont fixées à l’avance et ne peuvent être modifiées, quels que soient les taux de crédit pratiqués sur le marché au moment où le prêt est demandé. Alors bien sûr, les CEL et les PEL sont extrêmement intéressants en période de hausse des taux d’intérêt, mais ils le sont beaucoup moins dans la situation inverse. 

PEL, CEL ou crédit classique en 2020 ?

Vous l’avez compris, l’intérêt d’un Plan d’épargne logement et d’un Compte Épargne Logement dépend en réalité de la conjoncture. Aujourd’hui, un PEL permet d’obtenir un Prêt Épargne Logement au taux de 2,2 % et un CEL au taux de 2 %. Un taux élevé quand on sait que les taux des prêts immobiliers consentis par les banquiers tournent actuellement autour de 1,5 % hors assurance. Dans la mesure où il faut attendre un délai minimum de 4 ans pour souscrire un prêt immobilier dans le cadre d’un PEL (18 mois pour un CEL), il s’agit d’un réel pari sur l’avenir ! Vous pensez que les taux de crédit vont repartir à la hausse ? Si oui, n’attendez pas pour ouvrir un produit d’épargne logement… d’autant plus que c’est gratuit ! Finalement, vous ne courrez aucun risque si ce n’est celui de ne pas bénéficier d’un vrai crédit à taux réduit.

Bon à savoir : si vous avez ouvert un PEL avant 2018, le taux de rémunération reste plus important que celui du Livret A qui est actuellement à 0,75 %. En effet, tous les Plans d’Épargne Logement ouverts avant l’année 2018 ne sont pas soumis à l’impôt sur le revenu et offrent donc un rendement net de 0,828 %, étant de ce fait plus intéressant que le Livret A. Si vous êtes dans cette situation, vous avez tout intérêt à conserver votre Plan d’épargne logement, ne serait-ce que pour faire fructifier vos économies sans risque. 

Comment bien tirer profit des solutions d’épargne logement ? 

PEL, CEL : d’excellents produits d’épargne classique

Si la volonté initiale des pouvoirs publics était de rendre plus facile l’accession à la propriété grâce aux produits d’épargne logement, dans la pratique on peut tout à fait en avoir un autre usage. En effet, le PEL et le CEL peuvent être utilisés comme des produits d’épargne classiques.

L’idée ? Pousser les particuliers à épargner au quotidien, notamment avec le PEL qui nécessite des versements réguliers, le minimum légal étant de 540 € à placer chaque année. En ce sens, les solutions d’épargne logement doivent être vues comme un moyen d’inciter à une budgétisation régulière sur du moyen, voire du long terme. 

Dans la mesure où la fiscalité a changé depuis 2018, le rendement net d’un Plan d’épargne logement est en réalité de 0,7 % après imposition. Un rendement qui est finalement inférieur à celui du Livret A ! Alors, pourquoi utiliser un Plan d’Épargne Logement pour y verser ses fonds ?

À la différence du Livret A dont le plafond est de 22 950 €, celui du PEL atteint la somme de 61 200 €. Une possibilité d’épargne bien plus conséquente ! L’autre différence notable : la non-disponibilité des fonds déposés sur votre PEL. Cette condition implique de laisser « dormir » votre argent sur votre Plan d’épargne logement sans pouvoir effectuer de retraits. Une contrainte ? Oui bien sûr. Mais c’est aussi, pour les plus dépensiers d’entre vous, le bon moyen de se constituer une épargne solide, en particulier lorsqu’on a un projet d’achat immobilier en tête !  

Foire aux questions

🤷 Qu’est-ce que le Livret A ?

Le Livret A est un compte d’épargne réglementé exonéré d’impôt et de prélèvements sociaux dont le taux d’intérêt annuel est de 0,75 %. Facilité d’accès, versements libres et plafond à 22 950 € sont autant de raisons qui font du Livret A l’une des solutions d’épargne préférée des Français. 

Lire aussi 

🤝 Qu’est-ce qu’un Prélèvement Forfaitaire Unique ?

Le prélèvement forfaitaire unique (PFU) est une flat tax créée par la loi de Finances 2018 dont l’objectif est de simplifier la fiscalité de l’épargne. Cette taxe au taux de 30 % s’applique sur les intérêts produits par le Plan d’épargne logement (PEL) et par le Compte Épargne Logement (CEL). Elle inclut l’impôt sur le revenu (12,8 %) et les prélèvements sociaux (17,2 %). 

🤷 Pourquoi parle-t-on de produit d’épargne « réglementé » ?

Il s’agit d’un dispositif financier qui vous permet d’épargner de l’argent tout en produisant des intérêts. Selon le produit d’épargne choisi, votre épargne peut être immobilisée ou non. On dit d’un produit d’épargne qu’il est réglementé lorsqu’il répond à des conditions financières précises, déterminées par la loi. 

Simulez votre épargne grâce à l'assurance-vie

Simulation gratuite

Cet article vous a été utile ?