Les différents types de placements bancaires

Euro coins. Euro money. Euro currency.Coins stacked on each other in different positions. Money concept

Sommaire de l'article

Le terme "placement financier" ne désigne pas un placement en particulier mais toute une gamme de produits de placements bancaires. Selon le montant de votre épargne, votre situation et vos objectifs, il convient de bien les distinguer afin de choisir le meilleur placement. Passons en revue les différents types de placements, leurs spécificités, leurs objectifs et leurs rentabilité.

Analysez gratuitement votre situation pour réduire vos impôtsSimulation gratuite

Comparatif de placements financiers

Lorsqu'on parle de "placement financier", plusieurs termes nous viennent à l'esprit : Livret A, assurance vie, Plan Épargne Logement, actions, etc. Tous ces produits d'épargne sont regroupés sous l'appellation "placement financier". Un particulier qui dispose de liquidités ou d'une certaine épargne peut choisir de placer son pécule sur son compte courant (auquel cas, l'argent ne sera pas rémunéré mais il est entièrement disponible) ou de mettre cet argent de côté pendant un certain temps dans l’objectif de réaliser une opération financière source de profits. Autrement dit, de faire fructifier son capital.

C'est là le principe d'un placement financier : le particulier effectue un investissement en capital auprès de sa banque, ou de sa compagnie d'assurance. L'argent placé va servir, par le biais de mécanismes d’intermédiations bancaires, à financer des entreprises, des projets ou des politiques publiques. Le capital placé reste actif ; on dit alors qu'il ne "dort pas". En contrepartie, l'investisseur récupère ensuite une partie de son placement sous forme d’intérêts ou de dividendes. Cette "rémunération" est proportionnelle au niveau de risque entrepris.

En investissement financier, pour qu'un placement soit rentable, il faut qu'il soit dynamique, et donc qu'il comporte une part de risques. Trouver le meilleur placement revient donc à déterminer vos objectifs (rentabilité, sécurité, etc.) et le niveau de risque que vous êtes prêt(e) à prendre avec votre capital. 

Les livrets d'épargne réglementée

On les connaît sous plusieurs noms, dont le très connu Livret A, le Livret d'Épargne Populaire, le Livret Jeune et le Livret de Développement Durable et Solidaire (LDDS, ancien Livret Codevi). Ces produits d'épargne rémunéré dont les fonds sont disponibles à tout moment sont généralement le premier placement bancaire des épargnants qui cherchent à placer leur argent. Non imposables, ces livrets sont accessibles à la grande majorité des particuliers. Retraits et versements sont libres et sans frais. Le tableau ci-dessous détaille les caractéristiques de chacun des livrets d'épargne réglementée :

Caractéristiques Livret A Livret Jeune LEP LDDS
Accessibilité Toute personne, majeure ou mineure

Toute personne entre 12 et 25 ans, résidant en France à titre habituel.

Toute personne fiscalement domiciliée en France, sous conditions de ressources. Toute personne majeure fiscalement domiciliée en France.
Plafond 22 950 € (76 500 € pour une association) 1 600 € 7 700 € 12 000 €
Taux de rémunération 0,50 % 0,50 % minimum 1% 0,50 %
Fiscalité aucune aucune aucune aucune
Intérêts Calculés le 1er et le 16 de chaque mois Calculés le 1er et le 16 de chaque mois Calculés le 1er et le 16 de chaque mois Calculés le 1er et le 16 de chaque mois.
Versements Libres ou programmés. Minimum 10 € et gratuits Libres ou programmés. Minimum 10 € et gratuits Minimum 30 € à l'ouverture. Retraits et versements sont libres.
Clôture Sur demande, à tout moment. Le 31 décembre de l'année du 25e anniversaire du titulaire Sur demande, à tout moment. Sur demande, à tout moment.

C'est pour vous si vous cherchez la sécurité avant tout. Avec un taux de rémunération plancher de 0,50% pour le Livret A (depuis février 2020), les livrets d'épargne ne sont pas un placement rentable. Ils servent avant tout à se constituer une réserve d'argent disponible à tout moment. Ainsi, en cas de dépenses imprévues, l'épargnant peut puiser dans sa réserve et éviter d'avoir recours au crédit. Les conseillers bancaires préconisent de placer l'équivalent de trois à six mois de revenus sur ce type de livret.

Les livrets bancaires non réglementés

Variante non réglementée des livrets d'épargne, ces produits sont appelés super livrets. Leur fonctionnement ne diffère pas tellement de celui de leurs cousins réglementés par l'État, à la différence que c’est la banque qui décide de leur taux d’intérêt. De ce fait, ces livrets sont fiscalités : les intérêts générés sont soumis au prélèvement forfaitaire unique de 30%, ce qui a pour conséquence une rentabilité moindre que celle des Livrets A, Livrets Jeune, LEP et LDDS. C'est également la banque qui fixe leur plafond, généralement de l'ordre de plusieurs centaines de milliers d’euros.

Les produits d'épargne logements

Comment l'indique leur nom, les produits d'épargne logements s'inscrivent dans la réalisation d'un projet immobilier. Ces placements financiers servent à financer une acquisition immobilière ou la réalisation de travaux. Il en existe deux : le Compte Épargne Logement (CEL) et le Plan Épargne Logement (PEL). Sécurisés et réglementés par l'État, ils permettent d'obtenir un prêt immobilier à des conditions déterminées à l'ouverture sur une durée de 2 à 15 ans. Imposables, ils sont soumis au prélèvement forfaitaire unique (PFU) de 30% sur les intérêts.

Le Compte Épargne Logement

Le CEL permet de bénéficier, sous conditions, d'un prêt immobilier ou d'un prêt travaux et d'une prime d’État. La rémunération de ce compte épargne est de 0,25%, garantie par l'État. Depuis 2018, les intérêts du CEL ne sont plus exonérés d'impôt sur le revenu et le compte n'ouvre plus droit à la prime d'État. Accessible à toute personne majeure, le CEL exige un versement initial d'un montant d'au moins 300 €. Le montant des autres versements est libre, mais avec un minimum de 75 €. Quant aux retraits, ils sont libres mais avec un minimum de 300 €. Le CEL est plafonné à 15 300 €, il ouvre droit à un prêt d'un montant de 23 000 € maximum.

Le Plan Épargne Logement

Plus réglementé que le CEL, le PEL exige un versement initial de 225 € à l'ouverture, suivi par des versements réguliers tout au long de la phase d'épargne (4 ans) :

  • 45 € par mois ;
  • 135 € par trimestre ;
  • 270 € par semestre ;

Les retraits sur un PEL sont interdits. Le taux d'intérêt est de 1% et ce produit n'est pas plafonné. Il permet d'emprunter jusqu'à 92 000 €.

C'est pour vous si vous cherchez à obtenir un crédit à un taux avantageux, pour acheter un bien immobilier ou financer des travaux dans votre résidence principale.

Les placements boursiers

PEA, compte-titres, assurance vie multisupport... Ces placements financiers permettent aux épargnants d'aller se risquer sur les marchés boursiers, afin de dynamiser leur épargne. Ces produits demandent tous un minimum de compréhension des marchés financiers ou de la valeur à laquelle ils sont affiliés, si vous comptez profiter pleinement de leurs résultats.

Le Plan d'Épargne en Actions (PEA)

Le PEA est un placement mobilier plafonné à 150 000 €, qui permet d'investir dans des actions européennes. Comme tout placement boursier, le PEA contient une part de risque de perte en capital non négligeable. Côté fiscalité, les plus-values et produits générés sont imposés à la flat-tax et aux prélèvements sociaux durant les 5 premières années de détention. Passée cette durée, ils sont exonérés d’impôt sur le revenu mais pas de prélèvements sociaux (17,2%).

►C'est pour vous si vous cherchez un investissement sur le long terme. Avec un PEA, tout retrait effectué avant 8 ans entraîne la fermeture du plan. Cela dit, le PEA est cantonné aux actions européennes, ce qui ne permet pas d'assurer une diversification suffisante du portefeuille.

Le compte-titres

Contrairement au PEA, le compte-titres est ouvert à une classe d'actifs beaucoup plus large : en plus des actions et des obligations, on y trouve des OPCVM, des fonds indiciels ou encore des produits dérivés. revers de la médaille : ce type de placement ne propose aucun avantage fiscal, et la flat tax de 30% vient gréver sa rentabilité.

C'est pour vous si vous souhaitez vous constituer un portefeuille d'actions diversifiées.

Les Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières (OPCVM)

Les OPCVM sont des produits bancaires dynamiques. C'est-à-dire qu'ils sont adossés aux fluctuations des marchés financiers. De ce fait, ils comportent une part de risque élevée, mais offrent des possibilités très avantageuses en matière de rendement. 

On distingue trois catégories d'OPCVM :

Les OPCVM sont composés d'actions et d'obligations dont la gestion est assurée par un conseiller financier. 

►C'est pour vous si vous avez des notions d'investissement en Bourse.

Les comptes à terme

Le compte à terme (CTA) est un compte épargne “bloqué” pendant une durée déterminée, et non plafonné. Avec ce type de compte de placement, les rendements sont liés à la durée de blocage des fonds. Plus l'épargnant s'engage à conserver longtemps son CAT, plus le taux d’intérêt est élevé. Le Compte à Termes n'est pas figé : il existe des CAT à taux variable, à taux progressif, à taux fixe. Certains CAT proposent des possibilités de retrait anticipé, d'autres non. Sur le plan fiscal, le CAT est soumis aux mêmes règles que les produits d'épargne logements et les super livrets bancaires : prélèvement forfaitaire unique de 30%.

►C'est pour vous si vous cherchez un placement financier que vous pouvez vous permettre de bloquer pendant un certain temps.

L'assurance vie

Le placement préféré des Français conserve son titre en 2020, malgré un regain des épargnants pour le Livret A du fait de la crise sanitaire liée à l'épidémie de Covid-19. Souple, rentable et surtout multifonctions, l'assurance vie séduit par les possibilités qu'elle offre en matière d'objectifs : si d'autant la voit comme un bon moyen de faire fructifier son capital, c'est également une excellente solution pour préparer sa succession et alléger sa fiscalité.

Dans un contrat multi-support, une assurance vie contient :

  • des fonds euros ;
  • des unités de compte (UC).

Les fonds euros constituent la part sécurisée de l'assurance vie : bien qu'ayant un rendement faible, ils garantissent le capital placé et le placent à l'abri de la volatilité des marchés financiers. Le rendement moyen d'un fonds euros se situe aux alentours de 1,50 %. Plus risquées, les unités de compte offrent un potentiel de rendement plus élevé. Les unités de compte peuvent être logées dans différentes classes d'actifs ; OPCVM, investissements immobiliers (SCPI, OPCI) fonds indiciels, etc.

C'est pour vous si vous cherchez à placer votre capital dans une enveloppe alliant rentabilité et sécurité. L'assurance vie a ceci d'avantageux qu'elle répond à une multitude d'objectifs :

  • placer son argent,
  • le faire fructifier,
  • préparer sa retraite,
  • protéger ses proches,
  • transmettre son patrimoine,
  • etc.
Analysez gratuitement votre situation pour réduire vos impôtsSimulation gratuite