Comment choisir son placement bancaire ?

side view of young blogger working on laptop in coffee shop

Sommaire de l'article

Quel placement bancaire qui rapporte le plus en 2020 ? Quels sont les placements à privilégier pour son épargne ? Dans quelle banque ouvrir un placement bancaire ? Le Crédit Mutuel ? Le Crédit Agricole ? En termes de placement, les épargnants ont le choix : assurance vie, PEA, placement financier, immobilier, livrets bancaires… Petit précis des meilleurs placements bancaires en 2020.

Analysez gratuitement votre situation pour réduire vos impôtsSimulation gratuite

Quel placement bancaire choisir en 2020 ?

Au risque de surprendre, il n’existe pas de « meilleur placement bancaire » en 2020 (ou en 2019). Si certains placements reportent davantage les faveurs des épargnants, cela peut être le fait d’une meilleure politique de commercialisation des établissements, ou d’une méconnaissance des mécanismes bancaires et financiers. En effet, si la plupart des épargnants connaissent le principe du Livret A, c’est beaucoup moins le cas pour le Compte à Termes ou le Plan d’Épargne en Actions.

Choisir le meilleur placement bancaire, c’est avant tout s’interroger sur sa situation, ses objectifs, ses horizons de placement. Selon l’âge de l’épargnant, sa situation professionnelle et familiale et son niveau de revenus, son appétence au risque, etc. le choix du placement sera différent. En effet, un placement bancaire peut répondre à des objectifs bien définis :

  • faire fructifier son capital ;
  • alléger sa fiscalité :
  • se constituer un patrimoine ;
  • financer l’acquisition de sa résidence principale ;
  • préparer sa retraite ;
  • protéger ses proches ;
  • etc.

De là, il est important de bien distinguer les différents types de placements : certains sont réglementés par l’État, d’autres sont corrélés aux marchés financiers, certains autorisent les retraits, d’autres sont bloqués pendant un certain temps, etc. 

Vous cherchez la sécurité avant tout : les livrets d’épargne 

Vous cherchez un moyen sûr de placer votre capital, et d’avoir à disposition une réserve d’argent accessible en toute occasion. Dans ce cas, les livrets d’épargne et livrets bancaires devraient répondre à vos attentes :

  • Livret A ;
  • Livret Jeune ;
  • Livret d’Épargne Populaire ;
  • Livret de Développement Durable et Solidaire (LDDS, ex-Codevi).
  • Compte sur Livret (CSL)

Ces produits d’épargne sont accessibles à tous, et très simples d’utilisation. Retraits et versements sont autorisés, sans frais, sur simple demande de l’épargnant. Il est interdit de détenir plusieurs livrets du même nom (pas plus d’un Livret A par personne), mais les différents livrets sont cumulables. Par ailleurs, le capital placé sur ces livrets est sécurisé, et le taux réglementé par l’État. Avec ces placements, l’objectif n’est pas la rémunération, mais la sécurisation du capital. Ces placements bancaires sont idéals pour se constituer une réserve d’argent en cas de dépenses imprévues ou pour financer un projet. 

Le tableau ci-dessous détaille les caractéristiques de chacun des livrets d’épargne réglementée :

Caractéristiques Livret A Livret Jeune LEP LDDS Compte sur Livret
Accessibilité Toute personne, majeure ou mineure

Toute personne entre 12 et 25 ans, résidant en France à titre habituel.

Sous conditions de ressources. Toute personne majeure fiscalement domiciliée en France. Toute personne majeure fiscalement domiciliée en France.
Plafond 22 950 € (76 500 € pour une association) 1 600 € 7 700 € 12 000 € aucun
Taux de rémunération 0,50 % 0,50 % minimum 1 % 0,50 % 0,10 %
Fiscalité aucune aucune aucune aucune oui
Intérêts Calculés le 1er et le 16 de chaque mois
Versements Libres ou programmés. Minimum 10 € et gratuits Libres ou programmés. Minimum 10 € et gratuits Minimum 30 € à l’ouverture. Retraits et versements sont libres.

Versement à l’ouverture de 10 € minimum

Clôture Sur demande Le 31 décembre de l’année du 25e anniversaire du titulaire Sur demande Sur demande Sur demande

Avec un taux de rémunération moyen de 0,50 % pour le Livret A, les livrets d’épargne réglementée sont très peu rémunérateurs. En revanche, ils ne sont pas imposables, ni à l’impôt sur le revenu ni aux prélèvements sociaux, à l'exception du Compte sur Livret, dont les intérêts sont soumis à l’impôt sur le revenu par voie de rôle au taux forfaitaire de 12,8%.

Vous cherchez un placement qui réponde à plusieurs objectifs : l’assurance-vie

L’assurance vie a ceci d’avantageux qu’elle répond à une multitude d’objectifs :

  • préparer un projet,
  • placer son argent,
  • se constituer un patrimoine,
  • préparer sa succession,
  • protéger ses proches, etc.

Souple, flexible et accessible à tous, l’assurance vie reste le placement bancaire préféré des Français en 2019 et en 2020. 

La forme la plus commercialisée d’assurance vie est le contrat multisupport, qui contient des fonds en euros et des unités de comptes. Les premiers sont sécurisés, mais peu rémunérateurs. Les secondes sont plus risquées, mais offrent de meilleures possibilités de rendement. La répartition entre fonds euros et unités de compte s’effectue en se basant sur le profil de risque du titulaire du contrat. 

Vous cherchez un complément de revenus : la pierre papier

SCPI, OPCI, FCPI… Les sociétés et fonds collectifs de placements immobiliers sont des placements qui montent depuis quelques années. Et pour cause : ils offrent tous les avantages d’un investissement immobilier, sans les contraintes. Pas de gestion locative, de souci de travaux, de vacance locative, de loyers impayés, etc. 

L’investissement immobilier indirect offre un accès au marché de l’immobilier professionnel par l’achat de parts d’une société de placement uniquement dédiée à l’immobilier. Concrètement, les sociétés acquièrent des locaux d’activité, de commerce, des hôtels, des entrepôts, etc. et les mettent en location. C’est de là qu’elles tirent leur surnom de « pierre papier » : la pierre est détenue via des parts de société, c’est-à-dire le papier. Une part de SCPI peut coûter en 200 € et 1 000 €, selon la société. Un ticket d’entrée relativement peu cher, ce qui rend l’immobilier accessible au plus grand nombre.

Les porteurs de parts de SCPI (appelés associés) perçoivent ensuite les loyers sous forme de dividendes, chaque trimestre. Les SCPI reposent sur une mutualisation des risques. Elles ont affiché un rendement moyen de 4,40 % en 2019. 

Autre option : le statut Loueur en Meublé Non Professionnel (LMNP) que Tacotax vous propose de découvrir dans la vidéo ci-dessous :

 

Vous financez un projet immobilier : le PEL et le CEL

Financer un projet immobilier passe généralement par la case crédit. Or, pour décrocher un crédit à taux avantageux, il est important de commencer à épargner le plus tôt possible. Plus vous épargnez tôt, plus vous augmentez votre capacité d’emprunt et votre apport personnel, deux éléments qui peuvent jouer en votre faveur au moment de souscrire votre crédit immobilier.

Les produits d’épargne logement ont pour objectif d’aboutir à un prêt immobilier en vue d’acquérir une résidence principale ou de faire des travaux et des aménagements. Il en existe deux :

  • le Plan Épargne Logement (PEL) qui permet d’épargner jusqu’à 61 200 € ;
  • ou le Compte Épargne Logement (CEL) plafonné lui à 15 300 € ;

Ces placements bancaires confèrent des droits à prêts qui sont fonction de l’épargne et permettent de bénéficier d’un crédit immobilier à taux avantageux. Avec le PEL, le montant maximum du prêt est de 92 000 €. Tandis qu’avec un CEL, vous pouvez emprunteur jusqu’à 23 000 €. Notez que ces deux produits sont cumulables.

Le PEL et le CEL comprennent chacun une phase d’épargne et une phase d’emprunt. Le taux de rémunération est de :

  • 0,50 % brut pour le CEL ;
  • 1 % brut pour le PEL.

Depuis 2018, les intérêts du PEL et du CEL sont soumis au Prélèvement Forfaitaire Unique (PFU) de 30 %.

Vous souhaitez dynamiser votre épargne : le PEA et le compte-titres

Le PEA

Pour « pimenter » un peu votre épargne avec des valeurs mobilières, le Plan d’Épargne en Actions est tout indiqué. Commercialisée par les banques, cette enveloppe fiscale est dédiée aux investissements dans les petites et moyennes entreprises et de taille intermédiaire. Concrètement, le PEA se présente comme un compte-titres adossé à un compte courant, les versements effectués sur le second permettant d’acheter des titres avec le premier. Un PEA permet d’acheter :

  • des actions, certificats d’investissement, parts de SARL ;
  • des parts d’organismes de placements collectifs (OPCVM, Sicav, etc.) ;
  • des titres participatifs, obligations à taux fixes et minibons.

Elle permet d’y loger jusqu’à :

  •  225 000 € pour un PEA-PME (loi PACTE du 22 mai 2019) en franchise d’impôt à condition de conserver le plan durant au moins 5 ans.
  • 150 000 € pour un PEA classique.
  • 20 000 € pour un PEA Jeunes (uniquement accessible aux enfants rattachés au foyer fiscal de leurs parents)

L’épargne est toutefois soumise aux prélèvements sociaux (17,2 % depuis le 1er janvier 2018).

Bon à savoir : à compter du 1er juillet 2020, les frais d’ouverture, de tenue, de transaction et de transfert des PEA ou des PEA-PME sont plafonnés.

Le compte-titres

À l'instar du PEA, le compte-titres permet d'acheter des actions, des obligations, des parts d'OPCVM ou encore des matières premières. Mais contrairement à ce dernier, il n'est cantonné aux PME européennes et n'est pas plafonné. Plus souple et plus libre que le PEA, le compte-titres permet d'accéder aux marches boursiers mondiaux et d'effectuer des virements entrants et sortants sur un compte courant.

Seule ombre au tableau : sa fiscalité. Comme tous les revenus du capital, les plus-values et dividendes réalisés via un compte-titres sont soumis au prélèvement forfaitaire unique (PFU) de 30%.

Cela dit, il est possible d'opter pour l'imposition au barème progressif de l'impôt sur le revenu.

Analysez gratuitement votre situation pour réduire vos impôtsSimulation gratuite