1. Accueil

  2. Comment aménager une salle de bain PMR à peu de frais ?

Impôts4 Octobre 2018

Comment aménager une salle de bain PMR à peu de frais ?

salle de bain pmr

Le crédit d’impôt « Aide à la personne » pour les dépenses améliorant l’accessibilité aux personnes en situation de handicap ou personnes à mobilité réduite (PMR) a été prolongé jusqu’au 31 décembre 2020. C’est dans la salle de bain que se produisent 70% des chutes domestiques. C’est donc LA pièce à rénover en priorité. Fiscalité, équipements et budget travaux, on vous dit tout sur les aménagements à prévoir.

L’aménagement d’une salle de bain dans le cadre du crédit d’impôt « Aide à la personne ».

Vous pouvez bénéficier d’un crédit d’impôt à hauteur de 25% des dépenses lorsque vous réalisez des aménagements visant à améliorer l’accessibilité aux personnes en situation de handicap. Comme tout crédit d’impôt, celui-ci est conditionnel : 

  • Les travaux doivent être réalisés dans votre habitation principale
  • Ils sont plafonnés à 5000 euros pour une personne seule et 10 000 euros pour un couple,
  • avec une majoration de 400 euros par personne à charge.

Le crédit d’impôt s’applique aux dépenses d’installation ou de remplacement des équipements nécessaires à l’aménagement d’une salle de bain pour handicapé ou personne en perte d’autonomie. Voici les principales adaptations à réaliser.

Quels aménagements possibles ?

Lorsque l’on souhaite refaire une salle de bain pour faciliter l’accessibilité à une personne à mobilité réduite, la baignoire ou la douche sont les équipements à aménager en priorité.

Si vous optez pour la baignoire, vous devrez installer une porte latérale qui sécurisera l’accès à la baignoire. Vous pouvez également fixer un siège de bain, aménager des poignées d’accès voire un élévateur de bain électrique pour plus d’autonomie ou un repose-tête pour plus de confort.

Si vous choisissez une douche, le meilleur choix est le modèle à l’italienne, sans marche. Fixez des barres de maintien au mur pour une sécurité optimale et ajoutez un pare-douche pour limiter les éclaboussures.

Pour diminuer le risque de chute, prévoyez un tapis antidérapant à poser au fond de la baignoire ou sur le receveur de la douche. Vous pouvez aussi poser un revêtement de sol anti-glissement respectant les normes de glissance.

Pour que vos WC soient en adéquation avec les besoins d’une personne handicapée, ils devront comporter un cercle de giration d’environ 1,70m. Nous vous conseillons de surélever la cuvette des WC à l’aide d’un rehausseur afin de limiter les risques de chute. Des barres de maintien fixées au mur aideront la personne handicapée à s’asseoir et à se relever.

Un lavabo à hauteur réduite sans espace de rangement facilitera également l’usage des personnes à mobilité réduite. Il leur permettra de se brosser les dents ou de se laver les mains en restant assis. La hauteur idéale est de 67cm au-dessus du sol mais il existe également des modèles de lavabo à hauteur ajustable. Côté robinet, il pourrait être judicieux d’installer un mitigeur à levier démultiplié ou un robinet opto-électrique.

Quels coûts prévoir pour l’aménagement d’une salle de bain PMR ?

Le prix de votre salle de bain PMR dépendra de plusieurs paramètres comme :

  • les dimensions de la pièce,
  • le choix des équipements
  • la qualité des matériaux employés.

Il faudra compter entre 2000 et 9500 euros pour l’achat des matériaux et la pose d’une douche italienne. Entre 3000 et 6500 euros pour une baignoire à porte.

Le changement de WC vous coûtera entre 150 et 350 euros auxquels il faudra ajouter entre 50 et 250 euros (selon le modèle) si vous optez pour un rehausseur.

Il existe de nombreux modèles de barres de maintien ; les prix varient de 10 à 250 euros. Si la plupart des barres de sécurité peuvent être posées soi-même, les modèles les plus complexes devront être fixés par un professionnel ; cela vous coûtera environ 90 euros.

Ces aménagements peuvent représenter un coût assez important mais sachez qu’outre le crédit d’impôt, vous pouvez bénéficier d’autres aides financières. Contactez l’Agence Nationale de l’Habitat (ANAH) et la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH) pour savoir pour lesquelles vous êtes éligible. Dans tous les cas, les travaux devront être réalisés par des artisans agréés si vous souhaitez bénéficier de ces aides.