Le plafond du LEL à la Caisse d’épargne

Background of Euro coins money.United kingdom Pound coin.US coins.Group of coins

Sommaire de l'article

Un projet immobilier en tête ? Et si vous souscriviez un LEL à la Caisse d’Épargne pour épargner à votre rythme et accéder à un prêt à taux préférentiel ? Le Livret Épargne Logement est un excellent complément au Plan épargne logement. Fiscalité, conditions d’ouverture, taux de rémunération ou encore plafond du LEL de la Caisse d’Épargne, voici les thématiques qu’aborde Tacotax tout spécialement pour vous ! 

Le LEL de la Caisse d’Épargne, un produit d’épargne réglementée

Les caractéristiques du LEL de la Caisse d’Épargne 

Le Livret Épargne Logement (LEL), plus connu sous le nom de Compte Épargne Logement (CEL) est un produit d’épargne réglementée, proposé par la Caisse d’Épargne. L’objectif du LEL est de vous aider à épargner à votre rythme tout en vous donnant accès à des prêts immobiliers à taux préférentiels. Ces prêts ne sont accessibles qu’après une période d’épargne d’au moins 18 mois. Ce n’est qu’ensuite que vous profiterez de conditions spécifiques dédiées au financement de votre projet immobilier (du moins, en partie).

De plus, ils doivent avoir pour objectif l’acquisition d’une résidence principale ainsi que des travaux d’amélioration ou des aménagements qu’on prévoirait d’y faire. Un prêt obtenu grâce à un LEL ne pourra excéder la somme de 23 000 €. Quant aux remboursements, ils pourront être étalés sur une période allant de 2 à 15 ans. Ce produit d’épargne peut être détenu pour une durée illimitée, quand bien même vous auriez déjà atteint le plafond du LEL à la Caisse d’Épargne

Lire aussi : Le plafond du CEL au Crédit Agricole

LEL : une épargne disponible

Si vous avez besoin d’avoir un accès permanent aux fonds que vous épargnez, le LEL est LA solution. En effet, votre argent est disponible à votre convenance. Une seule règle : ne jamais descendre en dessous de 300 € sous peine de voir son livret épargne logement clôturé automatiquement. Les services en ligne proposés par la Caisse d’Épargne vous permettront de gérer facilement votre LEL. Virements, suivi des opérations, programmation des versements (au moins jusqu’à ce que vous atteignez le plafond de votre LEL à la Caisse d’Épargne), tout est possible !

Le saviez-vous ? Si vous êtes déjà titulaire d’un LEL ouvert avant 2018, vous pouvez peut-être bénéficier d’une prime d’État ! Dans l’hypothèse où vous effectuez un prêt bancaire issu de votre LEL, vous avez la possibilité de profiter d’une prime d’État plafonnée à 1144 €. Le montant de ce bonus dépend principalement de votre effort d’épargne : plus vous vous approchez du plafond de votre LEL à la Caisse d’Épargne, mieux c’est ! 

Quelles sont les conditions pour ouvrir un LEL à la Caisse d’Épargne ?

Vous pouvez très bien ouvrir votre LEL en ligne

Vous ne pourrez ouvrir un LEL à la Caisse d’Épargne qu’à la condition de ne pas déjà en détenir un dans un autre établissement bancaire. En effet, une personne ne peut ouvrir qu’un seul et unique Livret Épargne Logement ou Compte Épargne Logement. Vous ne pourrez pas non plus ouvrir un LEL si vous êtes déjà titulaire d’un Plan Épargne Logement (PEL) dans une autre banque. PEL et LEL sont tout à fait cumulables dans la mesure où ils sont tous deux domiciliés dans le même établissement bancaire.

Alors qu’un LEL à la Caisse d’Épargne vous permet d’obtenir un prêt de 23 000 € maximum, il peut s’élever à 92 000 € au total en combinant votre LEL à un PEL. Un bel avantage à prendre en compte selon le projet immobilier que vous avez. De même, ouvrir un PEL est une manière d’augmenter votre épargne en ne vous limitant plus uniquement au plafond de votre LEL à la Caisse d’Épargne. 

Si vous voulez ouvrir un Livret Épargne Logement dans cet établissement bancaire, il faudra effectuer un virement initial de 300 €. Chaque versement supplémentaire devra être d’au moins 75 €, mais il ne pourra jamais dépasser le plafond de votre LEL à la Caisse d’Épargne. En revanche, pas d’obligation en ce qui concerne la fréquence des versements. Ils se font à votre convenance, ponctuellement ou mensuellement ! C’est d’ailleurs l’un des principaux avantages de ce produit d’épargne : sa souplesse. 

Quel plafond pour le LEL de la Caisse d’Épargne ? 

Vous l’avez compris, le LEL de la Caisse d’Épargne a un plafond que vous ne pourrez pas dépasser. Son montant ? 15 300 €. Il s’entend bien évidemment hors capitalisation des intérêts. Si le plafond du LEL de la Caisse d’Épargne est assez bas, il est largement compensé par les avantages qu’il offre ! En plus de son extrême souplesse et de la disponibilité de l’épargne qu’il permet, le LEL offre une vraie garantie de votre capital grâce au Fonds de Garantie des dépôts et de résolution (FGDR). 

En réalité, vous pouvez tout de même passer au-dessus du plafond de votre LEL à la Caisse d’Épargne. Comment ? Tout simplement grâce aux intérêts que vous obtiendrez chaque année de votre épargne. En revanche, veillez à ce que votre solde ne passe jamais en dessous du minimum réglementaire de 300 € sans quoi votre livret épargne logement pourrait être clôturé automatiquement. On vous aura prévenu ! 

Le LEL de la Caisse d’Épargne : rémunération et fiscalité 

Les intérêts produits par votre LEL sont imposables

Puisqu’il est réglementé, le livret épargne logement présente un taux de rémunération directement fixé par la loi. De ce fait, la Caisse d’Épargne n’a aucun pouvoir sur la valeur de ce taux. Fixé à 0,50 % brut (ou 0,42 % net) depuis le 1er août 2015 par les pouvoirs publics, le taux de rémunération du LEL ne subira aucune modification avant le 31 janvier 2020

Les intérêts produits par votre livret épargne logement sont toujours calculés par quinzaine. La valeur des versements est effective le premier jour de la quinzaine suivante tandis que la valeur des retraits l’est le dernier jour de la quinzaine précédente. Ainsi, si un retrait est effectué entre le 1er et le 15 mars, il sera pris en compte à la fin du mois de février. Simple comme bonjour ! 

Même s’ils sont calculés tous les 15 jours, ils ne seront réellement comptabilisés et versés qu’au début de l’année civile suivante. Ils s’ajouteront d’ailleurs à votre épargne, même si vous avez déjà atteint le plafond de votre LEL à la Caisse d’Épargne. Tous les ans, le calcul des intérêts prend en compte l’ensemble des intérêts précédemment acquis. 

Quant à la fiscalité à laquelle est soumise votre LEL, tout dépend du moment où il a été ouvert :

  • avant 2018, les intérêts produits par un livret épargne logement étaient soumis aux prélèvements sociaux, mais n’étaient pas imposables.
  • depuis le 1er janvier 2018, les choses ont changé. Ainsi, si vous êtes titulaire d’un LEL à la Caisse d’Épargne, vos intérêts sont désormais soumis aux prélèvements sociaux et à l’impôt sur le revenu au travers du prélèvement forfaitaire unique (PFU). 

Foire aux questions 

Qu’appelle-t-on produit d’épargne ?

Il s’agit d’un dispositif financier qui génère des intérêts sonnants et trébuchants en contrepartie ou non du blocage (limité ou illimité) de la somme épargnée. Le taux de rémunération d’un produit d’épargne dépend principalement du niveau de risque qu’il fait courir à son détenteur. Il existe de nombreux produits d’épargne réglementée ou non parmi lesquels :

  • le Livret A,
  • le Livret jeune
  • le Livret de Développement Durable et solidaire,
  • le Livret d’Épargne Populaire
  • ou encore le Plan Épargne Logement. 

Le prélèvement forfaitaire unique (PFU), c’est quoi ?

Le PFU est une taxe dont le taux s’élève à 30 %. Elle est composée d’une part de l’impôt sur le revenu (12,8 %) et d’autre part des prélèvements sociaux (17,2 %). Si le LEL est rémunéré à hauteur de 0,50 %, après déduction le taux de rémunération s’élève en fait à 0,35 %

Qu’est-ce qu’une résidence principale ?

On parle de résidence principale pour décrire le lieu où vous résidez habituellement et où vous avez vos principaux intérêts familiaux et professionnels. Dans le cadre d’une location, il s’agit du lieu dans lequel vous résidez au moins 8 mois par an (sauf obligation professionnelle notamment). Enfin, d’un point de vue fiscal, la résidence principale est celle dans laquelle vous vivez au 31 décembre de l’année où l’impôt est perçu.  

Simulez votre épargne grâce à l'assurance-vie

Simulation gratuite