Quel est le prix de la taxe de séjour ?

prix taxe de séjour

Sommaire de l'article

Tous les vacanciers et les voyageurs de passage dans une commune où ils ne résident pas habituellement doivent s’acquitter de la taxe de séjour. Cet impôt local, reversé aux collectivités locales, vise à améliorer l’attractivité touristique du territoire. Pour autant, est-il possible de connaître le prix de la taxe de séjour à l’avance ? Tous les hébergements ont-ils le même montant ? On vous explique les tarifs et les conditions d’exonération de la taxe de séjour en 2019 et 2020 ! 

Le calcul du prix de la taxe de séjour

A combien s’élève le montant de la taxe de séjour en France ? Les communes peuvent fixer elles-mêmes leurs prix, à condition qu’ils respectent les tarifs planchers et plafonds en vigueur (ici en 2020) : 

Type d'hébergementTarifs applicables
> Terrains d'hébergement de plein air ☆ à ☆☆
> Ports de plaisance
0,20 €
> Terrains d'hébergement de plein air ☆☆☆ à ☆☆☆☆☆
> Parcs de stationnement touristiques et aires de camping-cars
0,20 € à 0,60 €
> Hôtels de tourisme ☆
> Résidences de tourisme ☆
> Meublés de tourisme ☆
> Villages vacances ☆ à ☆☆☆
> Chambres d'hôtes
0,20 € à 0,80 €
> Hôtels de tourisme ☆☆
> Résidences de tourisme ☆☆
> Meublés de tourisme ☆☆
> Villages vacances ☆☆☆☆ et ☆☆☆☆☆
0,30 € à 0,90 €
> Hôtels de tourisme ☆☆☆
> Résidences de tourisme ☆☆☆
> Meublés de tourisme ☆☆☆
0,50 € à 1,50 €
> Hôtels de tourisme ☆☆☆☆
> Résidences de tourisme ☆☆☆☆
> Meublés de tourisme ☆☆☆☆
0,70 € à 2,30 €
> Hôtels de tourisme ☆☆☆☆☆
> Résidences de tourisme ☆☆☆☆☆
> Meublés de tourisme ☆☆☆☆☆
0,70 € à 3 €
Palaces0,70 € à 4,10 €

Quel est le montant de la taxe de séjour ?

Si les tarifs applicables à la taxe de séjour diffèrent selon les communes, on distingue également deux types de taxes qui ne prennent pas en compte les mêmes éléments, et qui se calculent donc différents. 

Ainsi, la taxe de séjour au réel concerne les voyageurs non domiciliés dans ladite commune et qui séjournent dans un hébergement dit marchand, c’est-à-dire qu’ils payent pour y vivre. Ces derniers y sont donc redevables et devront payer son montant au logeur, à l’hôtelier, ou au propriétaire de l’hébergement. Son calcul est relativement simple : 

(Tarif propre à la catégorie d’hébergement x nombre de nuits) x nombre de personnes. 

Ensuite, nous avons la taxe de séjour forfaitaire. La principale différence avec sa soeur est que cette dernière est calculée en fonction de la capacité d’accueil de l’établissement, et non du nombre de personnes y séjournant. Ainsi, le tarif de la taxe de séjour au forfait sera calculé différemment : 

(Tarif propre à la catégorie d’hébergement x nombre de nuits comprises dans la période d’ouverture de l’établissement) x capacité d’accueil. 

Il faudra donc, dans un premier temps, prendre en compte le type d’hébergement où vous séjournerez pour déterminer le montant de cet impôt : le calcul de la taxe de séjour en hôtel non classé en 2019 ne sera pas le même que celui de la taxe de séjour sur un terrain de camping, par exemple. 

De même, le prix de la taxe de séjour dans une commune est susceptible de varier selon les années : il n’était pas le même en 2018, 2019 ou encore 2020.

► Lire aussi : La taxe de séjour en location saisonnière

Les taxes additionnelles

En hôtel, le prix de la taxe de séjour dépend principalement du classement de l'hébergement.

La taxe de séjour de base est instituée après délibération du conseil municipal : toutes les communes ne l’imposent pas aux vacanciers. Mais il existe également d’autres taxes additionnelles régionales et départementales, qui viennent s’ajouter au montant de base. C’est notamment le cas dans les grandes métropoles, avec Paris en fer de lance, où payer la taxe de séjour devra être anticipé pour éviter les mauvaises surprises.

Dans le cas de Paris, une taxe additionnelle départementale de 10 % a été instituée. C’est également le cas de la ville de Marseille, et de plusieurs autres métropoles françaises. Pour la capitale, une taxe additionnelle régionale de 15 % supplémentaires a également été instaurée depuis le 1er janvier 2019, ce qui signifie que les vacanciers séjournant à Paris devront s’acquitter d’une taxe de séjour constituée du montant de base, et des 25 % supplémentaires appliqués à la ville. 

Cette nouvelle taxe pour Paris s’inscrit dans la réforme de la taxe de séjour de 2019, qui stipule également que le prix de cet impôt pour les hôtels et meublés de tourisme non classés sera déterminé par un pourcentage (entre 1 et 5 %) du coût de la nuitée dans l’établissement. 

► Lire aussi : La taxe de séjour à Nice : montant, déclaration...

La taxe de séjour en Airbnb

Si vous louez un hébergement via la plateforme Airbnb, vous ne serez pas pour autant exonéré de la taxe de séjour ! L’entreprise ayant passé un accord avec la grande majorité des collectivités locales, vous n’aurez pas à payer cet impôt physiquement avant votre départ de l’hébergement : Airbnb, via un algorithme, calcule la taxe de séjour selon les tarifs en vigueur dans la commune, et va effectuer la déclaration au nom de l’hôte. 

En ce qui concerne les vacanciers, ils payent la taxe de séjour au moment de la réservation sur la plateforme en ligne. Cette taxe et son montant sont indiqués au moment de la confirmation de paiement. Airbnb reverse par la suite, de façon annuelle, les taxes de séjour collectées durant l’année aux autorités fiscales concernées en lieu et place de l’hôte, afin de faciliter le processus. 

À noter cependant que la plateforme Airbnb ne prend pas en compte les conditions d’exonération de la taxe de séjour : il faudra donc la payer quoiqu’il arrive - puisque le paiement est automatisé - mais il sera possible par la suite de faire une réclamation pour obtenir un remboursement. 

► Lire aussi : Le montant de la taxe de séjour à Bordeaux

Pourquoi la taxe de séjour ?

Rôle et définition

La taxe de séjour sur les hébergements touristiques est un impôt local que devront payer les voyageurs de passage séjournant sur un territoire de façon temporaire. Elle est payée à l’hôtelier, au logeur ou au propriétaire de l’établissement qui la reversera par la suite aux collectivités locales. Cette taxe fait l’objet d’un paiement et d’une facture séparés de celui de l’hébergement en lui-même.

La plupart des hébergements touristiques ou susceptibles d’accueillir des voyageurs de passage sont soumis à la taxe de séjour : 

  • Les hôtels de tourisme classés et non classés, ainsi que les palaces,
  • Les meublés de tourisme classés et non classés, 
  • Les résidences de tourisme
  • Les villages de vacances
  • Les chambres d’hôtes
  • Les hébergements de plein air : camping, caravanage classés ou non classés, etc.
  • Les ports de plaisance et parcs de stationnement touristique.

► Lire aussi : Le montant de la taxe de séjour à Cannes

Qui doit payer la taxe de séjour ?

Les enfants mineurs ne sont pas concernés par la taxe de séjour !

Tous les vacanciers séjournant sur le territoire d’une commune peuvent être assujettis à la taxe de séjour. En effet, c’est le conseil municipal qui décide de l’instituer ou non. Cependant, dès lors que son application aura été validée, elle sera obligatoire. 

La taxe de séjour est calculée généralement au réel, c’est-à-dire par personne et par nuitée. Ainsi, un couple verra sa taxe de séjour individuelle multipliée par deux, et une famille sera plus susceptible de payer un montant plus élevé. Pourtant, il existe certains cas d’exonération de la taxe de séjour, comme indiqué ci-dessous : 

  • Les enfants de moins de 18 ans ne sont pas soumis à la taxe de séjour,
  • Les titulaires d’un contrat saisonnier employés dans la commune en sont exonérés, 
  • Les bénéficiaires d’un relogement temporaire ou d’un logement d’urgence ne la payent pas,
  • Les propriétaires de résidence secondaire pour laquelle ils versent déjà la taxe d’habitation, 
  • Les personnes vivant dans des hébergements dont le loyer ne dépasse pas un certain plafond.

► Lire aussi : Calcul de la taxe de séjour : les différences entre 2019 et 2020

Quel est le montant de la taxe de séjour à l’étranger ?

Si vous souhaitez quitter la France pour profiter de quelques jours de vacances à l’étranger, sachez que la taxe de séjour vous suivra malgré tout ! En effet, de nombreux pays ont également institué cet impôt local, qui est appliqué au bon vouloir des communes comme en France, mais dont les taux et les fourchettes de prix sont différents de ceux en France. Ne vous attendez pas à payer le même prix de taxe de séjour à La Rochelle qu’à Rome et en Italie, par exemple ! 

Les pays d’Europe ont généralement le même modèle de tarification que la France, avec des prix qui varient en fonction du classement de l’hébergement. En ce qui concerne les locations via Airbnb, même son de cloche qu’en France, puisque la plateforme se chargera de collecter et de reverser l’impôt local aux autorités fiscales compétentes. Pensez à vous rendre sur le site internet de la ville ou du pays où vous vous apprêtez à séjourner afin d’en apprendre plus sur les taux applicables et éviter les mauvaises surprises. Pour en savoir plus sur la taxe de séjour dans les pays d’Europe, cliquez ici

Pour aller plus loin : 

Votre taxe d'habitation va-t-elle baisser ?

Simulation gratuite