La retraite des chauffeurs routiers

Truck with container on road, cargo transportation concept.

Sommaire de l'article

Comment est calculée la retraite d'un chauffeur routier 2019 ? Quel est l'âge de départ en retraite pour un chauffeur routier ? Combien touche un chauffeur routier à la retraite ? Quelles sont les indemnités de départ en retraite dans les transports routiers ? Le point sur la retraite des conducteurs de poids lourds. 

Chauffeurs routiers : à quelle caisse de retraite sont-ils affiliés ?

Le métier de chauffeur regroupe plusieurs travailleurs : les routiers, les conducteurs de bus et les chauffeurs de taxi. Dans les trois cas, ce secteur professionnel regroupe plusieurs statuts d'actifs. Certains sont des travailleurs non salariés (TNS) à leur compte, qui cotisent à la Sécurité Sociale des Indépendants (SSI, ex-RSI). D'autres sont salariés du régime général et cotisent à ce titre à la Caisse Nationale d'Assurance-Vieillesse (CNAV).

Les routiers affiliés au régime général

Les routiers, des salariés du secteur privé
comme les autres ?

Les chauffeurs routiers employés par une entreprise ou un établissement exerçant une activité de transport routier de marchandises, de déménagement ou de transport de fonds et valeurs sont considérés comme des salariés du secteur privé. Ils entrent donc dans le champ d'application de la convention collective nationale des transports routiers et des activités auxiliaires du transport.

En France, les salariés du régime général cotisent à deux caisses de retraite :

  • la CNAV pour la retraite de base ;
  • l'Agirc-Arrco pour la retraite complémentaire.

La CNAV est la caisse de retraite des salariés, salariés cadres et agents contractuels de la fonction publique. L'Agirc-Arrco assure la retraite complémentaire de tous les salariés et cadres en France.

Le premier est un régime à trimestres : le montant de la pension de retraite dépend du nombre de trimestres validés, en fonction de la durée d'assurance. Le second est un système à point : les cotisations versées sont ensuite converties en points retraite et conservés jusqu'à la liquidation des droits à la retraite des salariés. Lors du départ en retraite, la caisse comptabilise le total des points, qui sont ensuite convertis en pension, en fonction de la valeur du point en vigueur et de l'âge de la retraite.

Les routiers ayant le statut micro-entrepreneur

Les chauffeurs routiers roulant à leur compte appartiennent à la catégorie des entreprises individuelles et peuvent à ce titre choisir entre différentes structures juridiques :  EIRL, EURL, SAS, auto-entrepreneur... Pour pouvoir se mettre à leur compte, ils doivent obtenir une autorisation d’exercice de la profession de transporteur (ou Licence de Transport Intérieur, LTI) et être inscrit sur le registre des transports routiers.

Ce faisant, ils sont affiliés à la Sécurité Sociale des Indépendants (SSI) pour leurs cotisations de retraite et protection sociale.

Quel est l'âge de retraite d'un chauffeur routier ?

Pour rappel, dans le calcul de la retraite, il faut bien distinguer "l'âge légal" de "l'âge à taux plein" de retraite :

  • l’âge légal correspond à l’âge à partir duquel un actif peut liquider ses droits à la retraite. En France, il est fixé à 62 ans pour tous les actifs nés après 1955.
  • l’âge à taux plein correspond à l’âge auquel la pension de retraite à taux plein s'applique automatiquement (sans décote ni minoration), généralement 67 ans.

Le fameux taux plein n'est pas le même en fonction du statut professionnel : il est de 50% du dernier salaire pour les salariés du privé et les TNS (artisans, commerciaux, industriels) contre 75% pour les fonctionnaires. Quant aux professions libéralesleur caisse de retraite (la Caisse nationale d'assurance vieillesse des professions libérales) est un système à points.

Pour les chauffeurs routiers relevant du régime général, le départ en retraite est légalement fixé à 60 ans. Mais pour les entreprises bénéficiant du dispositif CFA routier (voir ci-dessous), il est ramené à 55 ans

À combien s'élève la retraite d'un chauffeur routier ?

Difficile à dire : selon le régime auquel est affilié le chauffeur routier (régime général ou SSI), les modalités de calcul de la pension de retraite sont différentes. À cela, il faut ajouter la durée d'assurance, le nombre de trimestres validés, l'année de naissance, etc.

Pour se faire une idée, en moyenne, un conducteur en fin de carrière touche en moyenne 27 800 € par an, hors frais de route. Or, ces derniers, qui représentent en moyenne 800 € par an pour les "grands routiers" ne sont pas pris en compte dans le calcul des cotisations retraite. Ce qui pour les routiers se traduit par une baisse d'environ 20% des revenus.

Les indemnités de départ en retraite dans les transports routiers

Les routiers peuvent partir en retraite dès 55 ans

Comme dans la plupart des régimes de retraite, certaines situations ou accidents de la vie permettent aux affiliés de partir en retraite plus tôt tout en touchant des indemnités. Dans le secteur routier, cela concerne les actifs entre 60 et 65 ans qui :

Ces actifs du secteur des transports peuvent alors bénéficier d'une indemnité de départ en retraite fixée en fonction de son ancienneté dans l'entreprise ou l'établissement à :

  • 1/2 mois de salaire après 10 ans d'ancienneté ;
  • 1 mois de salaire après 15 ans d'ancienneté ;
  • 1 mois et 1/2 de salaire après 20 ans d'ancienneté ;
  • 2 mois de salaire après 25 ans d'ancienneté ;
  • 2 mois et 1/2 de salaire après 30 ans d'ancienneté.

L'indemnité de départ en retraite est calculée sur la base de la rémunération moyenne des salaires que l'intéressé a ou aurait perçus au cours des 12 derniers mois.

Vers la fin du CFA routier en 2020 ?

Le Congé de Fin d'Activité (CFA) est un dispositif qui permet aux routiers de partir en retraite anticipée. Ce dispositif permet aux conducteurs pouvant justifier de 25 années de services de partir en retraite 5 ans avant l'âge légal (62 ans), en conservant 75% du salaire brut jusqu'à la retraite effective. La CFA est ouvert à tous les :

  • conducteurs d'un véhicule de plus de 3,5 tonnes dans une entreprise de transport routier de marchandises pour compte d'autrui ou de déménagement,
  • convoyeurs de fonds et valeurs, 
  • conducteurs routier de voyageurs.

Le taux de cotisation prévu est fixé à 2,8 % de la masse salariale brute du personnel concerné, hors frais professionnels. La cotisation est répartie entre l'employeur et les salariés, respectivement à hauteur de 60 % et 40 %, soit :

  • 1,68 % de cotisation patronale ;
  • 1,12 % de cotisation salariale.
Bon à savoir : la gestion du CFA routier est assurée par l'association FONGECFA-Transport, membre de KLESIA, l'une des caisses de retraite du régime général.

Ce dispositif, qui a bénéficié à près de 35.000 personnes depuis son lancement en 1997, était menacé de disparition. La raison ? Les URSSAF l'assimilent à une pré-retraite d'entreprise. Or, en vertu de la loi Fillon de 2003, ces dispositifs sont taxables à 50 % des sommes versées. Après deux mois de négociations, un protocole d’accord a été trouvé, qui prévoit que système sera préservé jusqu’à fin 2020, mais devra ensuite être réformé. Un nouveau CFA routier devrait voir le jour en 2021.

Bon à savoir : depuis janvier 2018, la retraite des routiers est impactée : les congés versés seront taxés au forfait social de 20 % à partir de janvier 2018.

►Pour aller plus loin avec la retraite :

Les régimes spéciaux de retraite en France 

La retraite dans la fonction publique 

Et bien plus encore :

Simulez vos économies d'impôts grâce au Plan Epargne Retraite

Simulation gratuite

Cet article vous a été utile ?