Selon le dernier rapport de la direction de la Recherche et des Statistiques (DREES), la retraite d’une femme en 2019 est inférieure de 42 % à celle d’un homme. En 2017, le montant de la pension de retraite d’une femme s’élevait à 1096 € brut, soit 38,3 % de moins que celle d’un homme ; 1777 €. Dans le monde professionnel comme à la retraite, femmes et hommes sont encore loin d’être égaux. Comment compenser ces écarts ? Quels sont les dispositifs permettant de mieux se préparer à la retraite lorsqu’on est une femme ?

 

Retraite des femmes : à quel âge ?

L’âge de la retraite pour les femmes est le même que celui des hommes, du moins en théorie. En France, l’âge légal de la retraite est le même pour tous les actifs nés après 1955 : 62 ans. En pratique, l’âge conjoncturel se situe plus aux alentours de 63 ans d’après les statistiques de la CNAV, à raison de :

  • 62,4 ans pour les hommes ;
  • 63,0 ans pour les femmes.

Attention, ces chiffres ne prennent pas en compte les départs anticipés en retraite. En moyenne, les femmes travaillent 7 mois de plus que les hommes avant de partir en retraite.

Retraite : un système très inégal pour les femmes

retraite des femmes 2019
Monde du travail : des inégalités qui persistent jusqu'à la retraite.

Lorsqu’on se penche sur le sujet de la retraite des femmes, mieux vaut avoir de l’humour : tous régimes confondus, la pension de retraite qu’elles perçoivent est 42 % inférieure à celles des hommes. Un écart qui atteint presque 49 % dans le régime complémentaire de la Sécurité sociale pour les indépendants. Ce fossé entre pensions moyennes des femmes et des hommes résulte des inégalités de revenus et de carrière :

  • difficultés à entrer sur le marché du travail ;
  • recours plus important au travail à temps partiel ;
  • interruptions de carrière liées à la maternité ;
  • moins de promotions ;
  • niveaux de rémunération plus faibles que ceux des hommes : en équivalent à temps plein, les femmes gagnent 15,4 % de moins que les hommes en 2019.

Les femmes, premières bénéficiaires des pensions de réversion…

Si elles sont moins avantagées que leurs collègues masculins, les femmes sont en revanche les principales bénéficiaires des pensions de réversion : plus de 88 % des personnes veuves qui touchent cette compensation financière sont des femmes. Un constat qui s’explique d’une part par leur espérance de vie, plus longue : 79,5 ans pour les hommes contre 85,4 ans pour les femmes en 2018, selon l’Insee. D’autre part, ces dernières ont tendance à se marier plus jeunes. Les femmes ont en moyenne deux à trois ans d’écart avec leur époux.

Pour rappel, la pension de réversion n’existe que dans les régimes de retraite des ancien(ne)s salarié(e)s et fonctionnaires. Les professions libérales et les travailleurs non salariés n’y ont pas droit. Dans le secteur privé, elle est égale à 54 % de la retraite que l’époux (se) percevait ou aurait pu percevoir. Dans le secteur public, elle est de 50 %.

Le saviez-vous ? Les femmes seules constituent 50,3 % des quelque 550 000 allocataires de l’Allocation de Solidarité aux personnes âgées (Aspa) fin 2017. Et elles représentent 68,2 % des allocataires seuls.

… et de la retraite progressive

La retraite progressive est un dispositif qui permet aux salarié(e)s de continuer à travailler à temps partiel tout en touchant une partie de leur retraite. Accessible dès 60 ans, la retraite progressive permet d’amorcer en douceur la transition vers la cessation de l’activité professionnelle. Pour en bénéficier, il faut avoir validé au moins 150 trimestres et exercer une activité comprise entre 40 % et 80 % du temps de travail. Au 31 décembre 2017, 16 690 salariés des régimes général et agricole, dont 70 % de femmes.

Les majorations de trimestre pour la retraite des femmes

trimestres supplémentaires pour mères
La maternité : un impact certain sur la retraite des femmes

Pour la majeure partie des femmes, la grossesse et la naissance des enfants sont des enjeux majeurs dans leur carrière. L’interruption d’activité durant plusieurs mois pénalise le montant de leur future retraite. Beaucoup éprouvent des difficultés à retrouver un emploi et un salaire égaux à ceux qu'elles avaient avant la grossesse.

C’est pourquoi des majorations de durée d’assurance (majoration du nombre de trimestres retraite) sont prévues pour améliorer les droits à la retraite des femmes. Les caisses de retraite prévoient en effet l’octroi de trimestres supplémentaires afin que les mères ne soient pas pénalisées.

Trimestres supplémentaires pour enfants : un avant et après 2010

Concernant l’attribution de trimestres supplémentaires pour congé maternité / paternité, la législation a changé en 2010 :

  • pour toute naissance ou adoption d’un enfant avant le 1er janvier 2010, la mère bénéficie d’une majoration de 8 trimestres retraite par enfant (sauf cas spécifiques), à raison de :
    • 4 trimestres au titre de l’accueil de l’enfant ;
    • 4 trimestres au titre de son éducation.
  • Depuis le 1er janvier 2010, la mère reçoit 4 trimestres supplémentaires par enfant né ou adopté. Les 4 autres sont laissés à l’appréciation des parents, qui peuvent décider soit d’attribuer les 4 trimestres supplémentaires à l’un(e) ou à l’autre parent(e), soit de se les répartir. Cette modification a eu lieu afin de permettre le partage des trimestres retraite entre père et mère

La majoration de trimestres pour congé parental d’éducation

Les mères ayant pris un congé parental d’éducation bénéficient d’une majoration de durée d’assurance égale à la durée du congé (par exemple, 8 trimestres retraite pour deux ans de congé parental). Mais cette majoration n’est pas cumulable, pour un même enfant, avec celles accordées au titre de la maternité et de l’éducation des enfants. En pratique, c’est la majoration la plus favorable qui est accordée. Ainsi, une mère qui a pris un congé parental de 3 ans pour élever son enfant bénéficiera de 12 trimestres retraite pour cette période (majoration plus favorable que les 8 trimestres de majoration pour enfant).

La retraite des femmes au foyer 

Les mères au foyer représentaient encore 14 % des femmes âgées de 20 à 59 ans en 2015. Si pour certaines, le fait de rester à la maison est un choix, d’autres peinent à s’engager sur le marché du travail, faute de diplôme ou de conjoncture économique défavorable. Désormais, c’est principalement ce dernier facteur qui prime : 35 % des femmes en 2011 ont invoqué « la fin d’un CDD » comme motif d’inactivité.

Concernant la retraite, les parents isolés et les mères au foyer ayant peu ou pas de revenus peuvent, sous conditions, bénéficier d’une pension de retraite au titre de l’Assurance vieillesse des parents au foyer (AVPF).

L’Assurance vieillesse des parents au foyer (AVPF)

retraite femme au foyer
L’AVPF, la retraite des femmes au foyer

L’AVPF est un dispositif qui permet de rattacher gratuitement au régime général de retraite certaines catégories de parents ou de particuliers. Il s’agit :

  • des parents au foyer,
  • des parents d’enfants handicapés
  •  des personnes ayant la charge d’un parent handicapé à domicile

Dans le cas des femmes au foyer, elles sont automatiquement rattachées à ce dispositif par leur Caisse d’Allocations familiales, si les 3 conditions suivantes sont remplies :

  • percevoir certaines prestations familiales,
  • respecter les plafonds de ressources,
  • avoir un certain nombre d’enfants.

Réforme des retraites : vers un système plus équitable pour les femmes ?

Parmi les préconisations de Jean-Paul Delevoye sur la réforme des retraites se trouvent plusieurs mesures visant à rendre le système plus favorable aux femmes. Comme l’a souligné le haut commissaire à la réforme des retraites, les inégalités de retraites reflètent les inégalités professionnelles entre les genres, mais également la « différence d’impact de l’éducation d’un enfant sur les carrières des pères et des mères ». Parmi les différentes solutions proposées, on trouve :

  • La majoration des droits à la retraite de 5 % par enfant et dès le premier enfant. Actuellement, cette majoration, fixée à 10 %, est réservée aux parents de 3 enfants et plus. Cette majoration sera par défaut attribuée à la mère ;
  • la revalorisation du minimum de retraite à 85 % du SMIC net, dont les femmes seront les premières bénéficiaires ;
  • le calcul des droits liés aux périodes de congés maternité sera fondé sur la base des revenus de l’année précédente ;
  • la suppression du droit à la pension de réversion pour les ex-conjoints en cas de divorce ;
  • toujours sur le sujet de la réversion, celle-ci fera l’objet d’une refonte « dispositif unique », garantissant à la personne veuve 70 % du total des retraites perçues par son couple, à compter de 62 ans et sans condition de ressources ;
  • la suppression de l’âge du taux plein et l’instauration d’un âge pivot, assorti d’un système de décote/surcote.

Foire aux questions

Comment se passe l’attribution des trimestres supplémentaires en cas de garde alternée ?

Pour les parents divorcés, si la naissance du ou des enfant(s) est antérieure à 2010, rien ne change. C’est la mère qui bénéficie des 8 trimestres de majoration par enfant. Si la naissance a eu lieu après le 1er janvier 2010, de deux choses l’une ; soit les parents se partagent les trimestres « à l’amiable », soit ils n’arrivent pas à se départager et c’est la caisse de retraite qui décide selon les critères suivants :

  • en attribuant les trimestres à celui des deux parents qui peut prouver qu’il s’est occupé de l’enfant à titre principal pendant plus longtemps que l’autre ;
  • en attribuant 2 trimestres à chacun des parents, si aucune solution n’est trouvée.

Les parents d’enfants handicapés ont-ils droit à des trimestres supplémentaires ?

Un parent d’enfant en situation de handicap peut bénéficier de 8 trimestres supplémentaires si cet enfant a bénéficié de certaines allocations :  

  • l’allocation d’éducation spéciale (AES) et l’un de ses compléments ;
  • l’allocation d’éducation de l’enfant handicapé (L’AEEH) et son complément ;
  • l’AEEH et la prestation de compensation du handicap (PCH).

Notez que cette majoration peut se cumuler avec la majoration de durée d’assurance pour enfant. 

Lire aussi

Appelez-nous

Nos experts sont disponibles de 9h à 19h du lundi au vendredi


Ou demandez à être rappelé gratuitement

Se faire rappeler

Etre rappelé gratuitement

Nos experts sont disponibles de 9h à 19h du lundi au vendredi

Merci de renseigner un numéro valide

Merci !

.

Connectez-vous !

Votre email n'est pas valideMot de passe oublié ?Merci de renseigner votre mot de passe

Déjà inscrit ?

Ouverture du service imminente !


Laissez-nous votre email pour la piqûre de rappel

Plus qu'une étape avant d'accéder à votre simulation !

Sécurisez votre compte pour accédergratuitement à votre simulation

Votre email n'est pas valideVotre numéroMerci de renseigner votre numéro de téléphone

En cliquant sur "Voir ma simulation" j'accepte lesCGU
et serai automatiquement inscrit afin de profiter des services de Tacotax

DEJA INSCRIT ?