Ouverte à tous les actifs à l'exception des fonctionnaires, la retraite progressive permet d'aménager la transition entre vie active et retraite. Ce système offre une transition plus douce de l'activité professionnelle : elle permet de toucher une partie de sa pension de retraite tout en continuant à travailler à temps partiel. De cette façon, le ou la futur(e) retraité(e) aménage son temps de travail et prépare mieux l'après-vie professionnelle. Tour d'horizon sur cette forme de pré-retraite.

 

Retraite progressive 2019 : conditions, mécanismes et avantages

Pour la plupart des actifs, le départ en retraite se traduit généralement par une baisse de revenus significative. En moyenne, l'écart entre les revenus tirés de l'activité professionnelle et les pensions de retraite est estimé à 35% pour les salariés non cadres et 45% pour les cadres. Pour palier la baisse soudaine de ressources, les actifs en fin de carrière peuvent demander à partir en retraite progressive. Pour faire simple, la retraite progressive consiste à passer à temps partiel dans son activité, tout en percevant une partie de sa pension de retraite (de base et complémentaire). Cette solution est accessible :

  • aux salariés du régime général (Cnav) ;
  • aux salariés et exploitants agricoles (MSA) ;
  • aux artisans, commerçants et industriels (SSI) ;
  • aux contractuels de la fonction publique (Cnav).

Jusqu'en 2011, la retraite anticipée était ouverte aux fonctionnaires titulaires. Ce n'est pas le cas désormais : seuls les agents contractuels (vacataires, remplaçants) peuvent en bénéficier.

Et les professions libérales ? Tout dépend. Les professionnels affiliés à la Caisse nationale d'assurance vieillesse des professions libérales (CNAVPL) et à la Caisse nationale des Barreaux français (CNBF) peuvent bénéficier d'une retraite anticipée s'ils exercent une activité salariée en parallèle de leur profession libérale au moment de la demande.

Bon à savoir : la retraite progressive se distingue de la retraite anticipée, qui elle consiste à partir en retraite pour un motif lié à la santé ou la famille, pour cause de pénibilité, de carrière longue ou parce que l'actif exerce une profession à risques. On parle aussi de préretraite.

Les avantages de la retraite progressive

retraite progressive avantages
Retraite progressive : continuer à travailler tout en 
touchant sa retraite.

La retraite progressive offre un avantage double :

  • permettre aux actifs en fin de carrière de quitter en douceur et de manière progressive la vie active ;
  • disposer d’une pension de retraite plus confortable.

Ainsi, il est tout à fait possible de continuer à travailler à temps partiel et de percevoir une fraction de sa retraite de base et complémentaire. Cependant, pour pouvoir en bénéficier, il faut remplir les critères d’éligibilité :

  • être âgé(e) de plus de 60 ans ;
  • avoir une durée d'assurance (tous régimes confondus) de 150 trimestres ;
  • bénéficier de la retraite de la Sécurité Sociale ou de la MSA au titre de la retraite progressive ;
  • exercer une seule activité, à temps partiel (entre 14h et 28h travaillées par semaine).

Concrètement, comme ça marche ?

Durant cette période de travail à temps partiel, les actifs en retraite progressive continuent à valider des trimestres et donc à cotiser pour la retraite (la vraie). Mieux encore, ils peuvent "surcotiser" pour maintenir le niveau de cotisation d’une activité à temps complet. Durant la période de retraite anticipée, le travailleur perçoit une fraction de sa pension de retraite. Le pourcentage de la pension de retraite est calculé sur la base du temps de travail effectif. En d'autres termes, moins l'actif travaille, plus ce pourcentage est élevé.

La retraite progressive pour les salariés (Cnav et MSA)

retraite progressive salariés
Avec la retraite progressive, la durée d'activité
hebdomadaire
est limitée à 28h.

Les salariés du régime général (Cnav) et agricole (MSA) peuvent demander à partir en retraite progressive avec accord de leur employeur. Si ce dernier accepte, ils passeront donc à mi-temps et toucheront une pension égale à la réduction du temps de travail hebdomadaire. Un actif qui ne travaille plus que 60% (40% de réduction) du temps touchera 40% de sa pension par exemple.

Concernant la durée de travail, elle doit être comprise entre 40% et 80% du temps de travail hebdomadaire. Sur une semaine de 35h, un actif en retraite progressive ne pourra pas travailler moins de 14h ou plus de 28h. La pension de retraite progressive est donc comprise entre 20% et 60% des droits de retraite acquis.

Bon à savoir : le système de décote s'applique sur la retraite progressive. Si l'actif n'a pas cotisé le nombre de trimestres nécessaires pour remplir la durée d'assurance requise, sa fraction de retraite progressive est calculée avec une décote (qui ne peut pas être supérieure à 25 %). La décote cesse de s'appliquer lors de la liquidation des droits à la retraite (définitive cette fois).

La retraite progressive pour les TNS (SSI)

retraite progressive tns
Artisans, commerçants... La retraite progressive
s'adresse à eux également !

Les artisans, commerçants et industriels ne touchant pas de revenus mensuels, pour calculer la fraction de pension de retraite progressive, on compare les revenus de l'année précédente à la moyenne des revenus des 5 dernières années. La fraction de pension versée correspond à la réduction de votre revenu annuel.

Pour les indépendants, le système est un peu différent. La fraction de pension versée évolue avec les années de retraite progressive et les différences de revenus :

  • 1ère année : le TNS perçoit 50% de sa pension de retraite
  • 1er semestre de la 2e année : 50%
  • 2e semestre de la 2e année : la SSI compare les revenus des deux années. Si la différence d'une année sur l'autre est comprise entre 20 % à 50 %, le TNS doit rembourser la différence. S'il a baissé de plus de 50 %, c'est sa caisse de retraite qui lui rembourse le trop-perçu.

Le calcul est refait tous les 1er juillets de chaque année. La Sécurité Sociale des Indépendants (SSI) gère à la fois la retraite de base et complémentaire des TNS (hors professions libérales), il n'y a donc qu'une seule demande à faire.

La retraite progressive des exploitants agricoles (MSA)

Le cas des exploitants agricoles est un peu à part : la réduction d'activité est calculée différemment selon que l'exploitant est assujetti à la Surface Minimum d'Installation (SMI) ou au temps de travail.

Assujettissement Fraction de pension Réduction
Surface minimum d'installation (SMI) 40% 35% à 45% de la SMI
50% 45% de la SMI
Temps de travail 40% 400 et 800 heures de travail
50% 800 heures

La MSA gérant à la fois la retraite de base et complémentaire des exploitants agricoles, il n'y a qu'une seule demande à faire pour la retraite progressive.

Retraite progressive et Agirc-Arrco

Les salariés du régime privé cotisent à la Cnav pour leur retraite de base et à l'Agirc-Arrco pour leur retraite complémentaire. Pour pouvoir bénéficier d'une retraite progressive, ils doivent en informer les deux caisses de retraite, séparément. Pour l'Agirc-Arrco, la demande peut se faire :

  • via votre espace personnel Agirc-Arrco dans la rubrique "Demander ma retraite" ;
  • en téléphonant à un conseiller retraite au 0 820 200 189 (service 0,09 € la minute + prix d’appel) ;
  • en prenant directement contact avec votre caisse Arrco ou, si vous êtes cadre en fin de carrière, avec votre caisse Agirc.

Pour les salariés du régime agricole et les TNS, les caisses de retraite (MSA et SSI) couvrent les régimes de base et complémentaire. Il n'y a donc qu'une seule demande à faire.

Comment est calculée la retraite progressive avec la retraite complémentaire ?

Pour rappel, les régimes de retraite complémentaire sont des systèmes à points. Tout au long de leur carrière, les actifs cotisent des points, qui sont ensuite convertis en pension lors de la liquidation des droits. La formule de calcul de fraction de pension est la suivante :

30 ou 50 ou 70% x valeur du point de retraite = total des points

 30 % ? 50% ? 70 % ? Le pourcentage dépend de la proportion d'activité salariée par rapport à un temps complet :

  • 30% de la pension si l’activité salariée représente entre 80 et 60% du temps complet.
  • 50% de la pension si l’activité salariée est inférieure à 60% et au moins égale à 40% d’un temps complet.
  • 70% de la pension si l’activité salariée est inférieure à 40% d’un temps complet.

Vous l'aurez compris : c'est la même logique qu'avec la retraite de base. Plus la durée d'activité baisse, plus la réduction est importante. Et comme pour la retraite de base, le temps partiel permet de valider des trimestres et de cotiser des points de retraite complémentaire.

Retraite progressive et chômage

En cas de rupture conventionnelle, de licenciement ou de démission, la retraite progressive s'arrêtera puisque la condition d'un emploi à temps partiel n'est plus remplie. Les demandeurs d'emploi peuvent demander à percevoir les allocations chômage jusqu'à remplir les conditions d'obtention du taux plein.

Foire aux questions

La réforme des retraites du gouvernement Macron va-t-elle impacter la retraite progressive ?

Le haut-commissaire à la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye, souhaite apporter certaines modifications à la retraite progressive de façon à rendre ce dispositif plus accessible aux actifs. Pour cela, il souhaite développer le cumul emploi-retraite et la retraite progressive. Il a néanmoins souligné l'importance de respecter la « neutralité financière » (décote et surcote) de ces dispositifs.

Peut-on bénéficier d'une retraite progressive avant 60 ans ?

Non.

Peut-on partir en retraite progressive sans l'accord de l'employeur ?

Non, l'accord de l'employeur est indispensable pour pouvoir travailler à temps partiel. C'est l'obstacle le plus fréquemment rencontré par les salariés qui souhaitent partir en retraite progressive. Le futur retraité progressif doit fournir aux régimes de retraite concernés une attestation délivrée par son employeur.

Appelez-nous

Nos experts sont disponibles de 9h à 19h du lundi au vendredi


Ou demandez à être rappelé gratuitement

Se faire rappeler

Etre rappelé gratuitement

Nos experts sont disponibles de 9h à 19h du lundi au vendredi

Merci de renseigner un numéro valide

Merci !

.

Connectez-vous !

Votre email n'est pas valideMot de passe oublié ?Merci de renseigner votre mot de passe

Déjà inscrit ?

Ouverture du service imminente !


Laissez-nous votre email pour la piqûre de rappel

Plus qu'une étape avant d'accéder à votre simulation !

Sécurisez votre compte pour accédergratuitement à votre simulation

Votre email n'est pas valideVotre numéroMerci de renseigner votre numéro de téléphone

En cliquant sur "Voir ma simulation" j'accepte lesCGU
et serai automatiquement inscrit afin de profiter des services de Tacotax

DEJA INSCRIT ?