Passer sa retraite en Espagne

Famous Alhambra in Granada, Andalusia, Spain

Sommaire de l'article

Vous rêvez de profiter de votre retraite au soleil ? Avez-vous pensé à l’Espagne ? Avec son climat généreux, sa douceur de vie et ses frontières communes avec la France, l’Espagne a toutes les qualités requises pour vous permettre de profiter de vos vieux jours en toute sérénité. Pour vous aider à franchir le cap, Tacotax vous dit tout ce qu’il faut savoir pour passer sa retraite en Espagne. 

Passer sa retraite en Espagne, quels avantages ? 

Proximité géographique avec la France 

Vous voulez changer d’ambiance pour votre retraite, mais vous n’avez pas envie de vous éloigner trop de la France non plus ? Oui la famille c’est important. Et si vous passiez votre retraite en Espagne ? Ce pays permet de combiner famille et vie d’expatrié en raison de sa proximité géographique avec la France. Par la route, par les voies ferrées ou par les voies aériennes, la liaison entre l’Espagne et la France se fait très facilement en quelques heures de voyage seulement. Une bonne raison pour passer sa retraite en Espagne, l’un des pays les plus ensoleillés d’Europe.

Retraite en Espagne, synonyme de qualité de vie ? 

L’Espagne : une richesse culturelle d’exception

Destination de vacances privilégiée des Français, l’Espagne est également une terre d’accueil pour les retraités en mal de soleil. Climat doux en hiver, chaud et ensoleillé en été, l’Espagne a de quoi attirer. Passer votre retraite en Espagne vous permettra également de vivre au rythme espagnol et de visiter des villes plus belles les unes que les autres. Madrid, Séville, Barcelone, Castille, la Costal Del Sol, la Costa Brava… Le patrimoine culturel et gastronomique est riche en Espagne. Musées, balades dans la nature espagnole, sorties en bateau, soirées folkloriques… il y en a pour tous les goûts. Vous aurez de quoi vous occuper si vous venez passer votre retraite en Espagne.

Quant au coût de la vie ; bonne nouvelle, les prix sont moins élevés d’environ 26 % qu’en France, notamment en ce qui concerne le tarif des restaurants, des transports en commun et des produits alimentaires et de première nécessité. Enfin, la convivialité des Espagnols devrait tout à fait répondre à vos attentes. Générosité, jovialité, courtoisie… tout autant de termes qu’on peut employer pour qualifier la population espagnole, toujours disposée à rendre service aux étrangers.

Bon à savoir : vous venez profiter de votre retraite en Espagne et vous cherchez à louer un logement à l’année ou à acheter votre prochain appartement ou maison ? Là encore, bonne nouvelle ! Les prix de l’immobilier sont bien moins élevés en Espagne qu’en France. Il faut compter environ 150 000 € pour un T2 d’environ 60 mètres carrés situé dans une région touristique. Néanmoins, depuis l’éclatement de la bulle immobilière en 2008, de nombreux programmes de logements sont restés vides à cause de la crise économique. Vous pourrez faire de belles affaires, mais attention à ne pas investir dans une ville fantôme ! 

Passer sa retraite en Espagne, quelles formalités ? 

Bien que l’Espagne attire de plus en plus de retraités français, il est nécessaire d’accomplir quelques formalités avant de poser définitivement ses valises. On ne s’installe pas en Espagne comme on s’installe sur la Côte d’Azur ! Rien de bien compliqué néanmoins. 

Les formalités d’entrée 

Retraite à l’étranger : certaines formalités administratives à prévoir

En tant que Français et donc ressortissant d’un pays de l’Union européenne, vous pouvez circuler et résider sur le territoire espagnol en toute liberté. Une condition tout de même : ne pas y séjourner plus de 3 mois.

Si vous choisissez de vous installer en Galice, en Andalousie ou en Catalogne, vous devrez obligatoirement vous procurer un titre de séjour valable pour une durée de 5 ans, renouvelables. Ce document pourra vous être demandé pour souscrire un abonnement, acquérir un bien immobilier et ouvrir un compte bancaire. En tant que citoyen européen, vous ne devriez pas avoir de difficulté à obtenir ce titre de séjour. Néanmoins, les services administratifs espagnols pourraient vous demander de justifier votre affiliation à une assurance maladie et d’apporter la preuve de ressources financières suffisantes. Vous venez passer votre retraite en Espagne avec votre famille ? Le titre de séjour qui vous sera accordé sera valable pour tous les membres de votre famille. 

Une fois arrivé en Espagne, pensez à vous inscrire sur le registre des Français établis hors de France auprès du Consulat. Cette inscription n’est pas obligatoire, mais elle vous permettra de profiter de différents avantages tels que la simplification des procédures douanières et de vos démarches administratives. 

Vous partez vivre en Espagne pour votre retraite ? Oui, mais n’oubliez pas de signaler votre nouvelle adresse espagnole à la caisse régionale qui vous verse vos pensions de retraite pour continuer à les percevoir. Il faudra également lui indiquer vos nouvelles coordonnées bancaires. Attention, pour bénéficier de vos pensions de retraite en Espagne, il faudra remplir un certificat de vie une fois par an pour prouver à votre caisse de retraite que vous êtes toujours vivant. S’il est possible d’envoyer ce certificat par courrier, la démarche a été simplifiée en 2018, le Gouvernement français autorisant désormais les retraités à le transmettre par voie dématérialisée. 

Assurance maladie et retraite en Espagne 

Dans la mesure où vous êtes affilié au régime de la Sécurité sociale française, vous avez la possibilité de transférer vos droits à l’assurance maladie en Espagne. Pour cela, il vous suffira de présenter le formulaire S1 à votre nouvel organisme de santé. Pour profiter d’une prise en charge totale de vos frais de santé, il est préférable d’adhérer à la Caisse des Français de l’Étranger (CFE). 

Passer sa retraite en Espagne et profiter du soleil ne signifie pas pour autant devenir irresponsable. Vous devez donc penser à votre mutuelle complémentaire. Vous avez choisi de dépendre du régime social espagnol ? Alors il faudra souscrire une mutuelle auprès d’un organisme local. Si vous avez adhéré au CFE, vous pourrez facilement souscrire à une mutuelle en contactant un organisme partenaire. Vous avez d’ailleurs tout intérêt à souscrire à une assurance privée ou à une mutuelle, car certains frais de santé comme les soins optiques et les soins dentaires ne sont pas pris en charge par le système public.

Bon à savoir : l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a classé le système de soins de santé espagnol comme étant l’un des meilleurs au monde. Les performances du système de santé espagnol sont d’ailleurs meilleures que celles du système français. Une information rassurante n’est-ce pas ? 

Retraite en Espagne et imposition 

Passer sa retraite en Espagne ? Oui. Subir une double imposition ? Non ! Pas d’inquiétudes, la France et l’Espagne ont signé une convention en 1995 qui réglemente l’imposition en cas d’expatriation dans l’un ou l’autre des pays. Ainsi, il faut passer au moins 183 jours en Espagne pour être considéré comme ressortissant espagnol. Aucune obligation de rester en Espagne pendant 183 jours de manière continue !

Qu’est-ce que cela signifie pour vos pensions de retraite ? Et bien tout simplement qu’en passant votre retraite en Espagne vos pensions seront imposables en France, mais que vos autres ressources seront imposées en Espagne à un taux moins élevé qu’en France. Si vous décidez d’acquérir un bien immobilier en Espagne, vous devez payer les taxes et impôts afférents en Espagne

Foire aux questions 

Retraite en Espagne et Brexit, est-ce compatible ?

Pour les Français, oui sans problèmes. Ce sont les ressortissants britanniques partis s’installer en Espagne qui sont les plus concernés ! En effet, en raison du Brexit, les quelque 70 000 retraités britanniques pourraient ne plus arriver à se faire rembourser les frais relatifs à leur santé par le service national de santé britannique.  

Acheter un bien immobilier en Espagne, comment faire ?

Si vous prenez votre retraite en Espagne, vous aurez peut-être envie d’y investir. Pour cela, il faudra d’abord se rapprocher de la direction générale de la police pour obtenir un numéro d’identification étranger (NIE). Comme en France, vous aurez d’abord un compromis de vente à signer puis un acte de vente devant notaire. Pour vous encadrer dans vos démarches et sécuriser votre opération financière, mieux vaut être assisté d’un avocat ou d’un conseil spécialisé. 

►Pour aller plus loin :

Analysez gratuitement votre situation pour réduire vos impôts

Simulation gratuite

Cet article vous a été utile ?