Passer sa retraite en Belgique

View of Namur

Sommaire de l'article

Avec plus de 200 000 expatriés français, la Belgique est l’une de nos destinations préférées ! Alors, pourquoi ne pas choisir de passer sa retraite en Belgique ? Proches de Paris, bien desservis, une offre immobilière intéressante… Nos voisins belges ont des atouts qui sauront vous séduire ! Tacotax fait le point pour vous. 

Choisir de passer sa retraite en Belgique, oui, mais pourquoi ? 

Ne nous voilons pas la face… ce n’est pas le climat qui vous donnera envie de passer votre retraite en Belgique ! On pense davantage à la fiscalité appliquée, à l’immobilier attractif et à la proximité géographique du pays. 

La fiscalité appliquée en Belgique 

Belgique : une fiscalité parmi les plus fortes d’Europe.

Si de nombreux Français choisissent de vivre en Belgique, ce n’est pas pour l’impôt sur le revenu qui y est pratiqué ! Il est plus important qu’en France, et notamment pour les revenus les plus hauts. Les résidents belges aux revenus les plus faibles (en dessous de 6 040 €) en sont exonérés, mais la première tranche d’imposition qui concerne les revenus jusqu’à 7 420 € est imposée à 25 % ! Les tranches d’imposition suivantes passent à 30 %, puis 50 % dès 32 720 €.

En comparaison, en France la première tranche s’élève à 14 % (11 % à partir de 2020). Les hauts revenus sont fortement taxés en Belgique, une tranche à 75 % s’appliquant au-delà de 1 million d’euros. 

D’après la convention fiscale bilatérale qui a été signée entre la France et la Belgique, si vous choisissez de traverser la frontière pour vivre chez nos voisins, vous y serez redevable de l’impôt. Ainsi en passant votre retraite en Belgique, vous paierez votre impôt sur le revenu dans votre nouveau pays de résidence. Oui, cette règle, ainsi que les tranches d’imposition dont nous venons de vous parler, s’appliquera même si vous êtes retraité français. Vous serez imposable directement sur vos pensions de retraite à une exception près ! En effet, si vos pensions de retraite proviennent de l’État français ou de toute autre personne morale de droit public français, vous serez imposable directement en France. Si c’est votre cas, vous aurez très certainement un intérêt à passer votre retraite en Belgique. 

Un immobilier très attractif 

Changer de pays implique un déménagement. Si vous venez en Belgique pour votre retraite, vous avez deux solutions :

  • Soit vous comptez louer votre nouveau logement,
  • soit vous comptez l’acheter.

Pour acquérir un bien immobilier chez nos voisins belges, il vous faudra obligatoirement passer par le biais d’un notaire. Si les frais de notaire sont plus élevés qu’en France (15 % de la valeur du bien tout de même), les prix de l’immobilier sont bien moins élevés. En passant votre retraite en Belgique, vous aurez ainsi la possibilité d’acheter une maison ou un appartement pour un prix trois fois moins élevé que ceux pratiqués en France. 

Attention néanmoins à la fiscalité en ce qui concerne les revenus immobiliers, ces derniers étant fortement imposés en Belgique. En effet, ici vous ne devrez pas déclarer les revenus que vous aurez perçus de votre bien, mais le revenu cadastral qui est directement calculé par l’administration belge, majoré de 40 %

Passer sa retraite en Belgique, des points négatifs ? 

On vous l’a dit, on ne vient pas en Belgique pour son climat. Si vous rêvez de cocotiers, de plages aux eaux chaudes et de farniente, oubliez ce pays. Il y fait souvent moins chaud qu’en France, avec un ensoleillement moins important. Un point négatif à prendre en compte, en particulier si vous êtes de nature frileuse ! 

Il faut également le dire : le coût de la vie y est plus élevé qu’en France, et en particulier en ce qui concerne les produits alimentaires. Si vous venez passer votre retraite en Belgique, il faudra vous attendre à payer 3 à 5 % de plus pour votre carburant par exemple. De même, alors qu’un abonnement internet peut coûter moins de 30 €/mois en France, il faut plutôt compter 90 €/mois en Belgique… Mais le service client est plus performant alors ceci explique sans doute cela ! 

Quelles formalités pour passer sa retraite en Belgique ? 

Dans la mesure où la Belgique et la France font partie de l’espace Schengen, les démarches pour passer sa retraite en Belgique sont simplifiées. On vous en dit un peu plus. 

Retraite en Belgique et titre de séjour 

Étant un ressortissant européen, vous n’aurez aucune difficulté à vous installer en Belgique pour y passer votre retraite. Une fois votre logement choisi, il vous suffira de vous déclarer en mairie auprès de votre nouvelle commune de résidence. Vous recevrez ensuite une visite des services de police qui viendront vérifier que vous êtes effectivement domicilié à l’adresse que vous avez indiquée. C’est suite à cette procédure que vous obtiendrez votre carte de séjour et que vous pourrez passer votre retraite en Belgique l’esprit tranquille.

Sachez tout de même que cette carte de séjour est valable 5 ans, renouvelable à nouveau pour la même durée dans la mesure où vous pouvez justifier de votre statut de retraité. Il vous faudra aussi attester de votre affiliation au système de santé belge

Le système de santé belge

L’affiliation au système de santé belge : indispensable
pour envisager une retraite en Belgique

Pour profiter de votre retraite en Belgique et continuer à prendre soin de votre santé, il faut vous affilier au système de santé belge. Pour ça, vous allez devoir effectuer quelques démarches auprès de votre sécurité sociale. 

Dans un premier temps, vous devez demander à votre caisse de retraite du régime de base le document portable S1 (ou formulaire E 121) « Inscription en vue de bénéficier de la couverture de l’assurance maladie ». Pensez à le demander au plus tard 15 jours avant votre arrivée en Belgique. Si vous êtes accompagné d’un membre de famille, il faudra également qu’il dispose d’un document portable S1. Vous devrez ensuite déclarer votre changement d’adresse avant votre départ à votre caisse d’assurance maladie française. 

Il est maintenant venu le temps de vous inscrire à la sécurité sociale belge. Comment ? En choisissant l’office régional de la Caisse auxiliaire d’assurance maladie invalidité (la CAAMI) ou l’une des mutualités qui gèrent le système belge. Vous pourrez opter pour la mutualité chrétienne, neutre, libre, libérale ou socialiste. Une fois inscrit, vous recevrez votre ISI+, l’équivalent de notre carte vitale française. 

Quoi qu’il en soit, vous pourrez toujours revenir en France pour vous faire soigner, même si vous passez votre retraite en Belgique. Pour bénéficier du remboursement de l’ensemble de vos soins, il vous suffira de contacter la dernière caisse d’assurance maladie dont vous dépendiez avant de quitter le pays, ou éventuellement celle du lieu où vous séjournez en France. Vous avez d’ailleurs droit à une carte vitale française même si vous avez choisi de passer votre retraite en Belgique.

Bon à savoir : qu’en est-il de vos cotisations si vous faites le choix d’une retraite en Belgique ? Dans la mesure où des cotisations sont déjà retenues sur vos pensions de retraite françaises, le régime local belge n’applique aucune cotisation supplémentaire. 

Foire aux questions

Qu’est-ce qu’une convention fiscale bilatérale ?

Signée entre deux pays, la convention fiscale bilatérale est un traité dont l’objectif est d’éviter la double imposition des entreprises et des personnes. En effet, elles ne doivent pas être imposées à la fois dans leur pays d’origine et dans le pays du lieu de leur résidence fiscale pour un même revenu. 

Qu’est-ce que le revenu cadastral ?

Il s’agit du revenu fictif produit par un bien immobilier en 1 an, déterminé en fonction du marché de la location au 1er janvier 1975. Pour le calculer, il faut multiplier la valeur locative d’un bien immobilier au 01/01/1975 par 12, puis déduire 40 % de frais du produit obtenu. On obtient ainsi le revenu cadastral net qui doit encore être indexé selon un coefficient prédéterminé. 

De quand date l’impôt sur le revenu ?

En France, cet impôt direct a été mis en place par la Loi de Finances du 15 juillet 1914. Après la TVA, l’impôt sur le revenu est la deuxième source budgétaire la plus importante de l’État.

►Pour aller plus loin :

Simulez vos économies d'impôts grâce au Plan Epargne RetraiteSimulation gratuite