Indemnité fin de carrière : comment l’obtenir ?

indemnite fin de carriere

Lydia Mdjassiri

Mis à jour le 08 juillet 2021

Vous préparez votre départ à la retraite et vous voulez en savoir plus sur l’indemnité en fin de carrière ? L’indemnité fin de carrière est une prime à laquelle certains salariés peuvent prétendre lorsque leur vie active prend fin. En quoi consiste cette indemnité ? Quelles sont les conditions nécessaires pour en bénéficier ? Comment la calculer ? Tacotax vous répond !

Indemnité fin de carrière : qu’est-ce que c’est  ?

Le remboursement d’indemnité fin de carrière, qu’est-ce que c’est ? Lorsque votre vie professionnelle prend fin, vous avez la possibilité de percevoir une prime au moment du départ à la retraite. Pour être éligible, vous devez correspondre à un certain nombre de critères basés sur les conditions de votre départ à la retraite, le type de contrat de travail que vous avez signé ainsi que le nombre d’années durant lesquelles vous avez travaillé dans votre dernière entreprise.

Est-ce que la prime de départ en retraite est obligatoire ?

L’indemnité de fin de carrière ne vous est pas accordée de manière automatique ! En effet, pour que cette prime vous soit obligatoire, vous devez remplir des conditions précises : 

  • votre départ à la retraite doit avoir lieu à l’initiative de votre employeur et non de manière volontaire ;
  • il vous faut justifier d’un an a minima d’ancienneté au sein de l’entreprise dans laquelle vous travaillez ;
  • vous travaillez sous un contrat à durée indéterminée.

Si votre départ est volontaire, la condition d’ancienneté n’est pas la même : il vous faut justifier de plus de 10 ans d’ancienneté dans la société dans laquelle vous exercez.

Qui a droit à la prime de fin de carrière ?

Pour avoir accès à une indemnité de fin de carrière, la demande de départ à la retraite par l’employeur est un élément clé. En effet, en cas de départ à l’initiative du chef d’entreprise, vous avez la garantie de recevoir une indemnité de fin de carrière si vous respectez les critères énoncés plus haut.

Toutefois, si la prime de fin de carrière est moins avantageuse que l’indemnité légale de licenciement, c’est cette dernière que vous recevrez lorsque vous quitterez l’entreprise. Dans le cadre d’un départ volontaire, vous ne bénéficierez d’une prime que si votre ancienneté dans l’entreprise est supérieure ou égale à 10 ans.

Le saviez-vous ?

Vous pouvez prétendre à d’autres indemnités dans certains cas, comme des compensations liées à une clause de non-concurrence ou des indemnités compensatrices de congés payés ou de préavis.

Quel est le montant de la prime de départ à la retraite ?

Le montant de votre indemnité est basé sur le salaire moyen perçu au cours de votre carrière. Cela signifie que ce montant varie naturellement en fonction de votre métier et du secteur dans lequel vous exercez. Par exemple, une indemnité de fin de carrière dans l’automobile ne sera pas égale à une indemnité de fin de carrière pour un salarié dépendant de la PRO BTP.

Ensuite, qu’il s’agisse d’un départ volontaire pour la retraite ou d’une fin de carrière décidée par votre employeur, votre ancienneté dans la boîte est déterminante dans le calcul de l’indemnité fin de carrière : plus votre carrière est longue est plus la prime est avantageuse.

Quelle fiscalité pour l’indemnité fin de carrière ?

Prime de fin de carrière : imposable ou non ?

L’indemnité perçue en fin de carrière est imposable car elle appartient à la catégorie des traitements et salaires : cette dernière comprend les salaires et pensions perçus par le contribuable. L’indemnité fin de carrière est, depuis que le prélèvement à la source a été mis en place, retenu directement à la source.

Le système mis en place pour l’imposition de la prime est celui du quotient. Cela signifie que vous vous acquittez de l’impôt sur le revenu s’appliquant à votre indemnité en une seule fois. L’étalement a été supprimé à compter des revenus 2020, mais ce système consistait à étaler sur 4 ans l’imposition de votre indemnité à parts égales, c’est-à-dire sur l’année d’obtention de cette dernière et sur les 3 années suivantes.

Déclaration de l’indemnité de départ à la retraite

Déclarer votre prime de fin de carrière se fait en 3 étapes. Dans un premier temps, il vous faut renseigner le montant de l’indemnité sur votre déclaration de revenus 2042. Ne l’intégrez pas aux autres revenus perçus, renseignez-la uniquement dans la case 0XX

Pensez ensuite à soustraire votre prime du revenu qui a été pré-rempli sur la déclaration. Enfin, il vous faut détailler le montant et la nature de l’indemnité dans la partie concernant les « revenus exceptionnels ou différés à imposer suivant le système du quotient ».

► Lire aussi : Le calcul de la provision d’indemnité de fin de carrière

Comment calculer les indemnités de départ à la retraite ?

Pas besoin de simulateur pour connaître le montant de votre indemnité de départ à la retraite ! Pour savoir combien vous percevrez, il vous suffit de faire les calculs s’appliquant à votre situation professionnelle et au montant de votre salaire moyen.

Calculer l’indemnité pour un départ volontaire

Un salarié qui quitte volontairement son emploi pour partir à la retraite n’a droit à une prime de départ que s’il justifie d’une ancienneté dans l’entreprise d’au moins 10 ans. Si vous êtes dans ce cas, voici le montant de l’indemnité à laquelle vous aurez droit en fonction de votre ancienneté :

Ancienneté du salariéMontant de l'indemnité

10 ans minimum et moins de 15 ans

1/2 mois de salaire

15 ans minimum et moins de 20 ans

1 mois de salaire

20 ans minimum et moins de 30 ans

1 mois et demi de salaire

Au moins 30 ans

2 mois de salaire

Plus votre ancienneté est élevée et plus votre indemnité est importante. Pour la calculer, on prend en compte votre salaire moyen qui représente un tiers de votre salaire brut des 3 derniers mois ou 1/12e de vos revenus bruts de l’année précédant la fin de votre carrière. C’est la formule qui est la plus avantageuse pour vous qui est choisie !

Calculer l’indemnité pour un départ décidé par l’employeur

Si le salarié est mis à la retraite par son employeur, son calcul repose également sur votre ancienneté :

  • si vous avez exercé une activité professionnelle pendant moins de 10 ans au sein de la boite, l’indemnité est calculée en fonction du salaire brut perçu avant votre départ. La prime ne doit pas être inférieure à un quart de rémunération mensuelle par année d’ancienneté ;
  • si vous avez travaillé plus de 10 ans dans l’entreprise, le principe est le même pour les 10 premières années. Mais à partir de la 11e année, la prime se base sur un tiers de mois de salaire par an d’ancienneté.

En cas d’activité à temps partiel effectuée dans la même entreprise, votre prime prend en compte le travail à temps plein et à temps partiel de manière proportionnelle.

Indemnité de fin de carrière et licenciement

Vous ne percevez la prime de départ à la retraite que si son montant est plus avantageux que celui de votre indemnité légale de licenciement.

Indemnité fin de carrière : quelques exemples

Marie a travaillé 14 ans à temps plein et 3 ans à mi-temps dans une entreprise avant d’être mise à la retraite par son employeur. Son salaire mensuel brut au cours de l’année précédent la fin de son activité est de 1 300 €, soit 2 600 € à temps plein. Sa prime de fin de carrière se calcule comme ceci : [(2 600 x 1/4) x 10] + [(2 600 x 1/3) x 4] + [(1 300 x 1/3) x 3] = 11 267 €.

Denis a travaillé dans une entreprise pendant 15 ans et est ensuite parti volontairement à la retraite. Son salaire moyen par mois est de 2 200 €. Son indemnité de fin de carrière est donc équivalente à un mois de salaire, c’est-à-dire 2 200 €.

Foire aux questions

🤷 Qu’est-ce que le congé de fin de carrière ?

Vous avez un compte épargne-temps sur lequel vous avez épargné les jours de congés dont vous ne vous êtes pas servi pendant votre carrière ? Bonne nouvelle ! Grâce à votre CET, vous pouvez poser un congé de fin de carrière. C’est un droit qu’il vous est possible de faire valoir auprès de votre employeur si vous souhaitez partir à la retraite de manière anticipée. 

Le principe est simple : en posant un congé dont la durée est proportionnelle au nombre de jours accumulés sur votre compte épargne-temps, vous pouvez partir à la retraite avec un peu d’avance !

🤝 Comment travailler moins en fin de carrière ?

Si vous voulez réduire votre temps de travail avant de partir à la retraite, plusieurs possibilités s’offrent à vous. Tout d’abord, comme expliqué ci-dessus vous avez l’option du congé de fin de carrière en posant les jours stockés sur votre compte épargne-temps. 

Un autre dispositif intéressant pour les salariés en fin de carrière professionnelle est la retraite progressive. C’est un système de transition proposé en fin de carrière pour les salariés qui veulent percevoir une partie de leur retraite tout en continuant de travailler à temps partiel. Certains critères doivent toutefois être respectés pour pouvoir profiter du dispositif :

  • avoir au moins 60 ans ;
  • avoir cotisé durant au moins 150 trimestres au cours de votre carrière ;
  • le travail exercé à temps partiel doit être calculé de manière proportionnel à votre temps d’activité à temps complet : il doit représenter 40 % à 80 % de ce dernier.

🤷 Comment étaler une prime de départ à la retraite ?

Le système d’étalement n’est plus proposée aux salariés depuis le 1er janvier 2020, cette disposition n’était donc applicable qu’aux primes obtenues avant le 31 décembre 2019. Dans le cadre d’un étalement, vous aviez la possibilité de percevoir votre indemnité de départ à la retraite sur 4 ans : le salarié recevait donc un quart de sa prime tous les ans.

🤝 Comment arrêter de travailler à 58 ans ?

Votre âge de départ à la retraite dépend de plusieurs facteurs, à savoir votre année de naissance, le nombre de trimestres que vous avez validés et, dans certains cas, les conditions dans lesquelles vous exercez votre activité. Cela s’explique notamment par le fait que le nombre de trimestres à cotiser pour percevoir une retraite à taux plein varie selon l’année durant laquelle vous êtes né. 

Vous pouvez partir à la retraite plus tôt que la moyenne dans le cadre d’une demande de retraite anticipée pour carrière longue. Pour ce faire il vous faut avoir commencé à travailler avant 16, 17 ou 20 ans. 

Par exemple, vous pouvez tout à fait demander à partir à la retraite à 58 ans si vous êtes né en 1960 et que vous avez commencé à exercer une activité professionnelle avant 16 ans. Vous devez également avoir cotisé (et non seulement validé, puisque les trimestres validés comprennent les trimestres cotisés et les trimestres assimilés) 8 trimestres de plus que la durée de cotisation requise.