1. Retraite : le guide ultime pour bien la préparer

  2. Cotisation pour ma retraite : comment ça fonctionne ?

Cotisation pour ma retraite : comment ça fonctionne ?

cotisation retraite

Sommaire de l'article

C’est bien connu : pour partir à la retraite, il faut avoir cotisé suffisamment de trimestres au cours de sa vie active. Pour autant, la cotisation pour la retraite ne se limite pas aux trimestres, pour le régime général comme pour la retraite complémentaire. En effet, en France, la cotisation pour la retraite s’effectue également par le biais des cotisations sociales, ces charges patronales et salariales prélevées sur les salaires, notamment, au même titre que les cotisations de chômage, par exemple. Quels sont les taux de cotisation pour la retraite en 2021 ? Combien de trimestres dois-je cotiser pour pouvoir bénéficier de ma retraite à taux plein ? Beaucoup de questions, mais Tacotax a les réponses !

Simulez vos économies d'impôts grâce au Plan Epargne Retraite

Simulation gratuite

Comprendre le système de cotisation pour la retraite

Cotiser tous les mois pour la retraite, c’est bien, mais comprendre le fonctionnement de son système, c’est encore mieux ! En France, les salariés du secteur privé observent, entre autres, quatre cotisations prélevées automatiquement sur leur salaire :

  • La Sécurité sociale plafonnée,
  • La Sécurité sociale déplafonnée,
  • La complémentaire (tranche 1),
  • La complémentaire (tranche 2).

Cotiser pour sa retraite dans le régime général

Les travailleurs salariés du secteur privé sont affiliés au régime de base, ou régime général, de retraite. Ce régime de retraite est géré par la caisse de retraite Cnav (pour Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse), qui va en quelque sorte récupérer les prélèvements sociaux des actifs pour verser leur pension de retraite aux retraités. 

En matière de cotisations sociales, et ici de cotisation de retraite, on observe les charges patronales (payées par l’employeur) et les charges salariales (prélevées du salaire). Ces prélèvements sociaux répondent à des taux de cotisation d’assurance retraite, prenant en compte le Plafond de la Sécurité sociale (PSS) qui officie ici de repère. Ainsi, le taux de cotisation de la Cnav sera plafonné, puisqu’il ne s’applique qu’à la part du salaire se situant sous ce PSS, qui change chaque année. 

En 2021, le Plafond annuel de la Sécurité sociale est de 41 136 €. La cotisation plafonnée, quant à elle, est de :

  • 8,55 % pour l’employeur,
  • 6,90 % pour le salarié.

Il existe également une seconde cotisation du régime général qui est cette fois déplafonnée, c’est-à-dire qu’elle va être appliquée sur l’ensemble du salaire, sans prendre en compte le PSS. Son taux est le suivant :

  • 1,90 % pour l’employeur,
  • 0,40 % pour le salarié.

Cotiser pour la retraite complémentaire

Si la Cnav se charge du régime de retraite de base, le régime complémentaire est, quant à lui, géré par la caisse Agirc-Arrco. Auparavant deux caisses de retraite bien distinctes, l’Agirc et l’Arrco ont fusionné le 1er janvier 2019 pour que salariés et cadres effectuent leur cotisation à la même caisse de retraite complémentaire.

Ici, on distingue trois types de charges : 

  • Les cotisations de retraite Agirc-Arrco classiques,
  • La Contribution d’Équilibre Général (CET),
  • La Contribution d’Équilibre Technique (CET).

Ces cotisations répondent au doux nom de Tranche 1 et Tranche 2, visibles notamment sur votre fiche de paie. Pourquoi ces deux tranches ? Tout simplement parce qu’elles ne répondent pas aux mêmes prélèvements. Retrouvez ci-dessous les taux de cotisations de l’Agirc-Arrco pour la retraite complémentaire :

ChargesTaux globalPart salarialePart employeurAssiette
Agirc-Arrco tranche 17,8 %3,1 %4,7 %1 PSS* max
Agirc-Arrco tranche 221,6 %8,6 %13 %1 à 8 PSS
Apec**0,06 %0,024 %0,036 %4 PSS max
CET***0,35 %0,13 %0,22 %8 PSS max
CEG**** tranche 12,15 %0,86 %1,29 %1 PSS max
CEG tranche 22,70 %1,62 %1,08 %1 à 8 PSS

* Plafond annuel de la Sécurité sociale.
** Association pour l'emploi des cadres.
*** Compte épargne-temps.
**** Contribution d'équilibre générale.

Quelle cotisation de retraite pour un auto-entrepreneur ?

Les travailleurs soumis au régime micro-social (auto-entrepreneurs, micro-entrepreneurs, etc.) ont, eux aussi, des droits à la retraite ! Mais la cotisation diffère : les charges sociales doivent être payées au moment de la déclaration du chiffre d’affaires à l’Urssaf.

Les artisans, commerçants et les travailleurs ayant une profession libérale non réglementée peuvent acquérir des droits grâce à la SSI (Sécurité Sociale des Indépendants). Si la profession libérale exercée est réglementée, c’est vers la Cipav (Caisse interprofessionnelle des professions libérales) qu’il faudra se tourner.

Cipav ou SSI, cela ne fait aucune différence pour l’Urssaf qui effectue de lui-même l’affiliation de l’auto-entrepreneur à telle ou telle caisse. Quant au calcul de la cotisation de retraite pour un auto-entrepreneur, il faudra se référer au chiffre d’affaires, mais également au type d’activité exercée. Les taux sont les suivants, en matière de charges sociales :

Type d'activitéTaux de cotisation CFP*Taux de cotisation socialeTaux de cotisation total
Vente de marchandise, d'objets, de fournitures, de denrées à emporter ou à consommer sur place et fourniture de logement (BIC**)0,1 %12,8 %12,9 %
BIC artisanal (prestation de services)0,3 %22 %22,3 %
BNC*** (prestation de services)0,2 %22 %22,2 %
Activité libérale qui relève de la Sécurité sociale des indépendants au titre de l'assurance vieillesse0,2 %22 %22,2 %
Activité libérale qui relève de la CIPAV au titre de l'assurance vieillesse0,2 %22 %22,2 %

* Congé de Formation Professionnelle.
** Bénéfices Industriels et Commerciaux
*** Bénéfices Non Commerciaux

► Lire aussi : Retraite anticipée : qui peut en bénéficier et pourquoi ?

Simulez vos économies d'impôts grâce au Plan Epargne Retraite

Simulation gratuite

Les conditions requises pour partir à la retraite

Quel est le nombre de trimestres pour partir à la retraite ?

Outre les cotisations versées aux caisses de retraite, un salarié ne pourra partir à la retraite qu’à condition d’avoir atteint l’âge minimum… et d’avoir cotisé suffisamment de trimestres ! Ce nombre de trimestres, on l’appelle la durée d’assurance. En France, un actif ne pourra pas prétendre à un départ à la retraite s’il a moins de 62 ans, sauf exception. Quant à la durée d’assurance minimale requise, elle varie entre 160 et 172 trimestres, selon l’année de naissance de l’actif en question, comment indiqué ci-dessous : 

Année de naissanceNombre minimum de trimestres cotisés
1953 - 1954165
1955 - 1956 - 1957166
1958 - 1959 - 1960167
1961 - 1962 - 1963168
1964 - 1965 - 1966169
1967 - 1968 - 1969170
1970 - 1971 - 1972171
À partir de 1973172

À noter qu’il est possible de partir à la retraite dès 62 ans même sans avoir cotisé suffisamment de trimestres, mais la pension de retraite que vous touchez sera impactée par une décote apposée, et ce jusqu’à l’âge de 67 ans, âge du taux plein automatique. À l’inverse, si vous avez atteint la durée d’assurance requise pour bénéficier de votre retraite à taux plein, mais que vous continuez à travailler, vous pourrez potentiellement bénéficier d’une surcote

Certaines conditions permettent de partir à la retraite plus tôt sans pour autant subir de décote. C’est notamment le cas pour :

  • Les préretraites handicap (55 à 62 ans),
  • Les préretraites carrière longue (56 à 62 ans),
  • Les préretraites pénibilité (60 à 62 ans).

Comment est calculée la retraite ?

En prenant en compte la durée d’assurance atteinte (le nombre de trimestres cotisés) et l’âge de départ, les caisses de retraite (du régime général et complémentaire) calculent le montant de la pension de base.

Pour la retraite complémentaire, l’Agirc-Arrco a récemment mis en place un système de bonus-malus pour récompenser les actifs continuant à travailler même après avoir atteint l’âge légal de départ. 

À noter également que le fonctionnement de la retraite de la Cnav concerne également la Mutuelle Sociale Agricole (MSA), qui est le régime des salariés agricoles, mais aussi le SSI (régime des artisans, commerçants et industriels), dans une optique d’harmonisation des différents régimes de retraite.

► Lire aussi : La retraite par métier : les différents secteurs et leurs régimes

Quelles sont les cotisations prélevées sur les retraites ?

Outre les charges salariales et patronales, les pensions de retraite sont, elles aussi, concernées par les cotisations sociales obligatoires ! En effet, les pensions de retraite, bien que moins impactées par ces prélèvements sociaux, subissent :

  • La CSG (Contribution Sociale Généralisée),
  • La CRDS (Contribution de Remboursement pour la Dette Sociale),
  • La CASA (Contribution Additionnelle de Solidarité pour l’Autonomie).

Les pensions de retraite du régime de base

Les retraites versées dans le régime de base sont donc amputées de certaines charges sociales, à hauteur de 9,10 %, comme détaillé ci-dessous :

  • Cotisation maladie : 0 % (sauf si domicilié à l’étranger),
  • CSG : 8,3 %, 6,6 % ou 3,8 % d’après le revenu fiscal de référence (RFR),
  • CRDS : 0,5 %,
  • CASA : 0,3 % (ne concerne que les pensions dont le taux de CSG est de 6,6 %).

Ces taux de cotisations sur la pension de retraite sont également les mêmes que ceux des retraités de la fonction publique (anciens fonctionnaires).

Les pensions de retraite du régime Agric-Arrco

Il n’y a pas que le régime de base qui est concerné par ces prélèvements sociaux. La pension de retraite du régime Agirc-Arrco, pour la retraite complémentaire, supporte également son lot de cotisations, à hauteur de 10,10 % :

  • Cotisation maladie : 1 %,
  • Cotisation maladie pour le régime local général d’Alsace Moselle : 2,5 %,
  • Cotisation maladie pour les résidents TOM ou à l’étranger : 4,2 %,
  • CSG : 8,3 %; 6,6 % ou 3,8 % d’après le revenu fiscal de référence,
  • CRDS : 0,5 %,
  • CASA : 0,3 % (ne concerne que les pensions dont le taux de CSG est de 6,6 %).

Ces taux de cotisations sont également les mêmes que pour le régime Ircantec.

Les pensions de retraite des autres régimes

Les taux de cotisations sociales sur la retraite des exploitants agricoles, des professions libérales, des régimes spéciaux ou encore des artisans-commerçants sont les mêmes que pour le régime général, à hauteur de 9,10 % au total.

► Pour aller plus loin :

Foire aux questions

🤷 Où trouver le montant de ma retraite brut ?

Votre retraite brute correspond à votre pension sans le prélèvement des cotisations sociales. Rendez-vous sur le site internet de vos régimes de retraite (Cnav pour le régime général, Agirc-Arrco pour la retraite complémentaire) afin d’accéder à vos informations personnelles.

🤝 Quel est le taux de prélèvement sur les retraites en 2020 ?

Des charges sociales sont prélevées sur les pensions de retraite à hauteur de 9,10 % pour le régime général, et 10,10 % pour le régime de la retraite complémentaire. Les taux de cotisation des régimes spéciaux sont les mêmes que ceux de la retraite de base.

🤝 Y a-t-il une cotisation pour la retraite avec le chômage partiel ?

Si vous bénéficiez d’une indemnité de chômage partiel versée par l’État, vous êtes exonéré de cotisations sociales, ce qui vous permet de “gagner plus”. En revanche, le chômage partiel ne permet pas de cotiser pour votre retraite. Cela ne concerne que l’activité partielle : une période de chômage classique vous permet de cotiser pour votre retraite, à hauteur d’un trimestre validé par période d’indemnisation de 50 jours.

🤔 Subit-on des cotisations pour la retraite en contrat d’apprentissage ?

Oui, un travailleur en contrat d’apprentissage cotise pour sa retraite. C’est l’assiette des cotisations forfaitaire qui est prise en compte ici, et non pas le salaire de l’apprenti.

Simulez vos économies d'impôts grâce au Plan Epargne Retraite

Simulation gratuite

Cet article vous a été utile ?