En France, les différents régimes de retraite répondent au système par répartition intergénérationnel. Un système en place depuis les années 1940, mais qui présente un équilibre désormais précaire, avec un rapport entre le nombre de Français cotisants et le nombre de retraités qui ne cesse de se dégrader. Un principe de la répartition dont certains redoutent la mise à l’écart avec la réforme des retraites, qui proposera un système par points. Quelle est la différence entre retraite par répartition et retraite par point ? Quelles données servent de calcul de base dans un système de retraite par répartition ? Tacotax vous dit tout. 

 

Retraite par répartition vs retraite par capitalisation

Quelle est la différence entre un système de retraite par répartition et un système de retraite par capitalisation ? Explications.

Le système par répartition

système de retraite français
Les actifs d'aujourd'hui paient les pensions des retraités d'aujourd'hui.

Mis en place par Philippe Pétain en 1941 sous le régime de Vichy, le système de retraite par répartition français suit le principe de la solidarité intergénérationnelle entre les actifs et les retraités.

Pour tenter de donner une définition à la retraite par répartition, nous dirions qu’il s’agit d’une solidarité entre générations à effet immédiat. Les actifs ayant actuellement un emploi et les employeurs cotisent chaque mois via des prélèvements sur leurs revenus. La part cotisée est versée aux caisses de retraite. 

Attention ! Tous les actifs ne cotisent pas auprès de la même caisse de retraite : les salariés du privé, la grande majorité des actifs français, cotisent auprès de la Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse (CNAV), tandis que les régimes spéciaux cotisent auprès de leur caisse de retraite dédiée. 

Ces dernières versent immédiatement ces cotisations sous forme de pensions de retraite aux retraités en France. Les actifs, ou cotisants, acquièrent alors le droit de recevoir une pension eux aussi, lorsqu’ils partiront en retraite. Leur pension sera alors payée via les cotisations des actifs du moment. 

  1. Les actifs qui travaillent versent des cotisations à leurs caisses de retraite attribuées.
  2. Les entreprises versent également des cotisations.
  3. Les fonds collectés sont immédiatement versés aux retraités sous forme de pensions.
  4. Lorsque ces actifs prennent leur retraite, ils toucheront une pension versée par les nouveaux actifs qui les remplacent.

En France, plus de 70 % des actifs et retraités répondent de la CNAV : les actifs versent leurs cotisations à cette caisse de retraite pour le régime général, mais cotisent également auprès de leur caisse de retraite pour les régimes complémentaires Agirc-Arrco. 

Seulement, l’équilibre du système de retraite par répartition en France ne cesse de se fragiliser, du fait d’une population toujours plus vieillissante. En 1945, on passait en moyenne 15 ans à la retraite. Aujourd’hui, on y passe en moyenne 26 ans. Résultat ? Le nombre de retraités en France ne cesse d’augmenter, tandis que le nombre d’actifs ne croît pas, peu aidé par des débuts de carrière de plus en plus tardifs. 

► Lire aussi : Comment partir en retraite à taux plein ?

Le système par capitalisation

retraite par répartition vs capitalisation
La retraite par répartition signifie cotiser pour soi-même.

La retraite par répartition et la retraite par capitalisation coexistent dans de nombreux pays européens : généralement, le régime de base répond aux critères de la répartition, tandis que les régimes complémentaires adoptent le fonctionnement du système par capitalisation.

En France, tous les régimes de retraite fonctionnent par répartition. Mais comment fonctionne cette retraite par capitalisation, disparue en France depuis 1941 ? 

C’est en réalité très simple : dans un système par capitalisation, chaque actif cotise pour lui-même, et chaque entreprise cotise pour ses salariés. Cet argent est placé afin que, au moment de la liquidation des droits à la retraite, ce capital ainsi amassé soit transformé en rente viagère qui constituera alors la pension de retraite. Financer les retraites ne dépend pas d’un système générationnel, mais quasiment d’un autofinancement. 

  1. Les actifs cotisent pour eux-mêmes.
  2. Les entreprises cotisent pour leurs salariés.
  3. Le montant cotisé mensuellement est placé.
  4. Au moment du départ en retraite, le capital est versé sous forme de rente viagère.

En France, les régimes de retraite sont tous par répartition. En revanche, les actifs, qu’ils soient salariés du secteur privé ou public, peuvent se constituer une épargne retraite. Afin d’adoucir son départ à la retraite, certains se constituent un régime individuel par capitalisation : le contrat Madelin ou le Plan Épargne Retraite sont des exemples d’épargne retraite facultatifs et individuels qui, eux, fonctionnent sous le principe de la capitalisation.

Cette opportunité de gonfler quelque peu les pensions n’est encore que peu utilisée par les Français, puisque le Conseil d’Orientation des Retraites annonce qu’en 2018, le montant total des pensions payées s’élevait à 325 milliards d’euros, tandis que les sommes versées par le biais d’un régime supplémentaire d’épargne atteignaient à peine 6,6 milliards d’euros

► Lire aussi : Retraite brute et nette : quelle différence ?

Réforme des retraites : la fin du système de répartition ?

Le système par points

Retraite par répartition et système de retraite par points : impossible ? En réalité, le système par point préconisé par Jean-Paul Delevoye, ex-haut-commissaire à la réforme des retraites, existe déjà en France à travers le régime de retraite complémentaire de l’Agirc-Arrco

En effet, si, dans le régime de base, le montant de la pension de retraite dépend de la durée d’assurance, soit du nombre de trimestres cotisés, le régime complémentaire fonctionne avec une cotisation de points, dont la valeur est ensuite déterminée par l’Agirc-Arrco. Un taux de liquidation est appliqué, et le montant de la pension complémentaire est alors déterminé.

Le montant des cotisations n’est en principe pas affecté par un système à points. La nouvelle réforme des retraites vise à conserver ce système par répartition si cher aux Français : les cotisations des actifs devraient ainsi continuer à payer les pensions des retraités. 

La retraite par répartition est en vigueur dans de nombreux pays dans le monde, dont la plupart n’hésitent pas à y ajouter un régime de retraite complémentaire par capitalisation. 

► Lire aussi : Retraite des salariés : les 25 meilleures années

Vers le début d’une capitalisation en France ?

système de retraite par point
La retraite par capitalisation est peu connue en France et suscite de la méfiance.

Bien que le gouvernement d’Emmanuel Macron ait assuré que le système universel par point qui devrait entrer en vigueur en 2025 continue d’adopter la retraite par répartition, l’opposition, avec la CGT en tête, expriment leurs soupçons.

En cause, la Légion d’honneur accordée au patron français de BlackRock, gestionnaire d’actif. Un signe, pour certains, que le gouvernement Macron chercherait à servir les intérêts de la finance internationale. Le géant américain BlackRock n’a en effet pas caché son intérêt pour le marché français. Alors, mettre les futurs fonds de pension des retraités sur le marché : une bonne idée ? 

Mais pour l’heure, la réforme des retraites, qui devrait aboutir au régime universel préconisé par Jean-Paul Delevoye, ne devrait rien changer quant au système de solidarité intergénérationnelle déjà en place. En revanche, le gouvernement ne se cache pas en incitant les Français à se tourner vers des plans d’épargne retraite. Cliquez ici pour en savoir plus sur la réforme prévue par Matignon. 

► Lire aussi : Les 6 derniers mois : comment est calculée la retraite des fonctionnaires ?

Foire aux questions

Comment est calculée la retraite ?

La retraite en France répond à une double condition : atteindre l'âge légal de départ en retraite, fixe à 62 ans, et avoir la durée d'assurance requise, soit un nombre suffisant de trimestres cotisés. Le nombre de trimestres à valider dépend de votre année de naissance : si vous partez sans avoir suffisamment de trimestres validés, votre pension subira une décote, jusqu'à l'âge du taux plein automatique, à savoir 67 ans. Partir en retraite sans la totalité de ses trimestres est donc possible, mais attention à la décote

► Pour aller plus loin : 

Appelez-nous

Nos experts sont disponibles de 9h à 19h du lundi au vendredi


Ou demandez à être rappelé gratuitement

Se faire rappeler

Etre rappelé gratuitement

Nos experts sont disponibles de 9h à 19h du lundi au vendredi

Merci de renseigner un numéro valide

Merci !

.

Connectez-vous !

Votre email n'est pas valideMot de passe oublié ?Merci de renseigner votre mot de passe

Déjà inscrit ?

Ouverture du service imminente !


Laissez-nous votre email pour la piqûre de rappel

Plus qu'une étape avant d'accéder à votre simulation !

Sécurisez votre compte pour accédergratuitement à votre simulation

Votre email n'est pas valideVotre numéroMerci de renseigner votre numéro de téléphone

En cliquant sur "Voir ma simulation" j'accepte lesCGU
et serai automatiquement inscrit afin de profiter des services de Tacotax

DEJA INSCRIT ?