Quel est le montant de la retraite minimum en 2019 ?

Senior businessman working with report papers

Sommaire de l'article

Afin de ne pas pénaliser les particuliers qui ont peu ou pas cotisé durant leurs années d’activité professionnelle, il existe en France plusieurs dispositifs garantissant une retraite minimum. Ces mécanismes, comme l’Aspa (ex-minimum vieillesse) permet aux retraités les plus modestes de toucher une pension de retraite avec un minimum de cotisation. Quel est le montant minimum de retraite en 2019 ?

 Peut-on toucher un minimum de retraite sans jamais avoir travaillé ?

Peut-on bénéficier d’une pension de retraite minimum sans cotisations ? Difficilement. Pour percevoir une retraite, il faut théoriquement avoir exercé une activité professionnelle. Le calcul de la retraite en France repose sur le principe des cotisations. Ces charges sociales, supportées à la fois par l’employé et l’employeur (sauf dans le cas des TNS), donnent droit à des cotisations vieillesse, sous forme de trimestres (retraite de base) ou de points (retraite complémentaire). En théorie donc, il n’est donc pas possible de toucher une retraite sans avoir travaillé, sauf dans les cas suivants :

  • le service militaire : un trimestre de retraite pour 90 jours de service ;
  • le chômage : une inscription à Pôle Emploi donne droit à six trimestres de cotisation à la retraite ;
  • les femmes au foyer et les aidants familiaux qui peuvent s’affilier à l’Assurance vieillesse des parents au foyer (AVPF). Ce mécanisme leur permet, à partir de 62 ans, de bénéficier d’une pension de retraite de base calculée sur la base des trimestres validés et du SMIC brut.
Bon à savoir : l’adhésion à l’AVPF est payante, sauf pour les personnes ayant à charge un enfant handicapé/un parent vivant à domicile ayant taux d’incapacité permanente d’au moins 80 %.

Retraite : le minimum vieillesse remplacé par l’Aspa depuis 2006

Anciennement appelée « minimum vieillesse », l’Allocation de Solidarité aux personnes âgées (Aspa) est une prestation sociale non imposable. Financée par le Fonds de solidarité vieillesse (FSV), elle n’est pas issue de cotisations, et donc exemptée d’impôt sur le revenu et de prélèvements sociaux. Cette aide financière est accessible aux personnes de plus de 65 ans, qui correspond à l’âge du taux plein en France. Elle concerne aussi bien les anciens actifs que les personnes n’ayant jamais travaillé. Elle fait partie des minima sociaux et qui ont remplacé le minimum vieillesse en 2006. 

Pour toucher l’Aspa, être âgé(e) de 65 ans ne suffit pas. Il faut encore remplir les conditions de ressources et de résidence, qui varient selon que le demandeur est de nationalité française ou étrangère.

Nationalité françaiseAutre nationalité
  • Avoir plus de 65 ans
  • Résider en France plus de 6 mois par an
  • Respecter les plafonds de ressources (voir plus bas)
  • Avoir plus de 65 ans
  • Être titulaire d’un titre de séjour autorisant à travailler depuis au moins 10 ans  
  • Avoir le statut de réfugié(e), d’apatride, bénéficier de la protection subsidiaire ou avoir combattu pour la France  
  • Être ressortissant(e) d’un État membre de l’Espace économique européen ou suisse 

Toucher l’Aspa avant 65 ans, c’est possible

Invalidité ? Vous pouvez toucher l’Aspa dès vos 62 ans.

Notez que les aspirants à l’Aspa d’origine française peuvent, sous conditions, bénéficier de cette prestation dès l’âge légal de la retraite (62 ans), sous réserve de remplir l’une des conditions suivantes :

  • retraite anticipée pour handicap ;
  • inaptitude au travail ;
  • retraite d’inaptitude au travail suite à une pension d’invalidité ;
  • titulaire de l’une des allocations suivantes :
    • l’allocation d’invalidité (ASI)
    • l’aide aux infirmes, aveugles et grands infirmes
    • l’allocation aux adultes handicapés (AAH)
    • carte d’invalidité à 80 %
  • incapacité permanente à 50 % ;
  • résider en France plus de 6 mois par an ;
  • mère de famille ayant élevé 3 enfants pendant au moins 9 mois avant leur 16e anniversaire.

Dans ce dernier cas, les mères de famille doivent, en plus des conditions liées aux enfants, remplir certaines conditions ;

  • dans le régime général : justifier d’au moins 120 trimestres validés ;
  • dans le régime agricole : avoir exercé un travail manuel ouvrier pendant au moins 5 ans au cours des 15 années précédant la demande de pension

Notez qu’il n’existe pas d’équivalent au minimum vieillesse dans la retraite complémentaire. 

La demande d'Aspa : démarches en vidéo

Quel est le montant du minimum retraite en 2019 ?

Le montant de l’Aspa est calculé sur la base des ressources du bénéficiaire. Pour en bénéficier, vos ressources ne doivent pas dépasser :

  • 10 418,40 € pour une personne seule ;
  • 16 174,59 € pour une personne vivant en couple.

Depuis le 1er janvier 2019, le montant de l’Aspa s’élève au maximum à :

  • 868,20 € par mois pour un célibataire ;
  • 1 347,88 € par mois par conjoint pour un couple

En cas de dépassement du plafond, l’allocation est réduite d’autant. Le calcul de l’Aspa s’effectue par soustraction : la CAF obtient son montant en faisant la différence entre le plafond de ressources et la retraite du bénéficiaire.

Prenons un exemple : une retraitée, appelons-la, Marie, touche une pension de 750 € par mois pour sa retraite. Marie vit seule, elle a 66 ans, elle est éligible à l’Aspa. Le montant de sa prestation sera donc :

868,20 - 750 = 118,20 €

Retraite des salariés : le minimum contributif

Le minimum contributif pourrait augmenter au 1er janvier 2020

Réservé aux salariés du secteur privé, le minimum contributif est une allocation destinée aux actifs ayant cotisé toute leur vie, mais sur de faibles revenus. Ce dispositif leur permet de se constituer un complément de ressources à la retraite. Le minimum contributif est un seuil plancher : le montant de la pension de base ne peut pas être inférieur à ce minimum. Si, lors de la liquidation des droits, la pension de base est plus faible que ce seuil, elle sera alors revalorisée à hauteur du minimum contributif. C’est ce minimum qui constituera donc le seuil minimal du montant de votre retraite de base. C’est ce qu’on appelle une allocation différentielle.

Depuis janvier 2019 (date de la dernière revalorisation des retraites), le montant du minimum contributif de base est de 636,57 € par mois (7 638,79 euros par an). Pour les salariés ayant cotisé moins de 120 trimestres au cours de leur carrière, les caisses de retraite prévoient une majoration de ce minimum : 697,68 € par mois (soit 8 372,14 € par an).

Le saviez-vous ? La réforme des retraites de 2019 pourrait augmenter le montant du minimum contributif pour le fixer à 85 % du SMIC net. 

► Lire aussi : Comment fonctionne la retraite par répartition ?

Comment bénéficier du minimum contributif ?

Le minimum contributif de retraite est accordé aux salariés qui remplissent les conditions pour partir en retraite à taux plein (50 % du Salaire Annuel Moyen). Autrement dit, le minimum contributif n’est pas compatible avec la décote. C’est-à-dire :

  • vous devez être âgé(e) d’au moins 67 ans si vous êtes né(e) avant 1955 ;
  • vous devez atteint l’âge légal de la retraite (62 ans) avoir validé le nombre de trimestres requis pour la durée d’assurance (entre 163 et 173 selon votre année de naissance).
  • vous devez respecter les plafonds de ressources établis : 1 177,44 € par mois en 2019. En cas de dépassement du seuil, le montant de l’allocation est réduit d’autant.
Bon à savoir : le calcul du plafond du minimum contributif tient compte de votre pension de retraite de base, complémentaire, et, le cas échéant, les pensions de régimes étrangers.

Foire aux questions

Quelle retraite avec 100 trimestres ?

C’est une question qui revient souvent sur les forums, avec le minimum contributif. Pour partir en retraite en touchant les minima sociaux, vous devez avoir cotisé au moins 120 trimestres. Une retraite avec 100 trimestres n’ouvre pas droit à une pension. 

Quel est le minimum de retraite en 2018 ?

Concernant le montant de l’Aspa, il était de 833,20  par mois en 2018, soit une légère hausse en 2019. Quant au minimum contributif, son montant est fixé à 636,56 € par mois jusqu’au 30 septembre 2018, soit 7 638,78 € par an.

Pour aller plus loin :

Simulez vos économies d'impôts grâce au Plan Epargne Retraite

Simulation gratuite