Retraite de base : définition, calcul et fonctionnement

Portrait of handsome mature man, light effect; multiple exposure

Sommaire de l'article

Vous n’êtes pas sans savoir que l’heure est à la réforme pour notre système des retraites. Les 42 régimes existants ont vocation à disparaître. En attendant, on vous propose un article sur la retraite de base. Elle est obligatoire et perçue par les 14 millions de retraités.

Simulez vos économies d'impôts grâce au Plan Epargne RetraiteSimulation gratuite

La retraite de base : comment ça marche ? 

En France, il existe trois types de retraites, la première est la retraite de base, la deuxième, la retraite complémentaire et la troisième, la retraite supplémentaire. En ce qui nous concerne, la retraite de base est aujourd’hui le régime le plus important de la Sécurité sociale en France. Le régime de retraite de base concerne 14 millions de retraités. 

La pension de retraite de base est versée à tous les salariés qui ont cotisé durant leur vie professionnelle. Obligatoire, le montant de la retraite correspond à toutes les pensions perçues tout au long de la vie professionnelle du travailleur. Pour le moment, il n’existe pas de retraite universelle. 

En fin de carrière, le travailleur perçoit une pension de retraite de base en provenance de sa caisse de retraite. La catégorie socioprofessionnelle est également prise en compte. Non ! Tous les travailleurs ne sont pas affiliés à la même caisse de retraite. 

D’ailleurs, le salarié peut être affilié à une ou plusieurs caisses en même temps.   

Les caisses de retraite de base en France

Réforme des retraites : seuls 34 % des Français font confiance
au gouvernement (Sondage, Ifop, JDD) 

Être affilié à une caisse de retraite est essentiel. Évidemment, pour prétendre à une retraite, vous devez vous rapprocher de votre organisme.  L’établissement vous aide à calculer vos droits, mais aussi à connaître le montant de votre future pension. 

Si vous dépendez de plusieurs caisses, il est de votre responsabilité de contacter chacune pour prétendre à une éventuelle pension. 

Toutefois, si vous êtes salariés, salariés agricoles, artisans commerçants, votre dernière caisse retraite vous facilite la tâche. En effet, elle se charge de contacter toutes les autres caisses de retraite de base à votre place. Génial non ?

Cependant, concernant la retraite complémentaire, pour y prétendre, vous devez vous-même faire la demande et non, cette fois, ce n’est pas automatique. Au moment de la retraite, vous devez procéder à la liquidation de vos droits. Concrètement, vos droits à la retraite sont transformés en argent. Naturellement, vous ne devez plus cotiser. Pourtant, le fait de partir à la retraite ne vous empêche pas de poursuivre une nouvelle activité.  On parle alors du cumul-retraite. Dans une telle situation, vous continuez à cotiser.

► Lire aussi : Comment fonctionne la retraite par répartition ?

Les conditions

Vous devez atteindre l’âge légal de 60 à 62 ans. Tout dépend de votre date de naissance. 

Néanmoins, certaines circonstances permettent à certains travailleurs de partir à la retraite avant l’âge légal fixé. La pénibilité, la carrière longue, ou encore le handicap vous permettent de récupérer votre épargne par anticipation.

Vous avez la possibilité de percevoir la retraite de taux plein, mais, pour en bénéficier, vous devez avoir validé la durée d’assurance requise pouvant aller de 160 à 172 trimestres selon votre date de naissance. 

Si vous validez la durée d’assurance requise, vous bénéficiez de la retraite à « taux plein », ce qui correspond à une retraite à 100 %.

Si vous ne validez pas le nombre de trimestres requis, votre pension de retraite va subir une réduction. Elle sera calculée en fonction du nombre de trimestres que vous avez validé, et non en fonction du nombre de trimestres. Vous comprenez que par conséquent le montant de votre retraite va diminuer.

À titre d’exemple, si vous avez validé 140 trimestres, alors que vous deviez en valider 165, pour une carrière complète, vous bénéficierez de 84,8 % de pension. 

►Lire aussi : Quelle retraite avec 120 trimestres ?

La décote

Votre montant subit une décote. La décote désigne un taux de minoration appliqué par trimestres manquants. Elle s’applique à tous les retraités qui n’ont pas cotisé le nombre de trimestres requis. En pratique, si vous avez dépassé l’âge légal, ni suffisamment cotisé, vous subissez la décote. Elle s’applique jusqu’au décès, mais reste plafonnée. Elle ne peut pas s’étendre sur plus de 20 trimestres. Pour les salariés, le taux de la décote varie en fonction de l’âge. Ainsi, les personnes nées en 1952 auront une décote de 1 %, les personnes nées après 1954 subiront une décote de 1,25 %

Toutefois lorsque vous atteignez un certain âge, vous ne subissez plus de décote, peu importe si vous n’avez pas validé le nombre de trimestres requis. 

Un système d’accompagnent du salarié à la retraite

En tant que salarié(e), vous êtes préparé(e) à la retraite. En effet, plusieurs éléments sont mis à votre disposition : 

  • Un droit à l’information à la retraite
  • Un document d’information générale
  • Un relevé de situation individuelle
  • Un entretien d’information 
  • Une estimation indicative globale

Toutefois, pour avoir accès à ces dispositifs d’informations, il faut bien évidemment prendre en compte certains paramètres notamment votre âge, et votre durée d’assurance. Ainsi, à titre d’exemple, à partir de 45 ans, vous bénéficiez d’un droit à un entretien individuel. Cet entretien vous permet de vous informer sur le montant estimé de votre future pension lorsque vous atteindrez l’âge légal de départ à la retraite. 

Calculer la retraite de base

Mais comment faire pour connaître le montant de votre pension de retraite ? Pour l’obtenir, vous devez prendre en compte plusieurs paramètres notamment, votre revenu annuel moyen, le taux de liquidation, ainsi que la durée d’assurance. Votre caisse de retraite prend également compte de votre situation personnelle (nombre d’enfants, incapacité de travail). 

Sachez que le calcul de la retraite de base diffère en fonction des statuts. À titre d’exemple, le calcul de la pension de retraite de base d’un fonctionnaire n’est pas le même que celui d’un salarié. 

En général pour obtenir le calcul de la retraite de base on procède au calcul suivant :

Salaire annuel moyen* Taux de liquidation*Durée de cotisation/Durée de référence = Montant de la retraite de base. 

► Lire aussi : Quelle retraite pour 100 trimestres cotisés ?

Un exemple de calcul pour mieux comprendre :  

Admettons que Jean-Luc part a validé tous ses trimestres requis (166 trimestres), il obtient un salaire annuel de 30 000 euros et un taux maximum de 50 %. Par conséquent, la pension de retraite de base=

30 000 euros * 50 * 166/166= 15 000 €

Donc la pension de retraite de base de Jean-Luc est de 15 000 €

Pour obtenir votre salaire moyen, on tient compte de vos 25 meilleures années de salaires. Concrètement, cela correspond à la moyenne des salaires bruts les plus élevés que vous avez perçus durant 25 années. Pas de panique ! Votre salaire faible perçu en année X ne sera pas pris en compte. D’ailleurs, vos salaires perçus l’année de votre départ de votre retraite ne seront pas pris en compte. 

Bon à savoir : votre caisse de retraite ne tient pas compte des indemnités en provenance de la Sécurité sociale pour calculer votre pension de retraite de base. 

Votre pension peut être majorée. À titre d’exemple, vous avez atteint l’âge légal de départ à la retraite, mais vous souhaitez continuer à travailler encore quelques années, votre pension de retraite est augmentée. On parle de surcote. Inversement, si vous avez atteint l’âge légal de départ à la retraite, mais que vous n’avez pas validé le nombre de trimestres suffisants, vous pouvez partir à la retraite. Néanmoins, votre montant de retraite est diminué. Coup dur !

Quant à la retraite complémentaire dans le secteur privé, elle est obligatoire comme pour la retraite de base. Pour connaître le montant de la retraite complémentaire, les caisses de retraite convertissent vos cotisations vieillesse en points. Ensuite, elles calculent le montant de votre retraite en fonction du nombre de points que vous avez accumulés. 

La retraite de base dans le secteur public

Il convient d’établir une distinction entre le fonctionnaire dans la fonction publique de l’État, et fonctionnaire dans la fonction publique territoriale, hospitalière, ou encore l’agent contractuel. 

 Tout comme pour le secteur privé, la retraite de base dans le public fonctionne par répartition.       

Avec la réforme, chaque euro cotisé donnerait
les mêmes droits à tous les Français.

Si vous êtes fonctionnaire dans la fonction publique de l’État, vous dépendez du Service des Retraites de l’État (SRE). 

Pour la retraite complémentaire, vous êtes affiliés à la Retraite Additionnelle de la Fonction Publique (RAFP) 

Si vous avez travaillé dans la fonction publique en tant qu’agent contractuel, votre retraite est en provenance du régime général de la Sécurité sociale. 

La retraite du fonctionnaire est calculée en fonction du traitement indiciaire détenu pendant 6 mois. Comme tous les autres régimes, pour calculer la pension de base de la retraite, il faut prendre en compte le nombre de trimestres validés.

Ce qui va changer avec la réforme des retraites en 2019 :

Le président Emmanuel Macron et le gouvernement veulent mettre en place un système de retraite dit « universel ». Un système qui n’opère plus de distinction entre le secteur privé et le secteur public, la catégorie socioprofessionnelle, ni même l’âge légal de départ à la retraite. Avec ce nouveau projet, les 42 régimes de retraite existants ont vocation à disparaître au profit, d’un unique système de retraite.  

►Lire aussi :

Foire aux questions 

À combien s’élève la retraite de base minimum pour le salarié ? 

Pour le salarié, on qualifie le montant minimum de retraite de base de montant contributif. Le montant minimum de la retraite de base est fixé à 636,57 € par mois en 2019, soit 7 638,79 € par an. Si vous avez cotisé au moins 120 trimestres, le montant du minimum contributif est alors porté à 697,68 € par mois (soit 8 372,14 € par an).

À quoi correspond le montant maximum de la retraite de base ? 

Concrètement, on dit que le salarié bénéficie d’une retraite maximale lorsqu’il a validé la durée d’assurance, et a atteint l’âge légal de la retraite, mais qu’il souhaite poursuivre une activité professionnelle. À son départ à la retraite, le montant de la retraite du travailleur va augmenter (surcote).

Quelles sont les missions de la Carsat dans le cadre de la retraite de base ? 

La Carsat, cet organisme des retraites, de santé et travail est chargée de :

  • Liquider votre pension de retraite
  • Verser la pension de retraite un mois après votre départ à condition d’avoir rempli tous les documents qui vous sont demandés. 

Quel était le montant maximum de retraite de base en 2018 ? 

En 2018, le montant maximum correspondait  à 50 % du plafond de la Sécurité sociale soit 19 866 €

Quel était le montant de la retraite de base minimum en 2018 ?

Le montant de la retraite de base minimum en 2018 s’élevait à 1160, 04 euros par mois.

Simulez vos économies d'impôts grâce au Plan Epargne RetraiteSimulation gratuite