Comment prendre sa retraite à 55 ans ?

Sommaire de l'article

Alors que la réforme des retraites se dessine de plus en plus précisément, comment faire pour prendre sa retraite à 55 ans ? Peut-on arrêter de travailler à 55 ans sans décote sur sa pension ? Carrière longue, handicap, amiante, rachat de trimestres... Dans cet article, TacoTax fait le point sur les différents dispositifs qui permettent de partir en retraite avant 62 ans sans décote. 

Simulez vos économies d'impôts grâce au Plan Epargne RetraiteSimulation gratuite

Dans quels cas peut-on s'arrêter de travailler a 55 ans ?

En France, l'âge légal de la retraite est 62 ans pour tous les actifs nés après 1955, qu'ils soient salariés, cadres, indépendants ou commerçants. Même au sein de la fonction publique et des régimes spéciaux, les dispositifs de retraite anticipée permettent rarement de descendre en dessous de 58 ans pour le départ en retraite. Certes, il existe la retraite progressive, qui permet, à partir de 60 ans, de travailler à temps partiel tout en touchant une partie de ses pensions de retraite. Il n'y a que dans certains secteurs comme l'armée, où il est possible de prendre sa retraite à 52 ans, sous réserve de justifier d'une certaine durée de service.

Partir en retraite avant 62 ans sans décote n'est pas simple. D'ailleurs, il n'est pas rare que les actifs continuent de travailler après l'âge légal, pour pouvoir bénéficier d'une retraite à taux plein. Pour rappel, l'âge du plein et l'âge légal sont deux choses différentes. L'âge du taux plein est celui auquel le taux maximum pour le calcul de la pension s'applique automatiquement. Il dépend de l'année de naissance, et est compris entre 65 et 67 ans.

Le saviez-vous ? Il est possible de continuer à travailler même après l'âge du taux plein. En revanche, un employeur peut mettre d'office un salarié à la retraite dès lors qu'il atteint 70 ans.

Cependant, certaines situations de carrière permettent aux actifs de cesser toute activité dès 55 ans, il s'agit de la carrière longue, du handicap et de la pénibilité.

La retraite anticipée pour carrière longue (RACL)

retraite anticipée pour carrière longue
Carrière longue : les jeunes travailleurs 
peuvent partir en retraite dès 56 ans

Assez méconnu en France, le dispositif de retraite anticipée pour carrière longue permet aux personnes ayant commencé à travailler entre 14 et 20 ans de partir à la retraite avant l'âge légal, sous conditions. Ce dispositif est reconnu par la plupart des régimes de retraite de base (CNAV, MSA, SSI, fonction publique, régimes spéciaux) et une partie des régimes complémentaires (Agirc-Arrco, SSI, Ircantec, RCO).

Pour en bénéficier, il faut donc avoir commencé à travailler avant 20 ans, mais également remplir les conditions de durée d'assurance et de cotisation :

  • au moins 5 trimestres à la fin de l'année du 16e, 17e ou 20e anniversaire ;
  • ou 4 trimestres si vous êtes né(e) au dernier trimestre de l'année.

Notez qu'avec la RACL, seules les personnes nées avant 1960 peuvent espérer partir avant 60 ans en retraite. Même ici, l'âge minimum de départ en retraite n'est pas 55 mais 56 ans pour :

  • les personnes nées en 1953 et 1954, ayant commencé à travailler avant 16 ans pouvant justifier de 173 trimestres cotisés.
  • les personnes nées en 1955 et 1956, ayant commencé à travailler avant 16 ans pouvant justifier de 174 trimestres cotisés.

La retraite anticipée pour les personnes handicapées

Une personne ayant effectué la majeure partie de sa carrière professionnelle en étant porteuse d'un handicap peut, à certaines conditions, partir en retraite anticipée, à partir de 55 ans. Pour cela, il faut que le taux d'incapacité soit au moins égal à 50%. C'est-à-dire que la personne présente :

  • des troubles importants entraînant une gêne notable entravant effectivement sa vie sociale ;
  • L’entrave à la vie sociale peut être éventuellement  préservée mais au prix d’efforts importants ou de la mobilisation d’une compensation spécifique. 
  • L’autonomie est conservée pour les actes élémentaires de la vie quotidienne. 

Mais ce n'est pas tout : il faut également que les durées d'assurance validées et cotisées soient remplies. Ces durées sont calculées sur la base de celles requises pour la retraite à taux plein, auxquelles on retire un certain nombre de trimestres :

Âge Trimestres soustraits pour la durée d'assurance validée Trimestres soustraits pour la durée d'assurance cotisée
55 ans 40 trimestres 60 trimestres
56 ans 50 trimestres 70 trimestres
57 ans 60 trimestres 80 trimestres
58 ans 70 trimestres 90 trimestres
59 ans à 61 ans et 11 mois 80 trimestres 100 trimestres

La retraite anticipée pour pénibilité

retraite anticipée 55 ans
Travail à la chaîne, bruyant ou dangereux :
vous pouvez partir en retraite plus tôt

Les travailleurs exposés à des facteurs de pénibilités peuvent partir en retraite avant les autres. Les facteurs reconnus par les partenaires sociaux sont divisés en trois catégories :

au titre des contraintes physiques marquées 

  •  les manutentions manuelles de charges lourdes ;
  •  les postures pénibles définies comme positions forcées des articulations ;
  •  les vibrations mécaniques ;

au titre de l’environnement physique agressif 

  •  les agents chimiques dangereux, y compris les poussières et les fumées ;
  •  les activités exercées en milieu hyperbare ;
  •  les températures extrêmes ;
  •  le bruit ;

au titre de certains rythmes de travail :

  • le travail de nuit ;
  • le travail en équipes successives alternantes ;
  • le travail à la chaîne.

De tous ces facteurs, seule l'exposition a l'amiante ouvre droit à un départ en retraite à partir de 55 ans. C'est la préretraite amiante, un dispositif qui permet aux travailleurs régulièrement exposés au risque d'amiante d'arrêter de travailler entre 50 et 60 ans. Et encore, sous réserve que :

  • le travailleur a contracté une maladie professionnelle liée à l'exposition à l'amiante ;
  • le travailleur a été exposé à l'amiante pendant plusieurs années consécutives. Au moins 15 à 17 ans pour pouvoir partir en retraite à 55 ans.

Préparer sa retraite à 55 ans

retraite 55 ans
La retraite, ça commence par la santé

À l'heure où le système actuel des retraites est en pleine refonte, de nombreux Français s'interrogent : vont-ils devoir travailler plus longtemps ? Concernant l'âge de départ, la réforme des retraits préconise de remplacer l'âge du taux plein par un âge-pivot, fixé à 64 ans à partir de 2025. Le principe rappelle celui du bonus-malus des contrats d'assurance : en deçà de cet âge, la pension est amputée d'une décote. Au-delà, elle est augmentée d'un bonus. Un moyen d'inciter les actifs à travailler plus longtemps. 

Il est donc important de commencer à préparer sa retraite le plus tôt possible. Pour cela, le s sites www.lassuranceretraite.fr et www.info-retraite.fr mettent à disposition des actifs des espaces particuliers, accessibles 7 jours/7 et 24 heures/24, d'où ils peuvent retrouver toutes les informations relatives à leur retraite :

  • relevé de carrière ;
  • durée de cotisation restante ;
  • Relevé Actualisé de Points (RAP) ;
  • Relevé de individuelle (RIS).

L'information contenue dans ces relevés vous permettra de faire le point sur votre situation et d'envisager ainsi votre date de départ à la retraite. Si vous n'en avez pas, il peut être intéressant d'opter dès à présent pour un Plan d'Épargne Retraite (PER). Ce produit d'épargne individuel, disponible depuis le 1er octobre 2019, remplace progressivement les PERP, Préfon, Madelin, articles 83 et autres dispositifs d'épargne-retraite. 

Faut il abaisser l'âge de la retraite à 55 ans ?

Foire aux questions

La préretraite est-elle possible à 55 ans ?

Dans certains cas, oui. Les salariés de 55 ans ou plus ayant des difficultés d'adaptation aux nouvelles technologies ou qui ont effectué des travaux pénibles durant leur vie professionnelle ont la possibilité de cesser leur activité avant 60 ans.

Existe-t-il des astuces pour partir en retraite plus tôt ?

Des "astuces" à proprement parler, non. En revanche, il existe des dispositifs comme le rachat de trimestres ou la retraite progressive qui permettent, sous conditions, de partir en retraite plus tôt.

  • Le rachat de trimestres consiste pour les salariés du secteur privé à racheter des trimestres de cotisations en effectuant des versements au régime général de la Sécurité sociale. Les trimestres éligibles au rachat sont :
    • les années d'études supérieures ;
    • les années incomplètes de cotisations (validées pour moins de 4 trimestres) ;
    • certaines périodes d'apprentissage ;
    • des périodes d'activité en tant qu'assistant(e) maternel(le).
  • La retraite progressive est en quelque sorte en une retraite à mi-temps. Accessible à la plupart des actifs dès 60 ans (à l'exception des professions libérales), elle consiste à travailler à temps partiel tout en touchant une fraction de ses pensions de retraite (de base et complémentaire). Pour en bénéficier, vous devez être âgé(e) d'au moins 60 ans et avoir cotisé au moins 150 trimestres. Par ailleurs, le temps de travail doit être compris entre 40% et 80% du temps de travail légal.
Bon à savoir : une "astuce" pour partir en retraite plus tôt, c'est le frugalisme. Ce courant, venu des États-Unis, consiste à réduire au maximum ses dépenses pour faire fructifie son épargne. L'objectif ? Partir en retraite à 40 ans.

Je pars en retraite 55 ans, combien argent vais-je toucher tous les mois ?

Tout dépend. Si vous partez en retraite anticipée au titre du dispositif "carrière longue", le montant de la pension dépend de la durée de cotisation, qui elle-même dépend de l'âge auquel vous avez commencé à travailler. Par exemple, pour partir à 55 ans, un actif né en 1965 devra avoir au moins 129 trimestres validés, dont au moins 109 cotisés. Pour calculer précisément votre retraite, le plus simple est d'effectuer une simulation sur le site de votre caisse de retraite de base.

Simulez vos économies d'impôts grâce au Plan Epargne RetraiteSimulation gratuite