Réforme des retraite: un âge pivot à 64 ans ?

Réforme des retraite: un âge pivot à 64 ans ?

Sommaire de l'article

L’âge pivot ou âge d’équilibre a longuement été débattu depuis l’annonce des préconisations de Jean-Paul Delevoye, le haut commissaire à la réforme des retraites. D’accord, ou pas d’accord, ce dispositif aurait pour principale fonction d’inciter les assurés à travailler plus longtemps afin de bénéficier d’un bonus. Plus vous travaillerez longtemps plus votre pension de retraite grandira. Inversement, si vous décidez de partir avant 64 ans vous recevrez un malus. Le Président de la République n’est pas très favorable à un âge pivot de 64 ans. Les discussions sont toujours ouvertes sur le sujet.

Simulez vos économies d'impôts grâce au Plan Epargne RetraiteSimulation gratuite

Retraite : qu’est-ce que la décote ? 

Le principe

Si vous n’avez pas cotisé suffisamment de trimestres au moment de prendre votre retraite, votre pension risque de subir une décote. Tous les régimes confondus sont concernés. Si vous avez dépassé l’âge légal de départ à la retraite (entre 60 et 62 ans suivant votre année de naissance, voir tableau ci-dessous) mais que vous n’avez pas cotisé suffisamment de trimestres, vous avez la possibilité de demander votre départ à la retraite. Vous devez donc liquider votre retraite, mais le montant de votre pension sera réduit. La décote devient alors viagère. Pourquoi ? Car elle sera appliquée jusqu’au décès. Cependant, elle ne peut pas excéder 20 trimestres, contrairement à la surcote qui n’est pas plafonnée.

Date de naissance

     Age minimal de départ           Décote par trimestre manquant            Age du taux plein    
194 8 60 ans 1,88 % 65 ans
1949 60 ans 1,75 % 65 ans
1950 60 ans 1 625 %  65 ans
Du 01/01/1951 au 30/06/195 1 60 ans 1,5 %  65 ans
Du 01/07/1951 au 31/12/1951 60 ans et 4 mois 1,5 % 65 ans et 4 mois
1952 60 ans et 9 mois 1,38 % 65 ans et 9 mois
1953 61 ans et 2 mois 1,25 % 66 ans et 2 mois
1954 61 ans et 7 mois 1,25 % 66 ans et 7 mois
1955, 1956, 195 7 62 ans 1,25 %  67 ans
1958, 1959, 196 0 62 ans 1,25 %  67 ans
1961, 1962, 196 3 62 ans 1,25 %  67 ans
1964, 1965, 196 6 62 ans 1,25 %  67 ans
1967, 1968, 196 9 62 ans 1,25 %  67 ans
1970, 1971, 197 2 62 ans 1,25 % 67 ans
1973 et au-delà 62 ans 1,25 % 67 ans

Autre point important à retenir, sachez que la retraite anticipée à 58 ans est toujours possible dans certains cas. Même si vous n’avez pas cotisé tous vos trimestres, il existe des solutions pour en profiter. Carrière longue, carrière pénible ou handicap, en fonction de l’âge auquel vous avez commencé, vous êtes en droit de faire votre demande de retraite anticipée. 

Bon à savoir : le 1er janvier 2019, les 2 régimes complémentaires des salariés du privé fusionnent en un régime unique l’Agirc-Arrco.

Les exceptions

Certaines situations permettent à l’assuré de ne pas subir de décote sur sa pension de retraite de base. Il s’agit :

  • des personnes présentant un taux d’incapacité permanente (IP) d’au moins 50 % ;
  • des parents d’enfants handicapés qui ont arrêté de travailler pendant au moins 30 mois consécutifs pour s’en occuper (ils ne subissent pas de décote s’ils prennent leur retraite à 65 ans) ;
  • des fonctionnaires nés entre le 1er juillet 1951 et le 31 décembre 1955, parents d’au moins 3 enfants, pouvant justifier d’au moins 15 ans de service et ayant interrompu leur activité pendant au moins 2 mois pour la naissance ou l’adoption de 1 de leurs enfants.

Rappel : Comme nous vous en parlions un peu plus haut, si vous bénéficiez d’une retraite anticipée pour cause de carrière longue vous ne subirez pas d’une décote. Pourquoi ? Tout simplement, car le principe même du départ anticipé c’est de justifier d’un certain nombre de trimestres cotisés. Donc, par déduction la décote ne vous concerne pas.

Réforme des retraites 2019 : qu’est-ce qui va changer ? 

Retraite à 64 ans : décote ? 

De gros changements attendent le système des retraites français. En juillet 2018, le haut commissaire à la réforme des retraites a donné ses préconisations pour la réforme des retraites. Si vous partez à la retraite avant 64 ans, vous risquez de subir une décote. En effet, Jean-Paul Delevoye propose que l’âge du taux plein soit fixé à 64 ans » pour assurer l’équilibre financier du système.

Plus de retraite à taux plein à 62 ans, par conséquent, un départ avant 64 ans se soldera par une décote de 5 % par année d’écart avec le taux plein. Si, par exemple, le taux plein de votre génération est à 64 ans et si vous préférez partir à 62 ans, vous ne toucherez que 90 % de votre pension. Avant de prendre une décision trop précipitée, il faudra bien réfléchir, car une décote est une baisse définitive de votre pension. 

Aujourd’hui la décote dépend des trimestres qui vous manquent. Tous les quatre trimestres manquant, on vous ampute de 5 %. Si la réforme des retraites proposée par Delevoye est adoptée, vous bénéficierez d’une surcote de 5 % par année supplémentaire travaillée. Ainsi, ce changement augmenterait à vie votre pension si vous prêt à travailler après 64 ans. Nous en parlerons de manière plus détaillée ci-dessous.

Parmi tous ces changements, il y a une bonne nouvelle : si vous avez eu une carrière incomplète, vous n’aurez plus besoin de travailler jusqu’à 67 ans pour échapper à la décote. En effet vous aurez le taux plein à 64 ans. Cependant, l’âge du taux plein, la retraite à 64 ans est sujet aux changements ; Pourquoi ? Le rapport Delevoye l’explique : « L’âge du taux plein évoluera comme l’espérance de vie ». En effet, le rapport suggère qu’un an d’espérance de vie en plus fasse reculer l’âge du taux plein de 4 mois.

Emmanuel Macron s’est opposé à l’âge pivot à 64 ans
proposé par Jean-Paul Delevoye 

Réforme retraite : un âge « d’équilibre » à 64 ans

C’était une promesse de campagne : Emmanuel Macron n’augmentera pas l’âge légal de départ à la retraite pendant son quinquennat c’est-à-dire à 62 ans. Mais il y a une petite faille dans son contrat et la réforme des retraites n’a pas hésité à s’y engouffrer. Certes, les assurés pourront toujours partir à la retraite à 62 ans, mais le gouvernement a eu une idée pour inciter les Français à travailler plus longtemps. Le rapport Delevoye préconise de définir un « âge d’équilibre », à partir duquel l’assuré pourrait bénéficier d’une retraite à taux plein. Même si vous aurez toujours la possibilité de partir en retraite à 62 ans, la réforme vise à ce que l’âge moyen de départ soit plutôt de 63 ans ou 64 ans. Comment cette mesure s’illustrera-t-elle ? C’est assez simple, cela prendra probablement la forme d’une surcote de la pension de retraite. De plus, un système de bonus-malus pourrait également être mis en place. Il consistera à récompenser l’assuré qui partira à la retraite plus tard en augmentant sa pension. À l’inverse, s’il décide de partir avant l’âge d’équilibre (64 ans), sa retraite subira une décote et sera donc moins importante. 

Retraite à 64 ans : l’avis d’Emmanuel Macron

Voilà pour les préconisations de Jean-Paul Delevoye, mais qu’en est-il du président de la république, est-il d’accord avec cette proposition d’un âge d’équilibre ou âge pivot ? Pas tant que ça, à l’écouter durant le G7 de Biarritz, Emmanuel Macron a déclaré vouloir potentiellement renoncer à un âge de « taux plein » à 64 ans. Il a d’ailleurs indiqué « préférer qu’on trouve un accord sur la durée de cotisation plutôt que sur l’âge ». Cette mesure de la réforme doit donc encore être discutée.

Vote retraite à 64 ans : les prochaines étapes

Le projet de réforme est élaboré sous la responsabilité du haut-commissaire à la Réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye. Plusieurs étapes jalonnent la promulgation de la réforme des retraites :

  1. Étape 1 : Après une concertation avec les partenaires sociaux, le haut-commissaire a remis ses conclusions au gouvernement cet été. Le rapport Delevoye a ainsi été transmis à l’exécutif le 18 juillet. Ce texte, accessible en ligne, détaille les principales mesures préconisées pour réformer les retraites.
  2. Étape 2 : Discussions avec les partenaires sociaux, qui devraient se poursuivre jusqu’au mois de décembre 2019. Une « concertation citoyenne », avec une plateforme numérique et des réunions autour d’élus locaux et des associations, est également mise en place au cours du dernier trimestre.
  3. Étape 3 : Présentation du projet de loi après les élections municipales de 2020, en mars prochain.
  4. Étape 4 : Vote de la loi au plus tôt durant l’été 2020. 

Mais le vote de cette loi ne signifiera pas la mise en place immédiate de cette dernière. En effet, sa mise en place concrète prendra plusieurs années. Selon Emmanuel Macron, l’instauration du nouveau système sera progressive : lorsque la réforme entrera en vigueur, les conditions de départ des assurés qui sont à moins de 5 ans de la retraite ne devraient pas être modifiées. Pour les autres, la transition se ferait graduellement. Les conditions de cette transition entre le système actuel et le nouveau système doivent toutefois encore être précisées. Dans tous les cas, la réforme ne devrait pas devenir effective avant l’année 2025.

Retraite à 64 ans : la génération 1963, première concernée

Les nouvelles règles de cette réforme des retraites seraient appliquées dès 2025 à tous les actifs présents sur le marché du travail. Il s’agit des personnes qui auront 62 ans à ce moment-là, donc nées en 1963. C’est les personnes nées particulièrement cette année qui ouvriront le bal. En effet, ils seront les premiers à faire valoir leurs droits à la retraite et à voir leur pension calculée selon les nouvelles règles. Dans le cas bien sûr où la bascule des cotisations se ferait au 1er janvier 2025.

►Pour aller plus loin :

Simulez vos économies d'impôts grâce au Plan Epargne RetraiteSimulation gratuite