Qu'est-ce que le Private Equity ?

Qu'est-ce que le Private Equity ?

Sommaire de l'article

Le Private Equity, également appelé Capital Investissement, consiste à prendre des participations au capital d'entreprises non cotées. Ce sont des investissements qui durent généralement entre 5 et 8 ans. Pas toujours connu du grand public, le Private Equity reste un placement risqué, qui s'adresse bien souvent à des particuliers expérimentés avec des liquidité importantes. Malgré tout, son risque le rend parfois très avantageux et il peut, dans certains cas, être accessible à toutes les bourses. Tour d'horizon d'un investissement qui mérite d'être connu. C'est parti !

Analysez gratuitement votre situation pour réduire vos impôtsSimulation gratuite

Le Private Equity, qu'est-ce que c'est ? 

Private Equity, Capital Investissement, Capital Risque, Capital Croissance… de quoi parle-t-on ? Avec tous ces termes différents on a de quoi avoir le tournis. Ce type d'investissement existe pourtant depuis longtemps mais il a longtemps été délaissé du grand public car souvent associé aux grandes fortunes et à la clientèle institutionnelle. Pourtant, depuis quelques temps, il tente de se démocratiser. Il est bien plus accessible aujourd'hui qu'il ne l'était il y a quelques années. 

Le Private Equity est avant tout un placement, qui consiste à prendre des participations ( minoritaires ou majoritaires) au capital d'entreprises (petites ou moyennes) non cotées. Ces placement visent une durée généralement comprise entre 5 et 8 ans avec un objectif de rendement annuel de 6 à 8% selon les produits. Ce placement financier est-il fait pour vous ? 

Combien ça coûte ? 

Les produits d'investissement en Private Equity comporte comme la plupart des produits financiers 2 types de frais :

  1. Les frais d'entrée qui varient selon les produits entre 0% et 5%. Ils servent notamment à rémunérer le travail d'analyse et de gestion de votre conseiller.
  2. Les frais de gestion généralement compris entre 1% et 3% 
Bon à savoir : les rendements visés ou annoncés sont toujours nets frais de gestion.

A qui s'adresse le Private Equity ? 

Le Private Equity s'adresse d'abord aux personnes qui souhaitent donner du sens à leur placement en investissant dans l'économie réelle. L'objectif est bien entendu de faire du profit, c'est indéniable. Mais en investissant dans ce type d'économie vous pouvez faire bien plus que cela. Comment ? En investissant dans une petite start-up ou une entreprise moyenne française, vous contribuer à faire grandir l'économie de votre pays. C'est bien plus gratifiant de savoir que vos économies vont servir à créer de la valeur à une entreprise tout en créant de l'emploi. On peut parler de placements responsables. Vous voyez donc qu'un simple investissements peut aller bien plus loin qu'une simple plus value. C'est en tout cas bien plus intéressant que de laisser vos économies végéter sur un Livret A qui ne vous rapportera que 0,5% et qui sert surtout à alimenter les fonds propres de votre banque ... vous ne trouvez pas ? 

Le Private Equity est une chance de participer à l'économie réelle
tout en créant de l'emploi.

Quelle somme investir ?

C'est LA question ! A partir de quelle somme peut-on investir dans le Private Equity ? Est-ce accessible à tout le monde ? On pense à tord qu'investir ne s'adresse qu'à l'élite ou en tout cas à celles et ceux qui ont de fortes liquidités. Eh bien détrompez-vous ! Vous pouvez devenir acteur de l'économie réelle et de votre patrimoine dès quelques centaines d'euros seulement. Elle est pas belle la vie ? Vous pouvez le faire via un PEA ou le crowdfunding (nous aborderons le sujet un peu plus bas).

Mais attention, l'issue d'un tel investissement reste très aléatoire. Comme nous le verrons dans la prochaine partie, votre réussir dépendra de celle du projet dans lequel vous avez décidé d'investir. Cependant, le Private Equity devient désormais plus accessible à celles et ceux qui n'aiment pas beaucoup le risque. 

En effet, il existe des solutions d'investissement en Private Equity plus encadrées et diversifiées qui investissent sur des marchés plus mûrs donc moins aléatoires. Alors oui, c'est bien beau tout ça mais ce type d'investissement plus "safe" requiert tout de même un ticket d'entrée assez élevé. Certes, certains opérateurs donnent accès à ces investissements dès 5000€ mais la plupart des FPS et Club Deal en France sont accessible à partir de 100 000 € voire 150 000 € dans certains cas. La facture est salée. 

Vous l'aurez compris ce type d'investissement en Private Equity s'adresse d'avantage à des investisseurs qui ont déjà un patrimoine construit et solide et qui cherche à diversifier leurs investissements. La preuve, certaines de ces solutions exigent la classification "client professionnel" ce qui impose des montants d'investissement bien plus élevés. 

Les différentes formes du Private Equity

On peut investir en Private Equity sous de multiples formes, il est possible de le faire via  :

  • un PEA ou PEA PME
  • un Crowdfunding ou financement participatif
  • En direct
  • un FIP
  • un FCPI (Fonds Professionnels de Capital Investissement) : Type de FCPR qui vise à investir plus spécifiquement dans des sociétés innovantes.
  • un FPS
  • un Club Deal : réunion d’un petit groupe d’investisseurs dont l'objectif est de participer à une levée de fonds afin d’investir dans un ou plusieurs actifs définis à l’avance.

Cela fait beaucoup, et une personne non initiée pourrait vite se perdre. Voilà pourquoi on identifie généralement deux formes d'investissement en Private Equity:

  1. Les solutions de distribution qui génèrent des revenus
  2. Les solutions par capitalisation qui restituent le capital au terme de l'investissement auquel on ajoute la plus-value générée. Concrètement, vous investissez, vous ne touchez rien pendant toute la durée du deal et bout de 6 ans par exemple vous récupérez votre capital + 6 fois 6% soit 36% de performance. Bonus : compte tenu du statut spécifique de ce type de produit vous serez partiellement voire complètement exonéré d'impôts sur le revenu. Pas mal non ? 

Les types d'activités visées

Le Private Equity permet d'entrer dans le capital d'une entreprise. Il existe plusieurs types d'activité, voyez-les comme les étapes de vie d'une entreprise. Que vous décidiez de commencer au début de sa vie ou une fois qu'elle est bien établie et construite, les chances de plus-values seront très différentes. La prise de risque évoluera également. Mais souvenez-vous, risques ne veut pas dire accident. Nous aborderons ce point un peu plus tard. Revenons-en à nos 4 types d’activité : 

  • Le capital risque (ou capital innovation) : il finance le lancement de l’activité d’une entreprise. Cette étape est assez risquée. En effet, une entreprise ne peut généralement pas emprunter auprès d'une banque à cette étape-là. Elle se tourne donc vers le Private Equity. L’investisseur prend donc un risque important de ne jamais trouver acquéreur pour revendre ses participations, il peut voir tout son capital investit disparaître. Malgré tout, les performances délivrées sont souvent très nettement supérieures aux performances des classes d’actifs plus traditionnelles.
  • Le capital développement (growth capital ou capital croissance) : c'est une autre étape de la vie d'une entreprise. Ici, vous entrez au capital d’une entreprise qui a déjà atteint une certaine maturité et ayant parfois dégagé quelques profits. Les fonds collectés grâce au Private Equity permettront à l'entreprise d'augmenter ses capacités et/ou à développer de nouveaux produits et services. Vous l'aurez compris, ici le risque est bien plus minime. Vous avez donc moins de chance de perdre 100% du capital investit.
  • Le capital retournement : Ici on se concentre sur une entreprise qui a connu quelques difficultés et qui a besoin de se reconstruire. Dans ce genre de situation, une entreprise a peu de chances de convaincre les banques de l'aider, d'où l'importance du Private Equity dans ce scénario. Les fonds levés vont permettre à l’entreprise de redevenir rentable et d'accueillir à nouveau des bénéfices. Ici, l’investissement va pouvoir participer activement à la mise en œuvre d'une stratégie de retournement. Ce ne sera pas uniquement un portefeuille.
  • Le capital transmission : Ce dernier type de capital intervient dans la dernière phase de vie d'une entreprise : sa transmission ou sa cession. Là aussi le risque pris par l’investisseur est assez bien maitrisé avec un potentiel de gains particulièrement attrayant.
Analysez gratuitement votre situation pour réduire vos impôtsSimulation gratuite