Quels sont les meilleurs placements bancaires en 2020 ?

 Quels sont les meilleurs placements bancaires en 2020 ?

Sommaire de l'article

Le Coronavirus a marqué l'économie mondiale et avec ce virus sont venues la peur et l'incertitude. La France a particulièrement été touchée par cette pandémie. Le confinement a mis à mal nos marchés poussant les Français à se réfugier dans l'épargne. Une manière sûre de conserver son bât de laine. Mais il serait dommage de manquer une telle opportunité pour investir sur les marchés financiers. Certes, il peut paraître dangereux de faire des placements bancaires en ce moment et pourtant ... Il existe encore des placements rentables, il suffit de bien chercher et de se renseigner. Comment investir son argent en 2020 ? Une question a laquelle nous tenterons de répondre dans cet article.

Ou placer son argent en 2020 ?

Le contexte actuellement a quelque peu compliqué la tâche. Investir devient plus risqué et cela nous le devons à la crise financière engendré par le pandémie de Covid-19. Les taux sont historiquement bas, il serait donc plus prudent de ne pas trop se reposer sur vos précieux Livret A et fonds euros. En effet depuis quelques temps ils ne rapportent plus grand-chose. De plus, ils ne permettent même plus de protéger votre épargne contre l'inflation. Il va donc falloir commencer par prendre quelques risques pour voir des plus-values tombées.  Mais alors, que faire ? 

En 2020, pour améliorer le rendement de vos placements, il est donc temps de prendre davantage de risque et de diversifier vos placements. Comment ?  Accordez plus de place aux actions grâce aux unités de compte. Ce sont des supports qui rapportent bien plus que les fonds en euros sur le long terme. Gardez cependant toujours en tête que leur valeur en capital n'est pas garantie... Eh oui, il n'y a pas plus variable que le marché. Et en ce moment ce sont les montagne russes. Privilégiez le PEA qui reste une enveloppe fiscale incontournable mais ne négligez pas l'immobilier avec les SCPI et les OPCI. Voyons tout cela de plus près.

Qu'est-ce qu'un placement bancaire ? 

Les placements bancaires sont des moyens de faire fructifier son épargne. Vous placez votre argent sur un livret ou un produit financier et il fructifie. Ce concept tout le monde le connaît. Vous vous tournez généralement vers des banquier, ça tombe bien puisque la plupart d'entre eux sont distribués par le Crédit Mutuel, la Caisse d'épargne ou encore le Crédit Agricole. Vous les connaissez sûrement. Mais saviez-vous qu'il existe trois types de placements bancaires. Chacun a des caractéristiques propres motivées par l’objectif d’investissement auquel ils sont associés. Voyez plutôt : 

  1. Les livrets d’épargne réglementés : ils représentent 700 milliards d’euros d’encours et permettent de placer son argent à un taux fixe et garanti. Ce type de placement est sans risques et votre argent reste disponible à tout moment tout en continuant de travailler à un taux fixé par l'Etat.
  2. Le PEL (plan épargne logement) : Ce livret est très différent du premier car il s'agit d'un produit d’épargne bloqué. Grâce à lui vous vous constituer un capital dans un but bien précis : acheter un bien immobilier. Le taux du PEL est garanti.
  3. L’assurance-vie et le PEA (plan épargne en actions) : ici nous parlons de placement "risqué" car il dépend des cours de la Bourse.

Les placements bancaires : comment faire le tri ?

Les livrets bancaires ne rapportent plus grand-chose. La prise
de risque même minime devient indispensable pour faire
du profit.

Tout dépend de votre profil. Faire le bon choix en terme de placements bancaires dépend de vos objectifs, de vos envies mais aussi de votre âge et de vos finances. Un jeune de 27 ans ne fera pas les même placements financiers qu'une personne de 65 ans. Les enjeux ne sont pas les mêmes. Le jeune aura plus tendance à vouloir se créer un capital immobilier par exemple ou bien se constituer une épargne de précaution tandis qu'une personne plus âgée pensera à la retraite ou à ce qu'elle lèguera à ses proches. Ce sont des approches très différentes qui méritent d'être étudiées afin de faire les bons choix. Vous l'aurez compris, il n'existe pas de placement miracle ou de placement parfait.

Mais imaginons que votre souhait soit que votre argent rapporte tout en restant disponible. Dans ce cas, les livrets bancaires sont une bonne option. Mais, comme nous vous le disions plus haut, ils ne sont pas très intéressant en terme de rendements à moyen ou long terme. Voyons tout cela de plus près.

A lire également : Qu'est-ce que le Private Equity ? 

Le livret A

Le livret A, tout le monde le connaît. Tout le monde en a un et tout le monde sait comment ça fonctionne. Tout le monde sait aussi qu'aujourd'hui ça ne rapporte plus grand-chose malgré tout, les Français continuent d'épargner dessus. Il s'agit d'un placement réglementé affichant un rendement de 0,50%. Il est exonéré de prélèvements sociaux et d’impôts sur le revenu. Plafonné à 22 950€, le livret A demeure tout de même un bon placement pour une épargne facilement mobilisable.

Les livrets bancaires

Passons à présent aux livrets bancaires. Vous ne savez pas ce que c'est ? Cela tombe bien, on va tout vous expliquer. Il existe deux types.

Les livrets réglementés, dont les intérêts sont exonérés d’impôt sur le revenu et de prélèvements sociaux :

  • le livret de développement durable et solidaire (LDDS) : rendement fixé à 0,50%, il est plafonné à 12 000 euros.
  • le livret jeune : il est réservé, comme son nom l'indique, aux jeunes de 12 à 25 ans. Son taux de rendement est généralement fixé par rapport à celui du livret A. Il est plafonné à 1 600 euros.
  • le livret d’épargne populaire : ce livret est réservé aux plus personnes les plus modestes. Il faudra justifier de ses revenus afin de pouvoir en ouvrir un. Il permet de placer jusqu’à 7 700 euros (en fonction de vos revenus) à un taux de 1%.

Les livrets non réglementés sont différents dans le sens où leur taux sont fixés par les banques. Les intérêts sont soumis aux prélèvements sociaux et à l’impôt sur le revenu. On trouve dans cette catégorie :

  • les comptes courants rémunérés,
  • les livrets sociétaires,
  • les comptes sur livret (livret B)
  • les super livrets, au taux boosté.

Le PEL

Le fameux Plan Epargne Logement, a longtemps été plébiscité pour son rendement garanti très intéressant (2,5% avant prélèvements sociaux jusqu’en 2015). Aujourd'hui avec un taux de 1% ce n'est plus vraiment le cas. Pour les PEL souscrits depuis le 1er janvier 2018, les intérêts produits sont imposés au prélèvement forfaitaire unique (PFU) au taux global de 30% (12,8 % + 17,2 % de prélèvements sociaux). Le taux d’intérêt versé par un plan d’épargne logement ouvert après le 31 juillet 2016 est de 1%. Contre 2,5% par exemple pour les PEL ouvert avant février 2015. Il est donc désormais plus intéressant que le livret A qui a un taux de 0,50%.

Les placements bancaires et la Bourse

Passons à présent aux placements bancaires qui vous permettent d'investir en Bourse. Ils sont certes plus risqués, mais qui dit risque dit gains plus importants. L’assurance-vie et le PEA sont les parfaits exemples de ces placements qui permettent d’investir sur des actifs diversifiés. Ces deux enveloppes fiscales ont chacune des avantages et des contraintes. 

Attention : les rendements de ces placements ne sont pas garantis (sauf les fonds euros), il faut donc s'attendre à quelques surprises.

L’assurance-vie

L’assurance-vie est une enveloppe fiscale qui permet d’investir sur :

  • du monétaire,
  • des actions,
  • des obligations,
  • des OPCVM
  • des fonds indiciels.

Son avantage : elle n’a pas de plafond ni de limite dans le temps. Cependant, il faudra attendre 8 ans avant d'y toucher si vous voulez bénéficiez d’une fiscalité intéressante sur vos plus-values : 4 600 euros pour une personne seule et 9 200 pour un couple et par an sont exonérés d’impôts. Dans le cas contraire, si disons vous avez un grand besoin de liquidité et que vous souhaitez racheter totalement ou partiellement votre assurance-vie avant les 8 ans, c’est la flat tax à 30% qui s’applique.

Concernant la gestion, deux options s'offrent à vous :

  1. La gestion libre : c'est vous qui pilotez votre portefeuille
  2. La gestion pilotée : vous décidez de déléguer la gestion de votre portefeuille à des professionnels (bien moins risqué si vous n'êtes pas très aguerri).

L’assurance-vie est également beaucoup utilisé pour la succession. En effet, les versements réalisés avant vos 70 ans sont exonérés de droits de succession jusqu’à 152 500 € par bénéficiaire.

Le PEA et le compte-titres

Place à la diversité ! Place au Plan d’Épargne en Actions et au compte-titres. Ce sont deux types d'enveloppes qui permettent d’investir dans de très nombreux titres. Côté inconvénients, on en repère davantage avec le PEA qui limite le choix des supports aux entreprises européennes et à 150 000€ maximum. Néanmoins, il se rattrape grâce à une fiscalité avantageuse . En effet, dès 5 ans les plus-values réalisées sur le PEA ne sont plus imposables et subiront seulement les prélèvements sociaux. Comme pour l'assurance-vie, avant ces 5 ans, c'est la flat tax qui s’applique.