Placement alternatif : rentable, mais dangereux ?

placement alternatif

Sommaire de l'article

Si les marchés boursiers vous laissent perplexes, si vous ne souhaitez pas investir dans l’immobilier ou que vous comprenez que votre capital ne sera pas à sa place sous votre matelas, pourquoi ne pas se tourner vers un placement alternatif ? Si ce type de placement atypique peut répondre à plusieurs besoins, il faut cependant garder en tête que le risque de perte de mise est autant - voire plus - élevé que le rendement potentiel ! Mais, après tout, on n’a jamais rien sans rien… Tacotax vous explique !

Qu’est-ce qu’un placement alternatif ?

Outre les placements bancaires classiques, de plus en plus de particuliers se tournent vers des investissements aux antipodes des schémas les plus populaires. Exit les PER, SCPI et autres immobiliers locatifs, l’heure aux placements alternatifs ! Il en existe de très nombreux, parmi lesquels : 

  • Le financement participatif,
  • Le cinéma,
  • Le bétail,
  • L’Art,
  • Les groupements forestiers,
  • Le vin,
  • Les chevaux de course,
  • Les voitures de collection,
  • Les caves et box de location,
  • L’or
  • Les crédits aux particuliers…

Lire aussi: Comprendre l'importance du simulateur pour vos placements

Définition

Vous cherchez un placement alternatif au livret A ? Les rendements proposés par ce type de placement ne vous attirent pas ? Si votre appétence au risque vous le permet, il est possible d’investir dans de très nombreux secteurs divers et variés. Mais, un placement alternatif, c’est quoi ? 

On parle d’investissement alternatif pour désigner des placements qui s’éloignent des produits et marchés financiers classiques tels que les actions, obligations ou encore fonds communs, et qui se posent ainsi comme des… alternatives à ces derniers ! Proposant généralement un bien meilleur rendement que leurs homologues classiques, ils n’en sont pas pour autant plus simples à comprendre, ni plus sûrs. En effet, le risque est bien souvent très élevé, et il sera donc important de placer uniquement des sommes qu’on est prêt à perdre. 

Pourquoi ça attire ?

La crise sanitaire liée au Covid-19 a impacté les marchés de façon conséquente. Ainsi, en 2020, les placements alternatifs ont attiré plus d’investisseurs qu’en 2019 : les marchés boursiers et immobiliers étant en difficulté, nombreux ont été les particuliers à se tourner vers ces placements portant sur des secteurs plus “concrets” pour certains. 

Ajouté à cela la transition écologique qui prend toujours plus d’ampleur et qui incite les contribuables à investir dans les groupements forestiers, ces placements atypiques ne le sont pas tant que ça aujourd’hui. Bien entendu, l’immobilier et la Bourse restent sur leur podium, mais l’objectif de placer son argent trouve désormais de plus en plus de réponses. 

Pourtant, les avis divergent encore quant au rendement et à l’intérêt de ce type de placement alternatif : faut-il pour autant délaisser les marchés classiques ? Quels sont les risques encourus ?

Une bonne idée ?

Les perspectives de rendement élevées attirent bien évidemment les investisseurs, la prudence reste de mise. En fer de lance, les arnaques : elles pullulent sur le net et se veulent très incitatives ! Alors, les rendements promis sont-ils pour autant réalistes ? 

Bien sûr, il n’y a pas que des escroqueries, mais restez sur vos gardes et favorisez la prise de contact avec des intermédiaires financiers professionnels. Certaines banques, telles que La Banque Postale, la BNP, la Société Générale, le Crédit Agricole, le Crédit Mutuel ou encore la Caisse d’Épargne proposent certains placements alternatifs… mais pas tous ! Il sera dès lors primordial de cibler le placement voulu et de se renseigner un maximum sur ce dernier.

Attention également à la réglementation ! Certains de ces produits ne sont tout simplement pas surveillés par l’Autorité de Contrôle des Marchés et Services Financiers (FSMA), ce qui pose un problème quant à l’exhaustivité des informations partagées à l’investisseur. 

Pour conclure : les placements alternatifs doivent être des investissements mineurs, dans un objectif de diversification de patrimoine par exemple. Assurez-vous de ne jamais investir une part importante de votre épargne, soyez réalistes quant aux rendements proposés, évaluez les risques présents et identifiez toujours l’identité de la société concernée.

Quelques idées de placements populaires

Le financement participatif

Placement star du moment, le financement participatif - ou crowdfunding - est l’un des placements alternatifs les plus populaires. Si le but est très simple (un investisseur prête de l’argent à une entreprise ou une association pour l’aider à mener à bien leur projet), il est également important de se pencher sur les différents types de financement participatif : 

  • Le crowdfunding caritatif : les investisseurs financent des projets humanitaires sans aucune contrepartie en retour, sous forme de dons.
  • Le crowdfunding en don contre récompense : les investisseurs financent des projets entrepreneuriaux, créatifs ou encore technologiques en contrepartie de la réception d’une récompense liée à ce projet (ex : le produit en lui-même, des goodies, etc.).
  • Le crowdlending : les investisseurs prêtent une somme d’argent à des entreprises qui les rembourseront avec des intérêts à un taux négocié.
  • Le crowdequity : les investisseurs détiennent une part du capital d’une entreprise.

Le saviez-vous ? Le Musée d’Orsay à Paris a réussi à restaurer une peinture de Gustave Courbet grâce au financement participatif. La campagne a récolté 155 374 € !

Il existe de nombreuses plateformes de crowdfunding en France ou à l’étranger : KissKissBankBank, Ulule, WeShareBonds, etc.

► Lire également : Quel placement à court terme pour mon épargne ?

L’Art

Placement réservé aux amateurs d’Art ou aux investisseurs disposant d’un important capital à placer, ce type de placement alternatif joue la carte de la culture et du patrimoine au sens propre du terme. 

Attention cependant ! L’investissement dans des oeuvres d’Art n’entre pas dans le calcul de la valorisation d’un patrimoine. Dès lors, ce type de placement atypique est rentable si l’on dispose d’un capital conséquent, il permet également de mettre un pied dans un marché difficile, mais plein d’opportunités.

Les groupements forestiers 

Les GFF (Groupements Fonciers Forestiers) permettent d’investir dans les terres forestières avec un double objectif : la préservation de la flore française et le rendement commercial. Ces “morceaux de forêts” présentent plusieurs avantages : le fait de posséder une parcelle de terre, la possibilité de revendre le bois (ce qui se révèle être une démarche particulièrement rentable), mais aussi de réduire ses impôts ! En effet, un investissement dans un GFF est déductible de l’impôt sur le revenu jusqu’à 18 % maximum. 

Le vin

Le vin est un produit à part : à mi-chemin entre l’Art et les groupements fonciers forestiers, ce type de produit peut atteindre des sommes intéressantes pour un investisseur. Le marché asiatique raffole notamment du vin français, et une bouteille d’un grand cru peut rapporter très gros. 

Pour ce faire, il faudra se tourner vers les Groupements Fonciers Viticoles (GFV) qui vous offrent la possibilité de percevoir des dividendes financiers via un investissement intéressant, car rentable, et assez accessible dans le paysage français d’aujourd’hui. 

L’autre immobilier locatif

L’immobilier locatif est-il seulement réservé aux logements ? Négatif ! On considère qu’un investissement immobilier locatif concerne tout bien immobilier mis en location, que ce soit pour y vivre, y ranger ou même s’y garer. Ainsi, outre les logements, on peut investir dans l’immobilier de différentes façons : 

  • Les places de parking,
  • Les garages privés,
  • Les box
  • Les caves

Une place de parking peut se révéler très intéressante pour des investisseurs au capital limité ou ne souhaitant pas miser une somme trop importante dans l’immobilier. Ce type d’investissement offre ainsi des rendements élevés en toute simplicité, sans pour autant nécessiter autant d’attention qu’un logement classique. Attention cependant à la ville où vous investissez !

Des idées toujours plus nombreuses

Il y a une décennie de cela, les cryptomonnaies n’existaient pas. Aujourd’hui, les Bitcoins et autres Ethereum s’arrachent sur le marché des monnaies virtuelles et constituent un investissement onéreux et à part entière. Ceci illustre le fait que de nouveaux placements atypiques ne cessent de voir le jour en France comme ailleurs. 

Aujourd’hui, on peut investir dans l’or, dans des bijoux, dans des voitures de collection, dans des courses équestres, dans le bétail ou encore dans le cinéma ! Tous ces placements ne seront pas forcément adaptés à votre situation et à vos objectifs patrimoniaux, mais il est important de les connaître !

Pour aller plus loin

Analysez gratuitement votre situation pour réduire vos impôtsSimulation gratuite