1. Investir : comment et où placer votre argent ?

  2. Investir dans les forêts avec les groupements forestiers

Investir dans les forêts avec les groupements forestiers

Beautiful rays of sunlight in a green forest

Sommaire de l'article

Pour se constituer un patrimoine pérenne et diversifié, pourquoi ne pas choisir l’investissement forestier ? En 2019, les groupements forestiers ont représenté plus d’un 1,6 milliard d’euros (+ 5,6 %) de transactions, avec une préférence marquée pour les « petites forêts » (moins de dix hectares). Investir dans les groupements forestiers, c’est profiter d’une défiscalisation avantageuse tout en participant à la conservation du patrimoine sauvage.

Analysez gratuitement votre situation pour réduire vos impôtsSimulation gratuite

Investir dans les forêts : les Groupements Forestiers d’Investissement et les Groupements Fonciers Forestiers (GFF) 

Investir dans un groupement forestier consiste ni plus ni moins à acheter d’une parcelle de bois ou de forêt. L’acquisition peut se faire en passant par un notaire et une société d’aménagement foncier et d’établissement rural (SAFER) ou en passant par un groupement forestier. Cette acquisition de nature particulière ouvre ensuite droit à une réduction d’impôt. Elle existe également dans une version viticole, qui consiste pour un particulier à acheter des parts de vignobles.

Et oui, les forêts s’achètent, comme les bureaux, les commerces et les hôtels. Grâce aux Fonds Communs de Placement, il est possible d’investir à plusieurs dans un groupement forestier et d’en tirer un rendement grâce :

  • à la chasse ;
  • à la vente des bois ;
  • à la location d’étangs, de panneaux photovoltaïques ou d’éoliennes

Les particuliers qui ne peuvent ou ne veulent pas procéder à l’acquisition totale d’une parcelle de forêt peuvent choisir la souscription de parts dans un Groupement Foncier Forestier (GFF). La parcelle est achetée en commun par plusieurs associés qui en délèguent la gestion à un administrateur.

►Lire aussi : 7 placements à privilégier en 2020 ?

Pourquoi investir dans les forêts ?

Mettez votre patrimoine au vert avec l’investissement forestier

La surface de la forêt française a doublé depuis 1850. Elle représente 31 % du territoire, et croît de 0,7 % de surface en plus par an. La France constitue le 3e stock de bois sur pied européen. Investir dans les forêts françaises, c’est placer son épargne dans un support productif, durable et écologique.

►Lire aussi : Qu'est-ce qu'un Investissement Socialement Responsable (ISR) ?

Largement sous-exploitée, la forêt française est pourtant une ressource extrêmement riche, une véritable matière première. Très intéressant sur le plan fiscal, cet investissement répond à plusieurs objectifs :

Le groupement foncier forestier offre la possibilité d’investir dans la forêt à partir d’un montant plus faible, quelques milliers d’euros. Comme le vin et les voitures de collection, l’investissement forestier reste avant tout un placement plaisir. Le but n’est pas tant la rentabilité que la diversification du patrimoine.

►Lire aussi : Le guide pour investir : nos conseils

Faut-il opter pour l’investissement dans un groupement forestier ? Notre avis.

Le rendement d’un investissement forestier oscille entre 1 et 2 % net par an, soit une baisse constatée depuis ces dernières années, imputable à l’augmentation du prix du foncier forestier. Fortement variable d’une région à l’autre, le foncier forestier s’évalue en fonction : 

  • du produit de la vente des bois ;
  • de la chasse.

Or, ces deux indicateurs sont eux-mêmes assez instables. La vente de bois dépend de l’âge moyen des arbres, qui doivent avoir atteint une certaine maturité (entre 20 et 60 ans selon les espèces) pour pouvoir être coupés en vendus. Quant à la chasse, son rendement va du quitte au double selon les régions : moins de 10 € par hectare et par an pour les forêts du sud de la France contre plus de 150 € dans les vastes forêts proches de grandes villes ou dans les régions limitrophes du Luxembourg et de la Belgique.

Comment choisir sa parcelle de forêt ?

On note de nombreuses similitudes avec l’immobilier en ce qui concerne le choix des surfaces : les « petites » forêts (moins de 10 hectares de surface) partent plus vite que les autres. La valeur d’une forêt est composée de 4 éléments :

  • le sol,
  • les arbres,
  • la valeur chasse,
  • et la demande du marché

Quelle est la valeur d’une part de groupement forestier ?

Les étangs et plans d’eau font partie des apports
dans un GFF

En France, comptez 4 000 € en moyenne par hectare. Cela dit, certaines forêts atteignent facilement 10 000 €, voire 15 000 € par hectare. 

Ces écarts de prix s’expliquent par le fait que la valeur d’une part de GFF directement liée à l’évolution de la valeur des actifs détenus par le GFF. Là encore, on retrouve de nombreuses similitudes avec l’immobilier, où le prix du m² dépend de la typologie du bien, de son état, de sa localisation géographique, etc. D’un massif forestier à l’autre, le prix à l’hectare des forêts varie sensiblement. 

Pour connaître la valeur d’une part de groupement forestier, il faut regarder son stock de bois. Plus la valeur du stock est proche de celle du foncier nu, plus la forêt est dite « pauvre ». À l’inverse, une forêt « riche » a une valeur très éloignée.

► Lire aussi : Investir dans une entreprise : ce qu'il faut savoir

Comment créer un groupement forestier familial ?

Comme les SCI, les groupements forestiers peuvent être détenus en famille. Cette solution permet de conserver le patrimoine forestier d’une famille et d’en éviter le démembrement lors de la transmission.

Les démarches

Pour créer un groupement forestier familial, vous devez être au moins deux. Sachez que si l’un(e) des associé(e)s décide de quitter le groupement, de façon temporaire ou définitive, il/elle devra alors suivre les conditions établies dans le cadre des statuts du groupement forestier. Par ailleurs, il faut aussi mettre en place :

  • les statuts du groupement, qui devront ensuite être enregistrés au centre des impôts et déposés au greffe du tribunal de commerce.
  • sa dénomination, 
  • le siège social.

Pour cela, le recours à un notaire est obligatoire. Les associé(e)s doivent également se rapprocher de la Direction Départementale de l’Agriculture et de la Forêt (DDAF). Ce service de l’État leur remettra un certificat autorisant le droit d’exploitation et d’aménagement de la forêt du groupement. L’étape suivante consiste à définir les biens qui vont constituer le groupement, autrement dit son capital social. Il se compose des apports des associés, dont la valeur du patrimoine. Ces apports peuvent être :

  • matériels : forêts, terrains, etc.
  • immatériels : apports financiers
  • complémentaires : matériels forestiers, plan d’eau, gîte forestier

En cas de doute, les associé(e)s peuvent demander l’aide d’un expert forestier. La procédure ne sera complète qu’une fois la déclaration de constitution du groupement publiée dans un journal d’annonces légales.

Les frais

Création d’un groupement forestier : le passage
devant notaire est obligatoire

La création d’un groupement forestier familial occasionne des frais :

  • de constitution de la société, qui incluent :
    • les droits d’enregistrement,
    • les honoraires du notaire,
    • les honoraires du comptable,
    • le coût de l’expertise forestière,
    • d’autres frais divers…
  •  de fonctionnement :
    • les honoraires annuels du comptable,
    • les honoraires de gestion forestière,
    • la gestion administrative…

L’achat de forêt en direct

Il est possible d’acheter directement un lopin ou une parcelle de forêt à un propriétaire. La forêt française est composée à 75 % de terrains privés. En tout, on compte 1,1 million de propriétaires, dont 964 000 détiennent moins de 10 hectares. De ce fait, les occasions d’acheter deviennent rares, le marché étant confidentiel. Inutile de viser les forêts publiques : elles sont gérées par l’État ou les collectivités territoriales, et donc interdites à la vente. 

Un investissement d’autant plus contraignant que posséder une forêt implique d’en assurer le boisement, l’entretien et l’aménagement. On appelle cela le « plan simple de gestion », qui s’étend sur une durée de 10 à 30 ans et fait l’objet d’une réglementation très stricte, qui sous-entend de posséder des connaissances poussées en matière de forêt. Si ce n’est pas votre cas, mieux vaut alors mandater un spécialiste ou une coopérative qui prendra en charge la gestion de la forêt.

Comment acheter une part de forêt en direct ?

Des intermédiaires spécialisés facilitent ce genre de transaction en mettant en contact vendeur et acheteur. Sachez que la valeur d’une forêt varie en fonction de critères physiques (surface, localisation, essences plantées, qualité du bois…). L’investissement en direct nécessite de disposer de fonds d’un minimum de 300 000 €. Ce type d’investissement répond à des besoins de diversification et de transmission de patrimoine.

Foire aux questions

Quels ont été les rendements des groupements forestiers en 2019 ?

Il est difficile de donner des statistiques précises concernant les rendements de l’investissement forestier 2019. En revanche, sur l’année 2018, on constate une augmentation du nombre de transactions : 130 100 ha échangés, proche du record de 2017. 

Peut-on acheter des parts groupement forestier au Crédit Agricole ?

Les parts de groupement forestier s’achètent auprès de sociétés spécialisées, comme les Groupements Fonciers Forestiers et les Groupements Forestiers d’Investissement. Les structures bancaires ne sont pas habilitées à les commercialiser. Si la question se pose au sujet du Crédit Agricole, c’est parce qu’Amundi, sa filiale spécialisée dans la gestion d’actifs, s’est associée avec Forest Finance France, une société spécialisée dans la création de forêts mixtes durables, pour le développement de systèmes forestiers sociaux et durables. Cet investissement, réalisé par le biais du FCP d’Amundi, Finance & Solidarité, va permettre à Forest Finance France d’accélérer le lancement d’un nouveau programme de reforestation responsable ainsi que la création de nouveaux emplois dans des zones touchées par la déforestation.

►Pour aller plus loin : 

Analysez gratuitement votre situation pour réduire vos impôtsSimulation gratuite