Comment investir dans une start up en 2020 ?

investir start up

Sommaire de l'article

Investir dans une start up sans perdre sa mise, impossible ? Non ! Si on considère que 9 start up sur 10 finissent par disparaître, la dernière va se développer, grâce à son projet, et va gagner en rentabilité sur le long terme. L’investissement en start up répond à un objectif de défiscalisation et de rentabilité : crowdfunding (financement participatif), fonds communs et mandats de gestion permettent aux investisseurs de s’attaquer aux PME françaises, en alliant rendements et soutien économique. Focus avec Tacotax.

Les meilleures façons d’investir dans des start up

Comment investir dans une entreprise type start up ? Les jeunes pousses de l’économie de demain sont accessibles via différentes voies : les investisseurs ont plusieurs moyens pour investir dans les start up en 2020 : 

  • Investir en crowdfunding,
  • Investir en Fonds Communs de Placement dans l’Innovation (FCPI),
  • Investir en Fonds d’Investissement de Proximité (FIP),
  • Investir en mandat de gestion,
  • Investir via un PEA-PME.

L’économie 2.0 : le crowdfunding

Nombreuses sont les plateformes de crowdfunding à mettre en relation des investisseurs avec des entreprises porteuses de projets pour les aider à se développer. La création d’entreprises a besoin d’un soutien financier, et les investisseurs sont prêts à mettre la main au portefeuille pour devenir actionnaires, prêteurs ou même donateurs. 

En effet, on distingue 3 types de crowdfunding répondant à des besoins différents : 

  • Le financement participatif caritatif
  • Le crowdfunding obligataire,
  • Le crowdlending.
Le crowdfunding permet de financer de nombreux projets d'entreprises ou d'associations.

Le crowdfunding classique - ou financement participatif - est en réalité une forme de don : les investisseurs financent des projets généralement portés par des associations, des ONG ou des particuliers réalisant un appel de fonds. Le financement prend alors la forme de don sans contrepartie ou de don contre récompense (généralement le produit financé et terminé).

Le crowdfunding obligataire, ou crowdequity, permet à des investisseurs de devenir actionnaires d’une entreprise via l’achat de titres. Pour les investisseurs, détenir des actions de l’entreprise trouve de l'intérêt dans le versement de dividendes ou de plus-value à la revente, tandis que l’entreprise en elle-même utilise l’argent injecté pour se développer. Il est également possible d’investir en crowdfunding par royalties pour toucher un pourcentage fixe du chiffre d’affaires de l’entreprise par trimestre. 

L’émission d’obligations (ou titres de créances) est accessible en crowdfunding obligataire, mais ne permet pas à l’investisseur d’accéder au capital ou d’interférer dans la stratégie de l’entreprise investie.

Enfin, le crowdlending est une forme de prêt : un investisseur prête une somme fixée à une entreprise pour l’aider à grandir, et cette dernière lui remboursera la totalité en y ajoutant des intérêts. Le taux de ces derniers tourne généralement autour de 4 à 10 %, ce qui permet aux investisseurs d’atteindre un rendement très intéressant qui contrebalance la prise de risque. En effet, nombreuses sont les entreprises à déposer le bilan avant même d’avoir pu rembourser les prêts versés par les investisseurs : tout investissement comporte des risques !

Il existe de nombreuses plateformes de crowdfunding : KissKissBankBank, Ulule, WeDoGood, SmartAngels (désormais fermée), etc.

► Lire aussi : Comment investir dans un fonds de commerce ?

Les défiscalisants : FCPI et FIP

Les FCPI et FIP diversifient votre patrimoine et réduisent votre fiscalité !

Si votre but premier est de réduire votre pression fiscale, les dispositifs de défiscalisation vous intéressent forcément. Ces derniers ne manquent pas pour investir dans l’immobilier, mais comment investir dans des start up tout en réduisant le montant de ses impôts ? En se tournant vers des niches fiscales spécialement pensées pour, pardi ! 

Les Fonds Communs de Placement dans l’Innovation (FCPI) et les Fonds d’Investissements de Proximité (FIP) sont d’excellents placements pour réduire le montant de votre impôt sur le revenu avec un plafond de 4 320 euros pour une personne seule. Investir dans des start up et autres PME est ainsi possibles, si elles sont éligibles à ces FCPI et FIP, tout en bénéficiant d’avantages fiscaux bienvenus. Ces derniers ont été pensés pour inciter les investisseurs à financer le développement d’entreprises françaises et ainsi soutenir tout un pan de l’économie.

Prudence cependant : les entreprises concernées ont généralement un délai de maturité assez long, ce qui vous rend “prisonnier” de votre placement pendant plusieurs années. De plus, nous parlons ici de placements ou le risque de perte en capital est bien réel : ne placez que des sommes que vous êtes prêts à perdre !

Le saviez-vous ? Vous pouvez rejoindre un club d’investissement pour investir dans une start up. 

Déléguer votre investissement : le mandat de gestion

Comment investir dans les bonnes start up ? En optant pour un mandat de gestion ! Ce type de mandat permet d’investir dans des titres non cotés en Bourse de PME tout en déléguant sa gestion à un mandataire qui se chargera de sélectionner pour vous les meilleures options d’investissement. 

Attirant sur le papier, ce type d’enveloppe peut toutefois se révéler assez onéreuse lorsqu’on prend en compte les différents frais qui en découlent : 

  • Commission de souscription,
  • Frais de gestion indirects,
  • Commission de gestion,
  • Taux de frais annuel moyen…

Il est possible d’investir dans des start up et autres PME via un PEA-PME (pour Plan d’Épargne en Actions - Petites et Moyennes Entreprises). On parle ici de l’une des enveloppes préférées des Français pour investir dans des entreprises, puisque le PEA a le mérite d’allier dynamisme d’investissement avec performances élevées et avantages fiscaux. En tant qu’outil complémentaire, le PEA est une excellente option pour investir en toute sérénité.

Pourquoi investir dans une start up ?

Quelle est la différence entre une entreprise classique et une start up ?

Outre le statut juridique, une start up se différencie d’une entreprise de par sa structure et son organisation : là où une entreprise déjà lancée va exécuter un business model tout en l’optimisant au fur et à mesure, une start up cherche à trouver ce business model.

La start up explore son marché, expérimente des procédés différents pour définir celui qui fonctionnera le mieux, cherche à se développer économiquement et, de manière globale, se cherche en quelque sorte. L’entreprise se concentre sur l’efficacité de son fonctionnement et la qualité du service donné selon un business model déjà défini.

Une start up ne porte pas longtemps cette appellation : elle se transforme, à terme, en entreprise, ou bien dépose le bilan si elle ne parvient pas à trouver cette valeur ajoutée qui fera la différence. 

Vous l’aurez compris, investir dans une start up, c’est parier sur son développement, c’est soutenir son projet et adopter son fonctionnement. Il est d’autant plus important de se renseigner un maximum sur la start up que vous visez, afin de connaître votre investissement et de comprendre pourquoi il va fonctionner… ou non.

► Lire aussi : Peut-on investir dans un restaurant ?

Les avantages de l’investissement en start up 

Les start up ont la cote en France et représentent un investissement de valeur.

Il existe des start up qui peuvent assurément faire pâlir d’envie certaines entreprises : des chiffres d’affaires qui atteignent des sommets, des rentabilités optimales ou encore une attractivité bienvenue. En France, ces petites entreprises ont la cote, et un investissement de ce type peut rapporter gros… à condition de garder en tête les risques de perte, toujours bien présents. Comment investir sur une start up en toute sécurité ? Malheureusement, il n’existe pas de réponse à cette question, mais un investissement de ce type offre plusieurs avantages : 

  • La rentabilité directe, avec des chiffres d’affaires qui peuvent quintupler,
  • Le soutien de l’économie et de la création d’emploi en France,
  • La réduction d’impôt pour cause d’investissement,
  • La diversification de son patrimoine personnel,
  • L’aspect humain d’un placement en entreprise…

Comment choisir sa start up ?

Nous l’avons déjà dit : 9 start up sur 10 sont destinées à disparaître. Comment s’assurer de miser sur celle qui parviendra à sortir du lot ? En premier lieu, il est important de comprendre qu’il n’existe aucune certitude : vous pourriez bien trouver la perle rare, mais vous n’êtes jamais à l’abri d’une perte soudaine de votre capital investi. 

Globalement, vous pourrez cependant vous pencher sur certains critères pour déterminer quelle start up mérite vos faveurs : 

  • L’équipe qui compose la start up : adaptation au changement, croissance pérenne, compétences diverses, complémentarité et cohésion, expérience, connaissance du marché, aptitudes techniques, etc.
  • Son marché : sa taille, son ancienneté, son attractivité, sa compétitivité, la demande présente.
  • Sa scalabilité : sa capacité à augmenter ses revenus tout en diminuant ses dépenses afin de générer du profit.
  • La pérennité de son modèle économique : perspectives de plus-value, durée de vie, maturité du marché, timing.

Analysez gratuitement votre situation pour réduire vos impôts

Simulation gratuite