Le montant de la taxe de séjour à Lyon

taxe de séjour lyon

Sommaire de l'article

Vous vous apprêtez à visiter la capitale des Gaules ? Sachez que toute personne séjournant sur un territoire de façon temporaire devra s’acquitter de la taxe de séjour qui en découle. Cet impôt local, reversé aux collectivités locales, servira à financer et promouvoir le tourisme dans la région. Quels sont les tarifs de la taxe de séjour dans la métropole de Lyon en 2019 et 2020 ? Peut-on en être exonéré ? Comment faire sa déclaration de taxe de séjour lorsqu’on est un hôte Airbnb dans le grand Lyon ? Tacotax vous dit tout !

Les tarifs de la taxe de séjour à Lyon

Combien vous coûtera l’impôt local propre aux vacanciers et voyageurs de passage dans la ville de Lyon ? En 2019, la taxe de séjour est la suivante : 

Type d'hébergement☆☆☆☆☆☆☆☆☆☆☆☆☆☆
Hôtels de tourisme0,83 €0,99 €1,65 €2,50 €3,30 €
Résidences de tourisme0,83 €0,99 €1,65 €2,50 €3,30 €
Meublés de tourisme0,83 €0,99 €1,65 €2,50 €3,30 €
Villages vacances0,83 €0,83 €0,83 €  
Chambres d'hôtes0,83 €0,83 €0,83 €0,83 €0,83 €
Terrains de plein air0,22 €0,22 €0,61 €0,61 €0,61 €
Parcs de stationnement0,61 €0,61 €0,61 €0,61 €0,61 €
Ports de plaisance0,22 €0,22 €0,22 €0,22 €0,22 €

Le calcul de la taxe de séjour

Comment calculer le montant de la taxe de résidence ? Que vous soyez à Lyon ou dans une autre métropole, le calcul de la taxe de séjour est le même en 2018 qu’en 2019 et 2020. Il faut néanmoins distinguer deux types de taxes bien différentes : celle au réel, et celle au forfait. Qu’est-ce qui les différencie ? La formule de calcul principalement !

Pour la taxe de séjour au réel, il vous faudra multiplier le tarif appliqué à la catégorie d’hébergement par le nombre de nuitées. Vous obtiendrez alors le montant de la taxe de séjour par personne. 

Pour la taxe de séjour au forfait, même son de cloche : on multiplie le tarif applicable à la catégorie d’hébergement par le nombre de nuitées comprises dans la période de perception de la taxe. En revanche, le résultat obtenu doit être multiplié par la capacité d’accueil de l’établissement, et non par personne physique présente !

Quoi qu’il en soit, vous pouvez vous rendre sur le site taxesejour.impots.gouv.fr pour trouver un simulateur de taxe de séjour et ainsi connaître les tarifs de cet impôt en 2019 et 2020 par ville. 

► Lire aussi : La taxe de séjour en location saisonnière

Les hébergements concernés

En hôtel ou en camping, vous devrez payer la taxe de séjour !

Comme indiqué dans le tableau ci-dessus, la plupart des hébergements de tourisme vous demanderont de régler la taxe de séjour avant votre départ. Pourtant, ce ne sont pas les logeurs ni les hôteliers qui jouiront de cette dernière, puisqu’ils la reversent aux collectivités locales. 

Ainsi, si vous décidez de passer quelques jours à Lyon en tant que voyageur de passage, les établissements suivants vous demanderont de vous acquitter de la taxe de séjour avant votre départ : 

  • Les hôtels de tourisme ainsi que les palaces, 
  • Les résidences de tourisme, 
  • Les villages de vacances
  • Les chambres d’hôtes
  • Les meublés de tourisme
  • Les hébergements de plein air (camping et airs de caractéristiques équivalentes),
  • Les auberges de jeunesse.

Les tarifs de cet impôt sont encadrés par un barème national déterminant les prix plafonds et planchers pour les établissements classés. En ce qui concerne les hébergements en attente de classement ou non classés, le montant de la taxe de séjour est proportionnel au coût de la nuitée : entre 1 et 5 % par personne et par nuit. À Lyon, ce pourcentage est de 3 %. 

En outre, la ville de Lyon a institué une taxe additionnelle départementale de 10 %, qui s’ajoute donc à la taxe de séjour de base. C’est le cas de nombreuses villes, Paris en tête, mais aussi Marseille par exemple qui cherchent à améliorer la promotion de leur tourisme, et donc de leur économie par ce biais. 

► Lire aussi : La taxe de séjour à Nice : montant, déclaration...

La taxe de séjour en Airbnb à Lyon

Les hébergements via Airbnb et toute autre plateforme de réservation de logement sont considérés comme des meublés touristiques non-classés. Ainsi, le coût de la taxe de séjour sera proportionnel de l’ordre de 3 % au prix de la nuit fixé par le logeur, et ce depuis le 1er janvier 2019 et la réforme de la taxe. 

Autre différence notable avec les autres type d’hébergements, les locataires d’un logement Airbnb payent la taxe de séjour avant même d’arriver sur place ! En effet, un algorithme calcule le montant de cet impôt local au moment de la réservation du vacancier, et l’ajoute au prix de la réservation en lui-même. Ainsi, si vous réservez votre logement via Airbnb, vous pourrez quitter votre location sans avoir à penser à vous acquitter de l’impôt local. 

► Lire aussi : Quel est le prix de la taxe de séjour ?

Le fonctionnement de la taxe de séjour

Qui la paye ?

Vous êtes en voyage d’affaires à Lyon ? Vous devrez payer la taxe de séjour. Vous êtes dans la ville des Gones en vacances ? Vous devrez aussi payer la taxe de séjour. Vous l’aurez compris, cet impôt local est obligatoire pour tout individu séjournant sur le territoire d’une commune sur laquelle il ne réside pas habituellement. 

À noter que la taxe de séjour peut faire l’objet d’une facture séparée de celle de la location en elle-même, mais que son montant doit, dans tous les cas, être notifié et distingué du prix du séjour. En outre, le montant de la taxe de séjour doit être visible à la mairie de la commune, ainsi que dans l’hébergement où le vacancier séjourne. 

► Lire aussi : La taxe de séjour en hôtel

Qui ne paye pas la taxe de séjour ?

Certaines personnes n'ont pas à régler la taxe de séjour.

Certains cas de figures ouvrent la porte à une exonération de la taxe de séjour en 2019 et en 2020. C’est notamment le cas, à Lyon, pour : 

  • Les enfants âgés de moins de 18 ans
  • Les habitants de la métropole lyonnaise qui paient déjà la taxe d’habitation,
  • Les propriétaires de résidences secondaires à Lyon qui paient déjà la taxe d’habitation,
  • Les personnes titulaires d’un contrat de travail saisonnier et travaillant dans la métropole de Lyon, 
  • Les personnes bénéficiant d’un relogement temporaire ou d’un hébergement d’urgence.

Prudence cependant, pour les réservations effectuées via Airbnb, il n’y a pas de possibilité de bénéficier d’exonération de la taxe de séjour, la plateforme ne prenant pas en compte ces conditions. Il faudra donc payer cette taxe pour chaque personne, mais il est possible de faire une réclamation après coup afin de se faire rembourser la somme dépensée pour les personnes normalement exonérées de cet impôt. 

► Lire aussi : Le montant de la taxe de séjour à Bordeaux

Qui déclare la taxe de séjour ?

Les logeurs, hôteliers et propriétaires offrant une prestation d’hébergement à titre onéreux des voyageurs de passage sont tenus de collecter et de reverser la taxe de séjour. Sont également concernés les particuliers louant tout ou une partie de leur habitation personnelle : c’est le cas des hôtes Airbnb notamment.

En ce qui concerne la taxe de séjour au réel, le montant total des taxes collectées devra être versé au comptable local aux dates fixées par le conseil municipal. Pour la taxe forfaitaire, le logeur ou hôtelier devra adresser au plus tard un mois avant la période de perception une déclaration à la mairie de sa commune en indiquant les éléments suivants : 

  • Les dates de perception de la taxe, 
  • L’adresse de l’hébergement concerné, 
  • Le nombre de personnes ayant séjourné dans l’établissement, 
  • Le nombre de nuitées constatées, 
  • Le prix de chaque nuitée lorsque l’établissement est non classé,
  • Le montant total de la taxe de séjour perçu.

Attention ! En cas de retard, des intérêts à hauteur de 0,75 € par mois seront mis en place. En l’absence de régulation, une procédure de taxation d’office pourra être engagée par la mairie après une mise en demeure. 

Enfin, les hôtes Airbnb n’ont pas à déclarer annuellement leur collecte de taxe de séjour, puisque c’est la plateforme qui s’en chargera, et qui reversera le montant total aux collectivités locales en lieu et place de l’hôte. 

Pour aller plus loin :