Les frais réels sont bien plus nombreux que vous le pensez. Ils concernent toutes les dépenses en lien avec votre vie professionnelle. Mais méfiez-vous, tout n’est pas déductible. Pensez donc bien à demander à votre employeur avant de faire une dépense conséquente. Concernant les frais dentaires, ils ne sont généralement pas déductibles de vos impôts ni même considérés comme des frais réels. En effet, il s’agit plutôt d’une dépense personnelle. Mais comme vous le verrez dans cet article, il existe des exceptions. Petit tour d’horizon de ces frais professionnels qui peuvent vous faire économiser une coquette somme d’argent chaque année. 

 

Les frais professionnels : définition

Les frais réels ou frais professionnels représentent toutes les dépenses réalisées dans le cadre professionnel. En principe, afin de calculer votre impôt sur le revenu, l’État applique automatiquement à tous les salariés un abattement de 10 % sur vos revenus imposables. Cela peut paraître positif, voire clairement plus simple pour bon nombre de contribuables, malheureusement avec cette méthode de nombreuses professions sont laissées sur le carreau. On pense tout de suite aux indépendants qui cumulent de nombreux frais professionnels durant l’année. Comment faire ? Si cette « vieille » méthode de l’abattement ne vous convient pas, déclarez à la place vos frais réels. De nombreux contribuables ont déjà franchi le pas. Pourquoi ? Car à présent ils bénéficient d’une réduction fiscale qui s’adapte réellement à ce qu’ils dépensent.

► Les déductions d’impôt pour les foyers modestes

► Déduisez de vos impôts vos frais de garde

C’est la première fois que vous entendez parler de ça ? C’est sans doute, car cette démarche reste bien souvent négligée, et c’est bien dommage. On doit ce phénomène à un manque de connaissance sur le sujet, les contribuables ne savent pas :

  • que ce n’est possible
  • ni quoi déduire
  • ni comment

Dans cet article nous allons tenter de vous éclairer sur les méandres d’une méthode qui pourrait bien vous faire économiser pas mal d’agents. Suivez le guide. 

Réductions d’impôt pour les prothèses dentaires

Commencer par le sujet principal de cet article : les frais dentaires. Il faut déjà savoir que toutes les dépenses liées à l’appareillage aux prothèses dentaires ou aux soins dentaires en général sont normalement considérées comme des dépenses personnelles. En clair, elles ne sont pas remboursables par votre société dans la plupart des cas.

Toutefois, il existe quelques exceptions qui pourront peut-être vous donner du baume au cœur. En effet, elles sont admises pour les titulaires de traitements et salaires (Gérants minoritaires notamment) qui ont opté pour la déduction de leurs frais réels lors de l’établissement de leur déclaration. Ces frais dentaires sont déduits de vos impôts lorsque :

  • le port d’un appareil ou d’une prothèse est indispensable pour remédier à un grave handicap qui, non corrigé, interdirait à la personne qui en est atteinte l’exercice normal d’une activité professionnelle. 
  • la fraction des dépenses d’acquisition et d’entretien qui reste définitivement à leur charge après remboursement par la sécurité sociale, par une mutuelle ou par tout autre organisme de prévoyance, soit considérée comme une dépense professionnelle à concurrence de 50 % de son montant.

4 types de pensions alimentaires 

Cette déduction peut également être appliquée aux titulaires de BNC, de BIC ou de bénéfices agricoles et donc, que les dépenses liées à l’acquisition de prothèses dentaires soient considérées comme des dépenses professionnelles dans les mêmes conditions que pour les titulaires de traitements et salaires : à hauteur de 50 % de la somme non remboursée par la sécurité sociale et la mutuelle.

Attention : l’Administration rappelle que ce n’est que dans des situations très exceptionnelles, que cela est accepté. Si par exemple la fonction de l’employé exige un contact direct et permanent avec le public. Dans ce cas là les soins dentaires sont vus comme ayant un caractère professionnel et primordial pour la bonne marche à suivre de la carrière professionnelle de la personne concernée.

Enfin, c’est au service des impôts d’avoir le dernier mot et de se réserve la faculté d’apprécier chaque situation, sous le contrôle du juge de l’impôt, au regard des justifications apportées.

► Déduction d’impôts des contrats Madelin : tour d’horizon

► Garde d’enfants en crèche : quelles sont les déductions d’impôts possibles ?

Les déductions de charges pour profession libérale

« La question de la déductibilité des dépenses professionnelles concerne les personnes physiques assujetties à l’impôt sur le revenu au titre de leur bénéfice », rappelle l’administration fiscale. On peut donc diviser en deux catégories les travailleurs indépendants :  

  1. les professions libérales (consultants, avocats, médecins, architectes…) qui sont imposées dans la catégorie des bénéfices non commerciaux (BNC)
  2. les artisans, commerçants et industriels qui, eux, sont taxés sur les bénéfices industriels et commerciaux (BIC) 

Les charges déductibles dans les BIC

Commençons tout d’abord par les Bénéficies industriels et commerciaux, plus communément appelés BIC. Leurs charges sont déductibles lorsque :

  • elles sont exposées dans l’intérêt de l’entreprise, 
  • elles se traduisent par une diminution de l’actif net,
  • elles sont justifiées

Ainsi, il n’y a pas d’énumération limitative en matière de déductibilité des charges. Mais attention, il peut exister des charges non déductibles. Et ce même si elles ne répondent pas aux critères cités ci-dessus. C’est le cas, entre autres :

  • des charges somptuaires,
  • de certains abandons de créances,
  • des charges d’intérêts dans certaines hypothèses (sous-capitalisation, dépassement d’un certain taux…)

► Déduction d’impôts : aider un ascendant

Les charges déductibles dans les BNC 

Passons à présent aux bénéfices non commerciaux ou BNC. De manière générale les salariés issus de cette catégorie vont bénéficier de l’abattement forfaitaire dont nous parlions en début d’article, censé recouvrir la totalité des frais professionnels. Même si cette pratique est plus commune, cela ne veut pas dire que les salariés ne peuvent pas opter pour la prise en compte de leurs frais réels. Bien au contraire, s’ils sont suffisamment justifiés ils ont tout intérêt à le faire. Voici une liste exhaustive de ces frais :

  • le matériel informatique acquis personnellement,
  • les frais de trajet entre le domicile et le lieu de travail,
  • les frais de déplacement occasionnels et les frais de mission, de congrès et de voyage s’ils sont en rapport direct avec la profession,
  • les frais supplémentaires de nourriture,
  • les frais d’études, de documentation et de formation (achat de livres, les dépenses de réinsertion professionnelle....)
  • les frais des locaux à usage professionnel nécessaires à l’activité professionnelle
  • certains frais divers (cotisations syndicales, frais supplémentaires lors d’un travail de nuit....)

► Les déductions d’impôts de vos dons

Les frais de blanchissage : le cas des infirmières libérales

Déduction des frais dentaires
Vous pouvez déduire vos frais de blanchissage si vous êtes 
infirmière libérale

Nous nous sommes intéressés aux frais réels dans leur globalité, prenons à présent un exemple bien plus concret : les infirmières libérales et plus spécifiquement leur frais de blanchissage. Comme vous le savez sûrement, les infirmières libérales sont autorisées par l’administration fiscale à déduire bon nombre de dépenses, à condition qu’elles soient générées par votre activité professionnelle. Frais kilométriques notamment, mais aussi vos frais de blanchissage. En effet, ils sont considérés comme des charges professionnelles et à ce titre, ils vous donnent accès à une diminution de votre revenu net imposable.

Déductions d’impôt : retraite, cotisation, emprunts, sécurité sociale et monuments historiques

► Travaux de copropriété : peut-on les déduire de ses impôts ?

 

Comment calculer les frais de blanchissement ?

Une infirmière est appelée durant sa journée de travail à porter un uniforme afin de pouvoir travailler dans de bonnes conditions. Nous parlons ici de blouses, de serviettes ou de torchons, qui demandent un entretien régulier. Afin de les nettoyer, vous pouvez faire appel aux services d’une blanchisserie. Comment se les faire rembourser ? Rien de plus simple, il vous suffira de conserver les justificatifs de paiement, et de calculer l’ensemble des dépenses générées pour ces prestations.

Bon, dans la réalité, la plupart des infirmières prennent le nettoyage de leurs vêtements de travail à leur charge. Elles les lavent chez elles et appliquent ensuite à ces tâches d’entretien, des coûts de blanchissage, sans nécessairement se rendre dans un pressing. 

Une question se pose alors : comme faire pour avoir une notion des tarifs pratiqués ? Nous vous conseillons de vous rendre dans une blanchisserie pour nettoyer vos vêtements ne serait-ce qu’une fois, ou encore, de demander un devis à des professionnels. Ainsi vous aurez une petite idée des tarifs appliqués. Ils vous serviront ensuite de base pour le calcul de vos charges de blanchissage.

À titre d’exemple : En moyenne, les frais de blanchissage s’élèvent à 4 € par jour travaillé. En moyenne vous travaillez 15 jours par mois, soit 180 jours par an. Cela vous permettrait de déduire 720 €/an. Ce n’est pas rien, n’hésitez donc pas à le faire. 

N’oubliez pas non plus que l’achat de ces vêtements et linges professionnels est également déductible et s’ajoute aux frais d’entretien. Le résultat obtenu correspondra alors aux frais de blanchissage, qu’il vous faudra noter sur votre déclaration 2035 A.

Bon à savoir : Pensez à conserver vos justificatifs d’achat ainsi que de frais (ou devis) de blanchissage au cas où vous seriez soumis à un contrôle.

Nous préférons vous prévenir : la gestion de la comptabilité de l’infirmière libérale est très complexe et chronophage. Il serait peut-être judicieux de mandater les services d’un expert-comptable. Ainsi vous ne risquerez pas de vous tromper ni d’oublier certains frais. Bonus, les honoraires versés à un expert-comptable sont déductibles de vos impôts !

► Déduction d’impôt des stagiaire aide familial étranger et des jeunes au paire

Foire aux questions

Les frais vestimentaire sont-ils déductible des impôts ?

Oui ils le peuvent, car ils font partie des frais de représentation. Qu’est-ce que c’est ? Ce sont des frais inhérents à la fonction du dirigeant d’une entreprise. En clair, les frais de représentation sont déductibles des cotisations sociales du dirigeant. De plus, les salariés peuvent les déduire de leur déclaration de revenus. Cependant, ces frais doivent être en lien avec la fonction que vous occupez au sein de l’entreprise. Les dépenses privées sont donc exclues. Les principaux frais concernés sont :
●    les frais de transport (indemnités kilométriques, etc.)
●    les frais de voyage ou de déplacement (billets d’avion, billets de train, etc.)
●    les frais de nourriture, de réception et de représentation (repas d’affaires, par exemple)
●    les frais de logement (notamment d’hôtel)
●    les frais d’informatique et de communication (téléphone portable, ordinateur, etc.)
●    les frais vestimentaires
●    les frais de documentation

► Les déductions d’impôt du revenu global

Appelez-nous

Nos experts sont disponibles de 9h à 19h du lundi au vendredi


Ou demandez à être rappelé gratuitement

Se faire rappeler

Etre rappelé gratuitement

Nos experts sont disponibles de 9h à 19h du lundi au vendredi

Merci de renseigner un numéro valide

Merci !

.

Connectez-vous !

Votre email n'est pas valideMot de passe oublié ?Merci de renseigner votre mot de passe

Déjà inscrit ?

Ouverture du service imminente !


Laissez-nous votre email pour la piqûre de rappel

Plus qu'une étape avant d'accéder à votre simulation !

Sécurisez votre compte pour accédergratuitement à votre simulation

Votre email n'est pas valideVotre numéroMerci de renseigner votre numéro de téléphone

En cliquant sur "Voir ma simulation" j'accepte lesCGU
et serai automatiquement inscrit afin de profiter des services de Tacotax

DEJA INSCRIT ?