Les journalistes disposent d'un abattement dit "forfaitaire" dans l'exercice de leur métier. Il s'agit d'une déduction d'impôt spécifique qui s'opère comme une déduction fiscale. En plus d'obtenir un abattement forfaitaire, les journalistes peuvent être éligibles à une déduction conséquente dans un premier temps. Puis, c'est à cette déduction que vient s'ajouter un abattement forfaitaire de 10%.

 

Quel est le montant de l'abattement pour les journalistes ? Qu'est-ce que l'abattement forfaitaire ? Pour quels autres métiers assimilés au journalisme est-elle éligible ? Quel abattement pour les journalistes en 2018 ? Faut-il une carte de presse pour obtenir une déduction fiscale ? TacoTax décode les déductions d'impôt et les abattements possibles pour les journalistes.

Quel type d'abattement et pour qui ?

Deux possibilités

Pour le calcul de l'impôt sur le revenu, en tant que journaliste vous pouvez bénéficier d'avantages fiscaux. En effet, vous pouvez obtenir un un abattement forfaitaire sur leur revenu net à déclarer. L'abattement de 10% est un abattement forfaitaire. C'est un abattement spécifique éligible dans certains métiers comme le journalisme ou pour les assistantes maternelles. Il est similaire à l'abattement fiscal dans la mesure où c'est également une déduction d'impôt. C'est un abattement fiscal spécifique à certains métiers. Cet abattement forfaitaire vient s'ajouter à une déduction d'impôt de 7 650 €.

Cependant, en ce qui concerne la déclaration sur les revenus 2017 ( imposition 2018), les journalistes ont 2 options :

  • soit opter pour la déduction de 7 650 € et l’abattement forfaitaire de 10%
  • soit déduire les frais réels (et perdre leur droit à l’exonération de 7 650 €)

Vous devrez choisir lequel est le plus avantageux pour vous lors de votre déclaration de revenus.

Un abattement et une déduction pour qui ?

Les journalistes de presse écrite, les
rédacteurs, etc. sont éligibles
à la déduction forfaitaire

Toutefois, le bénéfice de cet abattement forfaitaire et cette déduction d'impôt sont soumis à certaines conditions.

Les contribuables concernés par cet abattement sont énumérés à l'article 81 du Code général des impôts. Il s'agit de journalistes et d'assimilés, à savoir les :

  • journalistes (journaliste presse écrite, etc.)
  • rédacteurs
  • photographes
  • directeurs de journaux
  • critiques dramatiques et musicaux

Seuls ces corps de métiers peuvent obtenir une déduction de 7 650 € sur leurs revenus net.

Faut-il avoir une carte de journaliste pour obtenir cet abattement ?

Le contribuable doit exercer de façon effective l'une des professions évoquées. L'exercice de la profession doit être réel.

Ainsi, le seul fait de détenir la carte de journaliste ne confère pas nécessairement le bénéfice de l'abattement. Le fait de posséder une carte de presse n’est pas ce qui compte aux yeux de l'administration fiscale. Vous pouvez être détenteur d'une carte de journalisme et ne pas pouvoir être éligible à la déduction d'impôt pour les journalistes. Ce qui compte aux yeux de l'administration fiscale est d'exercer l'un des métiers cité ci-dessus. Le fait d'être journaliste professionnel ou débutant n'impacte en rien l'éligibilité de la déduction et de l'abattement d'impôt. Il faut  avant tout exercer de manière effective et continue l'un des métiers cités plus haut.

Et si le journalisme est un métier accessoire accessoire pour vous ? Peu importe. Il faut qu'en qualité de journaliste vous travailliez régulièrement. En effet le code général des impôts indique : « Il n’est pas nécessaire que l’activité de journaliste soit l’activité principale du contribuable ou lui procure l’essentiel de ses ressources tant qu’elle est caractérisée par sa régularité au profit des publications ou des agences de presse».

Dernière formalité pour pouvoir obtenir cette réduction ou/et abattement, vous devez pouvoir justifier que vous exercez bel et bien cet activité.

Il faut donc que:

  • votre bulletin de salaire précise l'activité journalistique (rédacteur, photographe, journalisme de presse écrite, journaliste web, critique, etc.)
  • et que votre employeur soit rattaché à une convention collective de presse (ratification par l'employeur d'une convention collective de la presse)

Si et seulement si vous remplissez toutes ces conditions vous serez éligibles à l'exonération d'impôt prévue pour les journalistes et assimilés.

Déclarer ses revenus de journaliste et métiers assimilés

Option 1 : déduction et abattement de 10%

Pour la déclaration 2018 sur vos revenus 2017, vous êtes éligible à un abattement forfaitaire de 10 % en qualité de journaliste et assimilé. Lors de la déclaration de revenus, l'abattement de 7 650 € est d'abord à déduire de la rémunération nette. Dans un second temps l'abattement de 10% est effectuée sur l'assiette d'imposition.

Cependant, l'employeur peut  vous verser des allocations pour frais d'emploi. Afin de ne pas déduire deux fois les frais d'emploi de votre revenu, vous devez alors  réintégrés dans votre déclaration de revenus ces allocations versées par l'employeur. Néanmoins, l'administration fiscale limite la réintégration à 3 430 € par an si le salaire mensuel dépasse 763 € par mois, et à 1905 € par an si le salaire ne dépasse pas 736 € par mois.

En pratique, une ligne spécifique est dédiée à l'abattement forfaitaire dans la déclaration d'impôt 2042 pour vos revenus 2017.

Il vous faudra donc, pour votre foyer fiscal, renseigner les cases :

  • 1GA et 1HA : respectivement pour le déclarant 1 et 2, le cas échéant
  • 1IA, et 1JA : pour la 1ère personne et la seconde personne à charge, le cas échéant

Option 2 : déduction des frais réels

Il est toutefois possible d'opter pour le régime de déduction des frais réels. Dans ce cas, vous ne pourrez avoir l'exonération de 7 650 €. Vous pourrez déduire les frais que vous avez réellement dû dépenser dans le cadre de son exercice professionnel.

En pratique, il vous faudra renseigner la ligne 1AK à 1DK de la déclaration 2042. Vous devrez indiquer les montants réels des frais en fonction du déclarant et des personnes à charge. Cette ligne est en effet à renseigner pour tout votre foyer fiscal.

En outre, vous devrez joindre à votre déclaration une liste détaillée, sur note libre, de vos frais réels au titre de l'année 2017 pour la déclaration 2018. Nous vous conseillons de garder les justificatifs des frais engagés (factures, etc.) en cas de demande de l'administration fiscale.

FOIRE AUX QUESTIONS

 Être au réel : signification

Il existe deux façons différentes de prendre en compte les frais professionnels, qu'on soit salarié ou travailleur indépendant :

  • être "au réel", c'est-à-dire comptabiliser exactement toutes ses dépenses professionnelles pour les déduire de son revenu. C'est avantageux quand on a beaucoup de frais, mais fastidieux, car il faut conserver tous les justificatifs

 

  • utiliser le régime "forfaitaire", dans lequel au lieu de compter le montant exact des dépenses professionnelles, on retranche de ses revenus professionnels une somme prédéterminée, ce qui est plus avantageux si on a peu de frais (et qui évite le côté pénible de conserver tous les justificatifs).

► À lire également :

Appelez-nous

Nos experts sont disponibles de 9h à 20h du lundi au vendredi


Ou demandez à être rappelé gratuitement

Se faire rappeler

Etre rappelé gratuitement

Nos experts sont disponibles de 9h à 20h du lundi au vendredi

Merci de renseigner un numéro valide

Merci !

.

Connectez-vous !

Votre email n'est pas valideMot de passe oublié ?Merci de renseigner votre mot de passe

Déjà inscrit ?

Ouverture du service imminente !


Laissez-nous votre email pour la piqûre de rappel

Plus qu'une étape avant d'accéder à votre simulation !

Sécurisez votre compte pour accédergratuitement à votre simulation

Votre email n'est pas valideVotre numéroMerci de renseigner votre numéro de téléphone

En cliquant sur "Voir ma simulation" j'accepte lesCGU
et serai automatiquement inscrit afin de profiter des services de TacoTax

DEJA INSCRIT ?

Un instant !

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez gratuitement votre guide pour réduire vos impôts

Non merci