Certaines situations ouvrent droit à un abattement sur l'impôt sur le revenu. Il s'agit d'une déduction appliquée sur un montant donné si les revenus déclarés sont très bas ou pour prendre en charge certaines dépenses supportées par le contribuable. L'abattement fiscal peut être calculé selon un pourcentage ou être forfaitaire. Quels sont les abattements auxquels peuvent prétendre les contribuables en 2018 ? 

 

L'abattement de 10% pour les salaires et traitements

Le plus courant des abattements de 10% d'impôts 2018 (sur les revenus 2017) concerne les frais professionnels. Lorsqu'elle calcule l'impôt sur le revenu des salariés, fonctionnaires, dirigeants d'entrepris et des retraités, l'administration fiscale applique par défaut un abattement de 10% sur les revenus imposables d'un contribuable. Cet abattement a pour objectif de tenir compte des frais professionnels supportés par le contribuable au titre de son activité professionnelle.  Il est calculé sur le montant des traitements, salaires et pensions de retraite. Il couvre principalement :

  • les frais de déplacement du domicile au lieu de travail ;
  • les frais de restauration sur le lieu de travail ;
  • l'achat de documentation personnelle (non fournie l'employeur).

Cet abattement de 10% doit respecter des seuils et des plafonds, calculés et réévalués chaque année. En 2018 (pour les revenus 2017 donc), ces barèmes sont les suivants :

  • 430 € d'abattement minimum par personne
  • 12 305 € maximum par personne.
  • 947 € minimum pour les demandeurs d'emploi inscrits depuis plus d'un an.
  • 383 € par personne minimum et de 3 752 € maximum par foyer fiscal pour les retraités

À noter : si le montant de l'abattement couvre le montant des revenus imposables, la base d'imposition est nulle.

L’option pour l’abattement de 10 % est ouverte à aux  apprentis et aux salariés embauchés sous contrat de professionnalisation, sous conditions.

►Lire aussiImpôt sur le revenu : dois-je déclarer mon salaire brut ou net ?

Comment calculer les 10% d'abattement ?

En tant que contribuable, vous n'avez rien à calculer de votre côté. L''abattement de 10 % est calculé par l'administration fiscale et s'applique de manière automatique. La seule chose que vous ayez à faire est de déclarer le montant de ses revenus imposables sur la déclaration n°2042 :

NB : si vous estimez que les dépenses engagées pour vos frais professionnels dépassent ce pourcentage de 10%, vous avez toujours la possibilité d'opter pour le régime des frais réels. En choisissant cette option, vous renoncez à l'abattement par défaut de 10% pour calculer vous-même vos frais professionnels. L'administration fiscale les déduit ensuite d'après vos calculs.

L'abattement de 10% sur les prestations compensatoires

Si vous êtes divorcé(e) et versez une prestation compensatoire à votre ex-conjoint(e), vous devez la reporter sur votre déclaration d'impôt (formulaire 2042-RICI). Comme avec les salaires, l'administration fiscale applique un abattement de 10% sur le montant total des pensions et rentes de votre foyer fiscal. Abattement qui ne peut dépasser 3 752 € par foyer, ni être inférieur à 383 € par pensionné.

Je calcule le montant de mon impôt sur le revenu avec le simulateur TacoTax

L'abattement d'impôt de 20% pour les ménages les plus modestes

abattement impôt
Vos ressources sont faibles ? Votre impôt doit l'être aussi

En 2017, un abattement d'impôt de 20% avait été spécialement conçu pour les foyers aux revenus les plus modestes. Non seulement cette mesure a été reconduite en 2018, mais le Projet de Loi de Finances pour 2018 a revalorisé de 1% les plafonds de ressources à respecter pour être éligible. Les seuils d'entrée dans cette réduction en 2018 dépendent du Revenu Fiscal de Référence (RFR) de 2017. Il ne doit pas dépasser :

  • 18 685 € pour une part de quotient familial
  • 37 370 € pour 2 parts (couple marié ou pacsé)
  • 3 737 € pour une ½ part supplémentaire

►Lire aussiComment calculer le nombre de parts ?

Si votre RFR est légèrement au-dessus des plafonds ci-dessus, vous bénéficierez d'une baisse d'impôt avec un taux dégressif. Pour cela, votre RFR ne doit pas dépasser :

  • 20 705 € pour une part de quotient familial
  • 41 410 € pour 2 parts (couple marié ou pacsé)
  • 3 737 € pour une ½ part supplémentaire

Si vous situez sous ces plafonds, l'administration fiscale appliquera un dégrèvement progressif à votre impôt, calculé ainsi : 

(Plafond de RFR correspondant - RFR de votre foyer fiscal) : (2000 pour une part de quotient familial ou 4000 pour deux parts de quotient familial)

Prenons un exemple : un couple sans enfants dont le revenu fiscal de référence est égal à 38 500 € reçoit un avis d'imposition de 1 760 € à payer. La baisse d'impôt à taux dégressif sera de : 

⇒ 20% x [(41 410 - 38 500) / 4 000]

⇒ 20% x (2 910 / 4000)

⇒ 20% x 0,72 = 14,4 % de réduction

On prend donc 14,4% de 1 760, ce qui nous donne 253,44 € de réduction d'impôt sur le revenu. 

Abattement forfaitaire de l'impôt : le mécanisme de décote

En 2016, ils étaient 8 millions à avoir pu bénéficier d'une réduction d'impôt sur le revenu grâce à la décote. La décote est un dispositif visant à réduire le montant de l'impôt. Pour en bénéficier, votre impôt brut doit être en dessous d'un certain seuil. Voici les seuils pour 2018 :

  • 1 569 € pour un célibataire ;
  • 2 585 € pour un couple

Cette réduction est donc allouée aux impositions les plus faibles. En 2019, la décote, comme tous les autres indices fiscaux, a été revalorisée en fonction de l'inflation 2018 fixée à 1,6 %.

  • 1 594 € pour un célibataire ;
  • 2 626 € pour un couple

La décote consiste en un rabais sur l'impôt sur le revenu. Pour calculer la décote d'une personne seule, on prend la différence entre 1.196 € et les trois quarts de l’impôt brut.

Par exemple, pour un impôt brut de 1 500 €, le contribuable aura une décote de :

1 196 - (1 500 x ¾) = 71

Le contribuable devra donc régler 1 429 € d'impôts. Pour les couples, le calcul sera le même mais en prenant 1.970 € comme valeur de référence au lieu de 1.196 €.

►Lire aussiL'évolution de l'impôt sur le revenu (IR)

Le plafonnement du quotient familial 

quotient familial
Enfants à charge ? Déduisez-les de vos impôts !

En France, l'impôt sur le revenu est progressif : plus un contribuable supporte de charges et de personnes à charge, moins il est imposé. Pour chaque demi ou quart de part supplémentaire, l'administration fiscale accorde un avantage, sous forme de réduction d'impôt. Le plafonnement du quotient familial permet de limiter l'avantage fiscal lié au nombre de parts accordé à un foyer.

Pour 2018, le plafond de la réduction d'impôt liée au quotient familial est de :

  • 1 527 € pour chaque demi-part supplémentaire
  • 764 € pour chaque quart de part supplémentaire
  • 912 € pour la demi-part supplémentaire pour les personnes vivant seules ayant élevé un enfant pendant au moins 5 ans
  • 3 602 € pour la part entière du premier enfant à charge pour les personnes séparées, célibataires ou divorcées qui élèvent seules leurs enfants ;
  • 4 755 € pour les personnes veuves avec des enfants à charge

Et pour 2019 :

  • 1 551 € pour chaque demi-part liée supplémentaire
  • 927 € pour les personnes seules qui ont eu au moins un enfant à charge dans le passé, pendant au moins cinq ans
  • 3 660 € pour les contribuables célibataires, divorcés ou séparés qui élèvent seuls un ou plusieurs enfants.
  • 3 098 € pour certains contribuables (titulaires de la carte d'invalidité, de la carte d'ancien combattant, etc.).
  • 4 830 € pour les personnes veuves ayant au moins une personne à charge. 

Foire aux questions

Les travailleurs au SMIC payent-ils l'impôt sur le revenu ?

En 2018, le montant minimum pour être imposable s'élève à 16 575 € bruts pour une personne seule. Après l'abattement de 10 % pour frais professionnels, le revenu imposable est de 16 575 x 0,9 = 14 918 €. Ce qui représente, au niveau annuel, l'équivalent d'1,2 SMIC. Les employés au SMIC qui ne perçoivent pas d'autres sources de revenus ne sont donc pas imposables.

Pourquoi les retraités bénéficient-ils d'un abattement de 10% d'impôt sur le revenu ?

L'abattement de 10% d'impôt sur le revenu aux retraités est un abattement spécial. Les titulaires de pensions et rentes à titre gratuit ne bénéficient évidemment pas cette déduction pour frais professionnels pour ces revenus mais d'un abattement spécifique de 10%. Sont notamment comprises dans cette catégorie les pensions de vieillesse et de retraite et les pensions alimentaires et assimilées.

Je suis en concubinage avec des enfants : comment payer moins d'impôts ?

Vous vivez en concubinage mais avec des enfants... Comment les déclarer ? C'est un peu compliqué !

Comme vous le savez, si vous vivez en concubinage, vous n'avez pas d'autre choix que de déclarer séparément vos revenus. Chaque enfant doit donc être rattaché soit à l'un des parents, soit à l'autre. Et ce même si vous participez également à leur entretien et à leur éducation. Mais si vous avez plusieurs enfants, rien n'oblige à les rattacher tous au même parent : si vous en avez 3 par exemple, vous pouvez parfaitement en inscrire 2 sur votre déclaration et le 3ème sur celle de votre concubin(e).

A noter également que vous êtes totalement libres de changer la répartition d'une année sur l'autre, rien ne vous oblige à faire pareil d'une année sur l'autre. De plus, sachez que s’il y a mésentente entre les deux concubins, le fisc considère que l’enfant doit être rattaché au parent ayant les revenus les plus importants.

Pour commencer, il faut rattacher les enfants au parent qui gagne le plus d'argent. En effet, à cause de la "progressivité" de l'impôt (plus on gagne, plus on paye un pourcentage élevé d'impôt), c'est en divisant les revenus les plus élevés par un nombre de parts plus grand que 1, qu'on économisera le plus d'impôts. Mais, s'il y a plusieurs enfants à rattacher, et si les revenus des 2 concubins ne sont pas très différents, il ne faut pas forcément tous les rattacher au parent qui gagne le plus.

Il faut donc "tâtonner" en testant tous les cas. Par exemple, si vous avez 3 enfants : 3 enfants à vous et 0 votre concubin, ou bien 2 vous et 1 votre concubin, ou bien 1 vous et 2 votre concubin, et enfin tous les enfants attachés à votre concubin.

Puis-je rattacher mes enfants à mon concubin ?

Dans le cas où vous êtes en concubinage et que vous participez seul à l’entretien et à l’éducation des enfants de votre concubin, alors vous pouvez compter à charge ses enfants mineurs. Notez bien que cela n’est possible que si le parent de l’enfant mineur recueilli dispose de revenu nuls ou modiques (c’est à dire que s’il ne perçoit que des allocations familiales ou des revenus équivalents à une fois et demie l’ancien revenu minimum d’insertion. A partir du moment où il perçoit des revenus suffisamment importants pour subvenir même partiellement aux besoin des enfants et qu’il continue à participer à leur éducation, alors les enfants doivent être comptés à sa charge et non à la votre. En fonction des choix que vous avez faits, remplissez votre déclaration et celle de la personne avec laquelle vous vivez. Faites des simulations avant de vous lancer !

Lire aussi  : 

Appelez-nous

Nos experts sont disponibles de 9h à 20h du lundi au vendredi


Ou demandez à être rappelé gratuitement

Se faire rappeler

Etre rappelé gratuitement

Nos experts sont disponibles de 9h à 20h du lundi au vendredi

Merci de renseigner un numéro valide

Merci !

.

Connectez-vous !

Votre email n'est pas valideMot de passe oublié ?Merci de renseigner votre mot de passe

Déjà inscrit ?

Ouverture du service imminente !


Laissez-nous votre email pour la piqûre de rappel

Plus qu'une étape avant d'accéder à votre simulation !

Sécurisez votre compte pour accédergratuitement à votre simulation

Votre email n'est pas valideVotre numéroMerci de renseigner votre numéro de téléphone

En cliquant sur "Voir ma simulation" j'accepte lesCGU
et serai automatiquement inscrit afin de profiter des services de TacoTax

DEJA INSCRIT ?

Un instant !

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez gratuitement votre guide pour réduire vos impôts

Non merci