1. Le guide de l'impôt sur le revenu

  2. Comment payer moins d'impôts ?

  3. Quels sont les meilleurs produits pour réduire mes impôts ?

Quels sont les meilleurs produits pour réduire mes impôts ?

Multiethnic diverse Group of business people celebrating by throwing papers in the air and having fun in office.Happy business people cheering together,celebrate project success

Sommaire de l'article

Comment défiscaliser en 2019 ? Quels sont les investissements les plus accessibles aux particuliers ? Comment réduire ses impôts sans faire de l'immobilier ? Il existe de nombreuses astuces en fiscalité expliquant comment réduire ses impôts. Dons, pierre-papier, emploi à domicile, FCPI, épargne-retraite, voici les meilleurs produits pour réduire efficacement ses impôts en 2019. 

Analysez gratuitement votre situation pour réduire vos impôtsSimulation gratuite

Réduire ses impôts 2019 : faire les bon choix

Comment réduire ses impôts en 2019 ? Les solutions ne manquent pas. Mais il n'est pas toujours évident pour un particulier de se frayer un chemin à travers la jungle de l'optimisation fiscale française. Groupement forestier, SCPI, épargne salariale, travaux de rénovation énergétique, garde d'enfants, etc. Les produits qui permettent de bénéficier d'une déduction ou réduction fiscale sont légion. 

Déduction, réduction : quelle différence sur mes impôts ?

Déduction et réduction d'impôt : 2 mécanismes différents

C'est simple : la déduction intervient avant le calcul de l'impôt, au moment de la déclaration. C'est le cas par exemple de l'abattement de 10% pour frais professionnels, ou de la présence dans votre domicile de personne à charge (parents âgés, enfants handicapés, etc.). Les déductions fiscales permettent de réduire non pas le montant de votre impôt mais votre revenu global (les revenus que vous déclarez à l'administration fiscale). La réduction intervient après le calcul de l'impôt. 

S'il fallait choisir entre les deux ? La logique voudrait que l'on opte pour la réduction, qui s'impute directement sur le montant de l'impôt à payer. Sauf que la plupart des dispositifs de défiscalisation offrent des taux de réductions généralement assez bas : entre 15% et 38%, à l'exception des dons, qui atteignent 75%. Les déductions elles, se font dans l'intégralité des versements.

►Lire aussi : Combien vais-je payer d'impôt en 2019 ?

Réduire ses impôts avec l'immobilier

Solution-phare de l'optimisation fiscale des particuliers, il existe en 2019 de très nombreux dispositifs permettant d'alléger un peu la facture (fiscale) grâce à l'investissement dans la pierre, grâce aux lois :

  • Loi Pinel : on ne la présente plus, la loi Pinel est sans doute la référence en matière de défiscalisation. Le principe ? En échange d'un investissement locatif sur une durée définie contractuellement, l'investisseur peut obtenir une réduction d'impôt jusqu'à 21 % du montant de l'acquisition, sous certaines limites.
  • Loi Censi-Bouvard : investissement dans une résidence services pour étudiants ou personnes âgées, réduction d'impôt jusqu'à 11 % du montant de l'acquisition et récupération possible de la TVA, sous certaines conditions.
  • Loi Denormandie : nouveauté 2019, la loi Denormandie reprend dans les grandes lignes les conditions du Pinel ancien (ou réhabilité au déficit foncier), appliqué aux centres-villes vétustes ou délabré. Une façon pour le gouvernement de lutter contre la désertification des quartiers commerçants dans certaines villes de France. Les durées de mise en location et les réductions sont les mêmes qu'en Pinel neuf.
  • Loi Malraux : moins connue que la loi Pinel, la loi Malraux consiste à investir dans un immeuble historique ou situé dans une zone à sauvegarder. Contre l'obligation de travaux, le propriétaire récupère en réduction d'impôt jusqu'à 30 % du montant des travaux et dépenses courantes.
  • Loi Girardin : inciter les particuliers en Métropole à investir dans l’industrie et l’immobilier en Outre-mer, c'est l'objectif des dispositifs Girardin et Girardin Industriel. En contrepartie l’investisseur pourra réduire ses impôts dès l’année suivant l’investissement. Et la réduction est de taille : jusqu'à 110 à 118% de l’investissement réalisé.
  • Le LMNP : moins "contraignant" que les autres solutions puisqu'il s'agit d'un statut, accessible à tous les contribuables. La LMNP vous permet de devenir propriétaire d’un bien meublé en percevant des revenus locatifs non imposés tout en récupérant la TVA (uniquement si vous achetez un bien neuf). Le LMNP a pour avantages de profiter au plus grand nombre : les revenus tirés de la location ne doivent pas dépasser 23 000€ par an pour le propriétaire ou 50% de ses revenus globaux par an. Ce qui correspond, en termes de surface, à des petits biens : studios ou T1 bis.

►Lire aussi : Plus-value immobilière : peut-elle est exonérée d'impôt ?

Réduire ses impôts en faisant des travaux

Le Crédit d'Impôt pour la Transition Énergétique (CITE)

Le CITE : un crédit d'impôt remplacé par une prime dès 2020

Il n'est pas tellement question ici de réduire ses impôts grâce aux travaux puisque l'article 4 du projet de loi de finances pour 2020 prévoit de transformer le CITE en prime forfaitaire davantage ciblée sur la performance énergétique et les ménages modestes.

La transformation intégrale du CITE en prime sera réalisée en 2 temps afin d’assurer la mise en œuvre de cette réforme dans les meilleures conditions possibles :

  • dès le 1er janvier 2020 : pour les ménages les plus modestes, dont les revenus respectent les plafonds relatifs aux aides de l’Anah en faveur de la rénovation énergétique.
  • puis en 2021, pour les ménages aux revenus intermédiaires. À titre transitoire, en 2020, ces ménages bénéficieront d’un dispositif de prorogation du CITE jusqu’au 31 décembre 2020. Le PLF prévoit d’instaurer un montant de crédit d’impôt propre à chaque équipement, matériel, appareil ou prestation éligible.

Les caractéristiques et les modalités de distribution de la prime de transition énergétique seront fixées par décret.

Le déficit foncier

Enfin, le déficit foncier est un mécanisme qui permet aux propriétaires bailleurs de déduire de leur revenu imposable les charges imputables à la rénovation du bien. Ce dispositif est avant tout destiné aux propriétaires dont le(s) bien(s) leur coûte(nt) plus cher qu'il(s) ne leur rapporte(nt). Les charges de propriété concernées par ce mécanisme sont :

  • travaux de réparation,
  • charges d'entretien, de copropriété,
  • primes d'assurances,
  • intérêts d'emprunt, 
  • taxe foncière...

Le tout dans la limite de 10 700 € par an. Et sous réserve que la location du bien se poursuive jusqu'au 31 décembre de la troisième année de l'imputation du déficit. En cas de surplus (si le total des charges dépasse 10 700 €), la part excédentaire et la fraction du déficit résultant des intérêts d'emprunts sont imputables sur les revenus fonciers pendant 10 ans. Il est donc parfaitement possible de faire jouer le mécanisme du déficit foncier pour faire baisser le montant de son impôt sur le revenu.

Les SCPI fiscales

Avec les lois Malraux et Pinel, il est possible d'investir par le biais d'une Société Civile de Placement Immobilier (SCPI). On les connaît sous divers noms : Corum, Novapierre, Primovie, etc. Ce sont les SCPI de rendement. Il existe un autre versant : les SCPI fiscales. Ces sociétés de gestion spécialisés dans la pierre-papier font office de véhicules de placement pour les épargnants qui peuvent ainsi investir dans des placements rentables tout en se délestant de la gérance. Il existe trois catégories de SCPI fiscales : Pinel, Malraux et déficit foncier.

Les dons aux associations

Reçu fiscal : à conserver jusqu'au moment de la déclaration de revenus

Donner pour recevoir revêt ici une tout autre signification : les dons que vous faites à une association ou une organisation reconnue d'intérêt général sont déductibles de votre revenu imposable. On pense évidemment aux dons pécuniaires mais cela s'applique aussi :

  • les dons en nature (une œuvre d'art par exemple) ;
  • les versements de cotisations ;
  • l'abandon de revenus ou de produits (abandon de droits d'auteur par exemple) ;
  • les frais engagés dans le cadre d'une activité bénévole.

Pour qu'un don soit accepté comme déductible, son destinataire doit remplir ces trois conditions :

  • être à but non lucratif ;
  • avoir un objet social et une gestion désintéressée ;
  • ne pas fonctionner au profit d'un cercle restreint de personnes. 

S'il va à un organisme d'intérêt général ou reconnu d'utilité publique, le don ouvre droit à une réduction d'impôt à hauteur de 66% des sommes engagées, dans la limite de 20% du revenu imposable.

Pour les organismes d'aide aux personnes en difficulté (repas, soins, accès au logement), la réduction s'élève à 75% du montant si celui-ci est inférieur ou égal à 537 euros. Au-delà, elle passe à 66%.

La souscription au capital d'une PME

Afin de soutenir la croissance des petites et moyennes entreprises, il existe un dispositif incitant les particuliers à investir dans les PME, en échange d'une réduction d'impôt : le "Madelin". Ce mécanisme permet à toute personne fiscalement domiciliée en France de souscrire directement au capital initial ou aux augmentations de capital de petites et moyennes entreprises (PME). En contrepartie, les investisseurs bénéficient d'une réduction d'impôt à hauteur de 18% des sommes investies chaque année, dans la limite de :

  • 50 000 € pour une personne seule ;
  • 100 000 € un couple.

À condition de conserver les titres pendant au moins 5 ans, et que la PME ne soit pas soumis à l'Impôt sur les Sociétés. 

Bon à savoir : si vous effectuez un versement dans le cadre du dispositif Madelin PME avant le 31 décembre 2019, la réduction est portée à 25 % du versement.

Les FIP et FCPI

Les Fonds d'Investissement de Proximité (FIP) et les Fonds Communs de Placement dans l'Innovation (FCPI) sont des produits de droit français agréés par l'Autorité des Marchés Financiers (AMF). Les premiers servent à apporter un soutien financier aux PME locales ou régionales tandis que les seconds investissent dans des sociétés innovantes non cotées.

Il est possible de souscrire au capital d'une PME via des parts de FIP ou FCPI. Le mécanisme est similaire à celui de l'investissement en SCPI. En contrepartie des versements effectués, le contribuable bénéficie d’une réduction de son impôt sur le revenu au taux de 18 %, dans la limite de :

  • 12 000 € pour une personne seule, soit une réduction maximale de 2 160 € ;
  • 24 000 € pour un couple soumis à imposition commune, soit une réduction maximale d’impôt de 4 320 €.

L'emploi à domicile

C'est sans doute l'un des dispositifs les plus employés par les particuliers pour réduire leurs impôts : l'emploi d'un salarié à domicile donne droit à un crédit d'impôt à hauteur de 50% des dépenses engagées. En tête de liste des services les plus demandés se trouvent la garde d'enfants, l'assistance aux personnes âgées, les petits travaux de jardinage. Mais le catalogue de services ouvrant droit à une défiscalisation est bien plus large : 

  • assistance informatique et Internet (dans la limite de 3 000 euros) ;
  • soins et promenades d'animaux (les soins vétérinaires sont exclus) ;
  • prestations de ménage ;
  • soutien scolaire ;
  • soins d’esthétique à domicile pour les personnes dépendantes ;
  • aide à la mobilité des personnes en difficulté ;
  • livraison de repas à domicile,
  • prestation de conduite du véhicule personnel des personnes dépendantes, dans le cadre des trajets suivants :
    • du domicile au travail,
    • sur le lieu de vacances,
    • pour les démarches administratives.

La liste complète des prestations est disponible ici.

L'épargne-retraite

PER : se constituer une retraite tout en réduisant ses impôts

PERP, articles 83, Préfon, contrats Madelin et autres produits d'épargne retraite individuel vont disparaître d'ici octobre 2020 au profit d'un dispositif unique : le Plan Épargne Retraite (PER). Commercialisée depuis le 1er octobre 2019, cette nouvelle enveloppe fiscale se veut plus accessible et plus flexible pour les épargnants. Elle regroupe l'ensemble des produits d'épargne actuellement disponibles sur le marché. Et conservent leurs avantages fiscaux. En plus de certaines nouveautés, comme la possibilité de bénéficier ou non du mécanisme de défiscalisation. En effet

  • il est désormais possible de défiscaliser ses versements que l’on soit titulaire d’un PER en version individuelle ou via son entreprise. 
  • l’épargnant peut dorénavant choisir s’il souhaite bénéficier ou non de ce mécanisme.
Bon à savoir : le complément de retraite que vous vous constituez grâce aux versements effectués sur votre PER sera imposable au barème progressif de l'impôt sur le revenu, lors de la liquidation des droits.

Déductibilité des versements sur le PER : attention aux plafonds

Bonne nouvelle : la réduction d’impôt liée au PER n’est pas soumise au plafonnement des niches fiscales à 10 000 euros par an et par foyer fiscal. Il s’agit d’un atout majeur de l’épargne-retraite. En revanche, le montant des versements déductible du revenu imposable est plafonné. Les plafonds diffèrent selon que vous êtes salarié(e) ou travailleur non salarié.

Plafond des salariés Plafond des travailleurs non salariés
  • 10 % du revenu net imposable de l’année précédente ;
  • Et 31 786 € maximum en 2019 (pour un revenu net imposable de 317 860 € ou plus).
  • 10 % de la fraction du bénéfice imposable compris dans la limite de 324 192 €, soit 32 419,20 € ;
  • 15 % de la fraction du bénéfice compris entre 342 192 et 767 694 €, soit 42 550,20 €.
Bon à savoir : pour les TNS, les plafonds sont cumulables : le maximum déductible s'élève donc à 74 969,40 € en 2019, si son bénéfice imposable atteint au moins 767 694 €

Ces plafonds peuvent par ailleurs être relevés grâce :

  • au rattrapage des plafonds non utilisés des années précédentes ;
  • à la mutualisation des plafonds entre conjoints.

Lire aussi Comment réduire ses impôts ? 9 astuces incontournables

Foire aux questions

Faut-il divorcer pour payer moins d'impôts ?

Non. Dans un couple, l'imposition commune n'est pas toujours avantageuse sur le plan fiscal, surtout si les conjoint(e)s ont un niveau de revenus égal. Mais de là à divorcer... Pour payer moins d'impôts, vous pouvez choisir d'être imposé(e)s séparément sur vos revenus respectifs et non pas sur l'ensemble des ressources de votre foyer fiscal. Pour cela, il vous suffit de modifier vos paramètres de prélèvement sur votre espace particulier du site www.impots.gouv.fr.

►Pour aller plus loin :

Analysez gratuitement votre situation pour réduire vos impôtsSimulation gratuite