Commercialisé depuis octobre 2019, le Plan Épargne Retraite (PER) remplace les PERP, Préfon, PERCO, contrats Madelin et autres solutions d’épargne retraite disponibles sur le marché. L’objectif de cette nouvelle enveloppe fiscale : relancer l’intérêt des Français pour l’épargne retraite. Que vaut le PER face à l’assurance vie, couteau suisse de l’épargne et grande favorite des particuliers soucieux de préparer leurs vieux jours ?

 

PER : un produit intéressant… à condition d’être très imposé !

Nous ne parlerons ici que du PER Individuel (PERIN), qui remplace le Plan Épargne Retraite Populaire (PERP) et le contrat Madelin. Les autres versants du PER, le PER collectif (PERCOL) et le PER catégoriel (PERCAT) sont des solutions d’épargne salariale, qui intègrent la participation, l’intéressement et l’abondement. Le PERIN lui repose exclusivement sur le principe des versements volontaires et des placements dans des actifs financiers.

per ou assurance vie 2020
PER : un produit avantageux pour les contribuables fortement imposés

Le PERIN se décline en deux versions :

  • le PER bancaire, qui est ni plus ni moins qu’un compte-titres ;
  • le PER Assurance, qui s’apparente à un fonds euros ;

Le fonctionnement du PER est le suivant : l’épargnant souscrit un Plan Épargne Retraite auprès de sa banque, sa mutuelle, son assureur ou son organisme de prévoyance. Il décide de :

  • le montant et la fréquence des versements (libres ou programmés) ;
  • le niveau de risques (prudent, équilibré ou dynamique)

Par défaut, le gestionnaire du PER appliquera une gestion pilotée, dite « à horizon ». Concrètement, cela signifie que plus l’épargnant approche de l’âge de la retraite, plus le gestionnaire oriente les placements dans des actifs à faibles risques

►Lire aussi : Vaut-il mieux investir dans un PER ou une SCPI en 2020 ?

Tout au long de la phase d’épargne, le titulaire du PER alimente son plan. La loi prévoit des cas de retrait anticipé des fonds, dus à certaines situations exceptionnelles (invalidité, surendettement, etc.). Nouveauté de la loi PACTE : il est désormais possible de débloquer son PER pour acheter sa résidence principale. Mais dans ce cas, le capital sorti sera imposable au barème progressif de l’impôt sur le revenu.

Concernant la sortie lors de la liquidation des droits de l’épargnant à la retraite, elle peut s’effectuer ;

  • en rente viagère, imposable au titre des pensions et rentes viagères, avec abattement de 10 % ;
  • en capital, imposable au barème progressif de l’impôt sur le revenu dans le cas où l’épargnant a opté pour la déduction fiscale des versements ;
  • en capital, mais fractionné, imposable selon les mêmes règles qu’une sortie en capital one-shot.

PER : c’est intéressant si…

⇒ Vous vous situez dans les plus hautes tranches d’imposition (41 %, 45 %) et souhaitez réduire vos impôts tout en préparant votre retraite. L’intérêt majeur du PER réside dans la possibilité de déduire de son revenu imposable les versements volontaires effectués sur le plan. Autrement dit, les sommes que vous placez sur votre PER ne sont pas imposés à l’entrée, dans la limite de :

  • 10 % de vos revenus professionnels ;
  • 8 fois le Plafond annuel de la Sécurité sociale (PASS), soit 41 136 € en 2020 (arrêté du 2 décembre 2019, publié au Journal officiel le 3 décembre 2019) ;

Cette déduction fiscale n’est intéressante que si l’épargnant se situe dans une tranche d’imposition supérieure à 30 %. L’intérêt du PER étant d’y placer des sommes suffisamment intéressantes pour préparer sa retraite et profiter des baisses d’impôt, sans que l’effort d’épargne soit trop encombrant. 

⇒ Vous cherchez à investir pour votre retraite, et uniquement votre retraite. Malgré quelques adoucissements dus à la réforme de l’épargne retraite, les conditions de déblocage anticipé du PER demeurent strictes. Si le Plan Épargne Retraite a nettement gagné en portabilité par rapport à ses prédécesseurs, il reste un placement à long terme, qui répond à un objectif précis. 

Assurance vie : pas un placement d’épargne retraite

assurance vie 2020
Assurance vie : un produit, une myriade de fonctions

On l’a dit et répété : l’assurance vie n’est pas un placement d’épargne retraite. Et pourtant… le « placement préféré des Français » talonne de loin l’épargne retraite dans le cœur et le porte-monnaie des épargnants. Avantages fiscaux, disponibilité de l’épargne, diversification des objectifs, fiscalité moins complexe, etc. Pourtant, attention à ne pas foncer tête baissée. Pour 2019, et certainement 2020, les rendements des fonds en euros des assurances-vie sont en baisse.

La solution ? Diversifier au possible son épargne, en mélangeant des fonds euros avec des unités de compte immobilière ou d’actions européennes par exemple.

Assurance vie : c'est intéressant si...

⇒ L’intérêt clé de l’assurance vie réside dans la disponibilité de l’épargne. Ainsi, l’épargnant qui souhaite se constituer un patrimoine, protéger sa famille, financer des projets ou des voyages a tout à gagner avec l’assurance vie.

⇒ La fiscalité de l’assurance vie à la sortie est bien plus douce que celle du PER, ce qui évite de pénaliser les épargnants qui se situent dans les tranches d’imposition à 0 % ou 11 %.

⇒ Comme nous l’avons expliqué, le PER est un produit intéressant… à condition d’être imposé au minimum à 30 %. En deçà, et compte tenu des modifications apportées au barème de l’impôt par la Loi de Finances 2020, il est plus intéressant d’opter pour un contrat d’assurance vie.

PER, assurance vie ; que deviennent-ils en cas de décès de l’épargnant ?

C’est une question délicate, mais pourtant essentielle à aborder lorsque la question se pose de choisir entre le PER ou l’assurance vie. La fiscalité qui s'applique dépend non seulement du produit, mais également des circonstances du décès. En effet, les modalités de succession diffèrent selon que l’assuré(e) décède pendant ou après la phase d’épargne.

Le décès survient pendant la phase d’épargne (avant la retraite)

Si le décès survient avant la liquidation des droits à la retraite, la fiscalité sur l’assurance et vie et le PER sont similaires : les deux placements sont hors droits de succession. Le Code général des Impôts prévoit un abattement de 152 500 € par couple assuré/bénéficiaire, puis un prélèvement de 20 % jusqu’à 700 000 €, qui tombe à 31,25 % pour les montants supérieurs. 

Seule distinction : sur le PER, la clause bénéficiaire s’applique d’office. Le ou les bénéficiaires désigné(s) peuvent choisir entre une sortie en rente ou en capital.

Le décès survient après la phase d’épargne (à la retraite)

S’ils ont souscrit l’option réversion à l’ouverture du contrat, les titulaires d’une assurance vie peuvent choisir le ou les bénéficiaires de la rente viagère en cas de décès. La fiscalité dépend alors de l’âge de l’assuré(e) décédé(e) lors des versements. Concernant les PER, il faut distinguer les PER bancaires des PER assurances.

PER bancaire : en cas de décès, le PER est intégré à la succession, c’est la taxation Droit de Mutation à Titre Gratuit (DMTG) qui s’applique. Il s’agit simplement des droits à payer sur les donations et successions, définis à l’article 777 du Code général des impôts.

PER assurance : tout dépend de l’âge de l’assuré(e) lors de son décès, comme l’explique le tableau ci-dessous :

Âge lors du décès Conditions
Moins de 70 ans
  • le PER est hors droits de succession ;
  • application de l’abattement de 152 500 € ;
  • prélèvement de 20 % jusqu’à 700 000 €, puis 31,25 %. Ce prélèvement ne s’applique pas si :
    • 1. les rentes ont été constituées moyennant le versement de primes régulièrement échelonnées dans leur montant et leur périodicité pendant une durée d’au moins 15 ans ;
    • 2. l’entrée en jouissance doit intervenir au plus tôt à compter de la date de liquidation de la pension de base/complémentaire de l’assuré(e) ou de l’âge légal de la retraite, soit 62 ans pour les actifs nés après 1955.
Plus de 70 ans
  • Le PER est intégré à la succession, avec les primes d’assurance vie versées après 70 ans.
  • Abattement de 30 500 € applicable sur l’ensemble des contrats souscrits sur la tête d’un même titulaire,
  • Taxation aux droits de mutation à titre gratuit (DMTG) calculés en fonction du lien de parenté

Foire aux questions

Peut-on transférer son assurance vie vers un PER ?

Tout à fait. Sur ce point, il faut savoir que si vous transférez votre contrat d’assurance-vie datant de plus de 8 ans dans un PER, vous bénéficiez d’un abattement forfaitaire doublé. Vous avez jusqu’au 1er janvier 2023 pour effectuer ce rachat. Pour bénéficier de cet avantage fiscal, deux conditions sont requises : réinvestir les sommes dans un PER et le rachat doit avoir lieu au moins 5 ans avant le départ à la retraite.

Appelez-nous

Nos experts sont disponibles de 9h à 19h du lundi au vendredi


Ou demandez à être rappelé gratuitement

Se faire rappeler

Etre rappelé gratuitement

Nos experts sont disponibles de 9h à 19h du lundi au vendredi

Merci de renseigner un numéro valide

Merci !

.

Connectez-vous !

Votre email n'est pas valideMot de passe oublié ?Merci de renseigner votre mot de passe

Déjà inscrit ?

Ouverture du service imminente !


Laissez-nous votre email pour la piqûre de rappel

Plus qu'une étape avant d'accéder à votre simulation !

Sécurisez votre compte pour accédergratuitement à votre simulation

Votre email n'est pas valideVotre numéroMerci de renseigner votre numéro de téléphone

En cliquant sur "Voir ma simulation" j'accepte lesCGU
et serai automatiquement inscrit afin de profiter des services de Tacotax

DEJA INSCRIT ?