Le nouveau Plan Épargne Retraite est-il fait pour vous ?

Male hand making some notes with silver pen on paper about cash flow

Sommaire de l'article

Vous êtes actuellement titulaire d’un Plan Épargne Retraite Populaire (PERP) au taux avantageux. Ou d’un contrat Madelin. Ou alors votre entreprise a mis en place un Plan d’Épargne Retraite en Entreprise. Dans tous les cas, ces produits n’ont plus que quelques mois à vivre : ils seront tous bientôt remplacés par le Plan Épargne Retraite (PER). Cette enveloppe fiscale contient un Plan d’Épargne Retraite Individuel et deux Plans d’Épargne Retraite Entreprise. S’il est accessible à tous les particuliers, peu importe leur catégorie socioprofessionnelle, le PER ne s’avère pas forcément le produit le plus rentable pour se constituer une retraite décente. On fait le point.

Plan Épargne Retraite : pour qui est-il (vraiment) intéressant ?

Le Plan Épargne Retraite est né de la loi PACTE en 2019. Toutes les personnes qui détiennent un Produit d’Épargne Retraite et souhaitent continuer à épargner sont confrontées à ce choix : ouvrir un PER ou alimenter son placement actuel en 2020 ? Sachant que, d’ici l’automne, le PER aura absorbé la totalité des PERP, Perco, Madelin, articles 83 et autres dispositifs d’épargne retraite, d’autant se demandent pourquoi faire durer le suspens. 

Dans cet article, nous aborderons la question sous l’angle du Plan d’Épargne Retraite Individuel (Perin). Ce compartiment du PER est le seul à reposer uniquement sur le principe des versements volontaires (épargne individuelle). Les deux autres, le PERCAT et le PERCOL, s’apparentent davantage à l’épargne salariale

Le PERIN : c’est quoi ?

PER : la nouvelle retraite supplémentaire des actifs

Le principe du PERIN est simple : sur la base des versements volontaires (ponctuels ou programmés), l’épargnant se constitue un complément de revenus, dont il bénéficiera une fois à la retraite (ou avant, en cas de déblocage anticipé du PER).

En parallèle, il a la possibilité de déduire de son revenu imposable les sommes versées sur son PER (dans la limite des plafonds fixés par le législateur).

En plein tourbillon de la réforme des retraites, le PER a des allures de bouée de sauvetage : se constituer un complément de revenus à la retraite est indispensable tant l’avenir des régimes obligatoires et du système de retraite est incertain.

Faut-il se ruer sur le Plan Épargne Retraite Individuel pour autant ? Et si oui, lequel choisir ? C’est à vous d’en décider, pas à votre conseiller financier. Pour vous décider, deux critères déterminants : votre âge et votre niveau imposition.

Quel âge avez-vous ?

Toute personne physique entre 18 et 68 ans peut ouvrir et détenir un PER, quel que soit son statut professionnel. Comme beaucoup de placements financiers, l’intérêt du PER est foncièrement lié à l’âge de l’épargnant. En fait d’âge, il faudra plutôt parler d’étapes de vie. Sur le papier, le PER est ouvert à tous : étudiant, jeune actif, cadre, technicien, agent de maîtrise, salarié, indépendant, fonctionnaire, profession libérale, etc. La réforme de l’épargne retraite s’articule autour d’une volonté de simplifier l’épargne retraite et de la rendre plus accessible.

Étudiant(e) ? Trop jeune

Le Plan Épargne Retraite Individuel repose sur le principe des versements volontaires, autrement dit l’effort d’épargne. Or, difficile d’épargner régulièrement sans revenus, même en faisant des efforts. Si certains PERIN sont accessibles même avant 18 ans, ce produit n’a d’intérêt que lorsque la situation professionnelle de l’épargnant se stabilise. Certes, on peut être tenté par la sortie en capital dans le cadre de l’achat d’une résidence principale, qui séduit les jeunes propriétaires en devenir, mais quant à savoir si l’encours présent sur le PER à ce moment-là sera suffisamment intéressant, c’est une autre histoire.

Trentenaire ? Trop éloigné des objectifs

Devenir propriétaire. C’est sans doute LA priorité en matière d’épargne des actifs une fois arrivés à la trentaine. Les revenus commencent à augmenter, vous vous installez en couple et commencez à envisager une vie de famille ou du moins une vie de couple. Même si vous n’avez pas immédiatement envie de devenir propriétaire, il existe des alternatives de placement comme :

Très prisé des jeunes actifs, l’immobilier locatif offre des rendements plus avantageux et amoindrit l’effort d’épargne. Si vous n’êtes pas tenté par la pierre, vous pouvez toujours viser les marchés financiers ou l’épargne salariale.

Retraité(e) ? Trop âgé(e) !

Techniquement, l’ouverture d’un PER ne présente aucun intérêt à la retraite, puisqu’il s’agit précisément d’un produit destiné à la préparer. En outre, rares sont les établissements financiers qui acceptent de souscrire un placement de ce type à un particulier s’il n’est plus actif. Au mieux, vous épargnez pendant 4, voire 5 ans, avant de vous voir interdire totalement l’accès à ce placement.

Entre 40 et 50 ans ? Bingo !

C’est autour de 45 ans que ce produit prend davantage de sens. À cet âge généralement, votre situation professionnelle est stable, voire croissante, vous êtes propriétaire de votre résidence principale et vos enfants (si vous en avez) grandissent. Vos revenus sont au beau fixe, il vous reste au maximum une vingtaine d’années à travailler : c’est le moment où jamais de vous intéresser sérieusement à votre retraite.

Dans cette tranche d’âge, les épargnants ont un double objectif : anticiper la baisse de revenus qui va (sans doute) accompagner le départ en retraite, et réduire leur imposition. Le point positif, c’est que vous pouvez envisager des investissements sur le long terme et en profiter, comme le Plan Épargne Retraite.

►Lire aussi : Comment casser un plan d'épargne retraite ?

Combien d’impôt payez-vous ?

Ce qui nous mène au second point, la fiscalité. L’intérêt premier du PER, c’est la défiscalisation, la possibilité de déduire de son revenu imposable les sommes versées, dans la limite de :

  • 10 % de vos revenus d’activité professionnelle nets perçus en N-1 dans la limite de 8 fois le Plafond annuel de la Sécurité Sociale (41 136 € en 2020) ;
  • 10 % du PASS, soit 4113,6 € en 2020.
Bon à savoir : si l’intégralité du plafond de déduction n’est pas utilisée au titre d’une année, le solde peut être reporté sur les 3 années suivantes
Mariés ? Pacsés ? Les plafonds du PER sont mutualisés.

Notez qu’avec un mariage ou un contrat de Pacs, les plafonds du PER sont mutualisés. Ainsi, si l’un(e) des conjoint(e)s n’a pas totalement utilisé son plafond individuel de déduction, l’autre pourra en bénéficier.

Vous êtes indépendant ? Les versements effectués sur votre PER peuvent être déduits du bénéfice imposable dans la limite égale au plus élevé des deux montants suivants :

  • 10 % du bénéfice imposable dans la limite de 8 fois le PASS + 15 % sur la fraction du bénéfice comprise entre 1 et 8 fois le PASS ;
  • 10 % du PASS.

La déduction fiscale est optionnelle : vous pouvez choisir de ne pas en bénéficier. Un choix décisif, car c’est de là que dépend directement la fiscalité à la sortie. Autant vous le dire, si vous ne choisissez pas la déduction, autant ne pas choisir le PER. Car non seulement les sommes versées seront bloquées jusqu’au départ en retraite (sauf situations exceptionnelles), mais en plus vous n’aurez droit à aucun avantage fiscal.

Mais avez-vous intérêt à opter pour la déduction ? Si vous êtes fortement imposé(e), oui. Si vous vous situez dans les « hautes » tranches marginales d’imposition (30 %, 41 %, 45 %), le PER vous permet de réduire significativement votre imposition. L’effort d’épargne est compensé par la déduction fiscale. Si vous êtes peu ou pas imposé(e), c’est-à-dire que vous vous situez dans les tranches de 0 % et 11 %, le PER ne présente que très peu d’intérêt.

Pour estimer la rentabilité et les avantages fiscaux que vous pourriez tirer du Plan Épargne Retraite, le mieux est de faire une simulation

Les alternatives au PER

Vous l’aurez compris : le PER est intéressant pour les contribuables fortement imposés, qui se situent à environ 10 ou 15 ans de la retraite. Mais alors, quid des autres ? Dans quel produit investir pour sa retraite lorsqu’on paye peu ou pas d’impôts ? 

Notez que, si votre objectif est concentré exclusivement sur la préparation de votre retraite, vous pouvez très bien souscrire un Plan Épargne Retraite sans opter pour la déduction des versements. 

Concentrez-vous sur l’immobilier locatif : loi Pinel, Denormandie, LMNP, déficit foncier, etc. sont autant de possibilités de se constituer un patrimoine tout en réduisant ses impôts. Si vous ne souhaitez pas vous investir dans votre projet immobilier, préférez les SCPI de rendement. Ces véhicules financiers prennent en charge la gérance locative des parcs immobiliers qu’elles détiennent. 

Lassurance-vie reste une référence en matière de placement financier. Le couteau suisse de l’épargne, comme on l’appelle, a cet avantage qu’il répond à des objectifs multiples : se constituer une réserve d’argent disponible, placer son argent, constituer un patrimoine, protéger sa famille, etc. L’assurance combine la flexibilité (sortie possible, versements libres ou programmés) avec une fiscalité avantageuse (notamment à partir de la 8e année de détention).

Pour un rendement optimal, misez sur la diversité des supports : fonds euros, actions, obligations, fonds à formules, actifs immobiliers, etc. 

Foire aux questions

Je suis client Boursorama banque, puis-je ouvrir un PER chez elle ?

La filiale de la Société Générale, Boursorama banque, est spécialisée dans les services bancaires dématérialisés, ce qui lui permet de proposer à ses clients des offres à des tarifs très concurrentiels. En contrepartie, son catalogue de produits d’épargne est limité. On y trouve les livrets d’épargne réglementée (Livret A, LDDS, etc.) et l’épargne logement (CEL, PEL), mais Boursorama ne propose pas de Plan Épargne Retraite. En revanche, Aviva, Generali, le Crédit Mutuel, AXA, Groupama et la BNP Paribas ont tous ouvert ce produit à la souscription depuis octobre 2019.

Faut-il choisir le Crédit Mutuel pour son Plan Épargne Retraite ?

Si vous êtes client(e) du Crédit Mutuel pour votre épargne, rien ne vous empêche d’ouvrir un PER dans l’agence qui héberge vos comptes. Mais nous ne vous conseillons que trop bien de comparer les différents produits, leurs frais d’entrée et de transfert avant de prendre une décision.

Peut-on ouvrir un PER au Crédit Agricole ?

Il existe deux formules de Plans Épargne Retraite au Crédit Agricole : le Plan d’Épargne Retraite Individuel Assurance et le Plan d’Épargne Retraite Individuel Compte Titres.

Simulez votre épargne grâce à l'assurance-vie

Simulation gratuite