Liberté, flexibilité, souplesse, l'assurance-vie de la société générale se targue d'être l'un des assureur les plus côtés du marché. Mais qu'en est-il vraiment? Quels service propose-t-elle? Y-a-t-il des frais importants? Les taux de rémunération sont-ils importants sur le long terme? Autant de questions auxquelles cet article tentera de répondre. 

 

Société générale: Assurance vie Erable

Caractéristiques

La société générale propose des assurance vie de trois sorte mais nous parlerons ici principalement de l'assurance vie Société générale Erable. Vous pouvez y accéder simplement mais elle demande tout de même certaines conditions que nous allons vous expliquer ici. 

Qui peut souscrire ?
Tout le monde peut souscrire à une assurance vie. Que vous souhaitiez mettre de l'argent de côté, préparer votre retraite ou financer un projet qui vous tient à coeur, l'assurance vie société générale érable est là. Vous n'aurez plus qu'à exposer votre projet ou vos besoin à votre conseiller Société générale. Il adaptera le contrat à votre situation.

Durée de vie du contrat
Pour profiter au mieux des avantages fiscaux de l’assurance vie, la durée de placement conseillée est de 8 ans.

Des versements accessibles

  • Libres : à partir de 150 € minimum (50 € minimum en gestion Junior)
  • Programmés avec Déclic Assurance vie : à partir de 25 €/mois minimum

La liberté de désigner ses bénéficiaire(s)
Vous choisissez librement un ou plusieurs bénéficiaires. En cas de décès de l’assuré, ils percevront le capital constitué.

Une fiscalité spécifique
Au-delà de 8 ans du contrat, vous bénéficiez d’une exonération d’impôt sur le revenu sur les produits retirés:

  • 4 600 € pour une personne seule 
  • 9 200 € pour un couple soumis à une imposition commune.

La liberté de disposer de son capital à tout moment
Votre capital est disponible sans frais et à tout moment sous forme de :

  • rachat partiel (400 € minimum) passé un délai de trente jours à compter de la date d’effet de votre adhésion,
  • rachat total,
  • rachat partiel programmé : à partir de 50 € si le capital constitué s’élève à 3 000 € minimum sans avance en cours,
  • avance en capital possible dès la fin de la 1ère année d'adhésion selon les conditions fixées au contrat,
  • rente viagère (6 au choix) pour bénéficier d'un complément de revenus garanti à vie. Ce choix implique l’aliénation du capital.

Disponibilité du contrat

Avec le contrat Erable Evolutions, les opérations de rachats sont libres et non facturées. Toutefois, elles ne peuvent être effectuées que si le souscripteur souhaite retirer au moins 400 euros de son compte. En outre, dès la première année de souscription, il peut demander une avance en capital. Seulement, celle-ci ne doit pas excéder les 60% de l'épargne en cours. A terme, le bénéficiaire peut choisir entre quatre options:

- Reconduire le contrat tous les ans pour continuer à capitaliser l'investissement

- Récupérer la totalité ou une partie du dépôt pour financer un projet personnel

- Convertir l'assurance-vie en rente viagère

- Combiner ces options

Les "quatre" formules de gestion de l'offre "Erable Evolutions"

assurance vie société générale
La gestion de projet est fait pour ceux qui ont un rêve de longue 
date et qui veulent s'y consacrer.

Gestion projet

Comme son nom l'indique, ce type de placement est surtout réservé à ceux qui ont depuis longtemps l'envie de concrétiser un grand projet d'avenir. Afin d'y parvenir, l'épargnant va dans un premier temps déterminer la durée pendant laquelle le capital sera rentabilisé. Durant ce temps de rentabilisation, cet argent sera distribué entre les différents supports. Cela se fera selon "une grille de répartition progressive qui aboutit à la fin à la sécurisation totale des versements en support Sécurité". En mettant en place cette stratégie le capital investit booste sa performance et est dynamisé sur le marché financier. Et tous cela dès la phase de préparation du projet. À l'approche de l'échéance, l'épargne accumulée est injectée peu à peu dans des supports en fonds euros. Les arbitrages sont réalisés par le gestionnaire sans frais particulier et d'une manière régulière.

Gestion valorisation

Si vous optez pour la gestion valorisation, le compte Erable évolutions est à la charge personnelle de l'épargnant. Pour résumer vous êtes à la barre, c'est vous qui choisissez. C'est aussi ça l'assurance vie, vous êtes maître de vos économies et de la manière dont vous voulez les exploiter. Qu'il s'agisse de versements d'arbitrages ou de placements : leur répartition vous appartient. Cela dit, si vous n'êtes pas très à l'aise à l'idée de gérer vous-même votre argent. Si vous avez simplement peur de perdre du capital à cause d'une erreur de gestion, vous avez toujours la possibilité de faire appel aux conseils d'un expert: comptable, courtier ou à un conseiller Société générale. Nous vous conseillerons toujours de vous faire aider. Les marchés financiers sont très fluctuant et il est parfois difficile de s'y retrouver. Un professionnel du secteur sera plus apte à anticiper et à prendre les devants. De plus il pourra vous conseiller et vous orienter vers des produits ou des stratégies financières auxquelles vous n'auriez pas forcément pensé.

Gestion progressive

La gestion progressive quant à elle, partage en deux parts égales:

  1. les versements investis en fonds euros
  2. les versements investis en unités de compte de Sogéactions Sélection Monde.

Cette gestion équilibrée est parfait pour ceux qui n'aime pas choisir ou privilégier un modèle par rapport à un autre. Ainsi, vous allierez rendement et sécurité sur une longue période.

À noter

Les gains dégagés en UC sont transférés en support euros lorsqu'ils atteignent la limite de 15%. Cela donne à l'adhérent l'opportunité de les protéger de la baisse imprévisible du marché.

Gestion Junior

La gestion Junior, comme son nom l'indique concerne uniquement les jeunes adhérents. Elle prévoit la répartition du capital entre deux supports à risques limités:

  • Le support Sécurité : L'épargne est investie en obligation. Elle ne peut être soumise à un régime de moins-value. Le rendement est protégé par un taux minimum garanti, révisable tous les ans.

  • Le support Darwin Diversifié 20-40 : L'argent est injecté sur le marché des actions. Cependant, le risque est maîtrisé puisque la gestion est ajustée selon les conditions de ce dernier.

Société Générale: les taux d’assurance vie en 2018

Pour les assurance vie du groupe société générale le maître mot c'est "Stabilité". Qu'il s'agisse de sa politique de rémunération des fonds en euros ou de sa manière de conseiller les clients, les rendements restent les mêmes. Et tout cela depuis deux ans.

Il faut dire que la Société général est dans le paysage français depuis un bon bout de temps et que depuis elle a su convaincre près d'un demi-million de souscripteurs. Tout cela représente plus de 40 milliards d’euros. Nous avons longuement parlé de l'assurance vie Ebène mais il ne faudrait pas oublier l’assurance vie Séquoia qui fait partie des « gros » contrats en France. Accessible à partir de 7 600 euros de versement initial, il s’agit du contrat « moyenne gamme » de la Société Générale. Le taux de base servi sur Sécurité en euros, le fonds à capital garanti du contrat, reste à 1,33% en 2018, comme en 2017. 

Ce rendement de base est bonifié en fonction des sommes présentes sur l’assurance vie, les frais étant dégressifs pour les plus gros contrats. Les épargnants disposant d’une épargne inférieure à 76 200 euros se voient ainsi affecter la rémunération de base, 1,33%. Pour ceux dont l’assurance vie Séquoia dépasse ce seuil, la rémunération peut grimper jusqu’à 1,81%, mais uniquement pour la part de l’encours dépassant 76 200 euros.

Les taux 2018 à la Société Générale

  • Erable Essentiel, contrat lancé fin 2015 : fourchette de rémunération de 1,33% à 1,79% en 2018, comme en 2017. A l'image de Séquoia, les frais sont dégressifs pour les contrats les plus richement dotés.

  • Séquoia : fourchette de rémunération de 1,33% à 1,81%, comme en 2017.

  • Ebène : un rendement unique de 1,80% sur le fonds en euros en 2018 (1,85% en gestion privée), comme en 2017.

 

Etablissement bancaire 

Contrat Taux de l'assurance-vie en 2018                       Pour en savoir plus               
Crédit Agricole Predissime 9 1.25% L'assurance-vie Crédit Agricole
Boursorama Boursorama Vie 1.65% L'assurance-vie Boursorama
Crédit Mutuel Plan Assurance-vie Essentiel 1.40% L'assurance-vie Crédit Mutuel
Caisse d'épargne Millevie Essentielle 1.30% L'assurance-vie Caisse d'épargne
Société Générale Erable Essentiel et Séquoïa 1.33% L'assurance-vie Société générale
Fortuneo Suravenir 2% L'assurance-vie Fortuneo
Afer   2.25% L'assurance-vie Afer
Maif Responsable et Solidaire, nouveau Cap  1.80% L'assurance-vie Maif
LCL LCL Vie 1.75% L'assurance-vie LCL
BNP Paribas   1.56% L'assurance-vie BNP Paribas
Macif Multi Vie 1.50% L'assurance-vie Macif
Banque Populaire Horizéo 1.25% L'assurance-vie Banque Populaire
GMF   2.10% L'assurance-vie GMF
ING Direct ING Direct Vie 1.65% L'assurance-vie ING Direct
Banque Postale Vivaccio 1.30% L'assurance-vie Banque Postale
Aviva Epargne Plurielle 1.80% L'assurance-vie Aviva
Generali Himalia et Xaélidia 1.75% L'assurance-vie Generali
Allianz Multi Epargne Vie 1.55% L'assurance-vie Allianz
Maaf Winalto 1.85% L'assurance-vie Maaf

Retirer de l’argent sur son assurance vie Société Générale

L’argent déposé sur une assurance-vie est disponible à tout moment pour un retrait. C'est une des grande qualité de l'assurance vie, reste cependant à savoir sous quelle forme vous souhaitez collecter votre argent: Rachat partiel, total, ou avance ? C'est une bonne chose de se poser ces questions. Afin d'y répondre il suffit de savoir quel usage vous allez faire de cet argent. 

Le rachat partiel

Le rachat partiel est simple à comprendre. Il consiste tout simplement à retirer une partie de l’argent présent sur votre assurance-vie. Rapide et efficace, la somme que vous souhaitez débiter de votre contrat sera sur votre compte dans la semaine qui suit votre demande. Lorsqu'on souhaite faire un rachat partiel on n'a souvent peu de temps à perdre. La rapidité de certains service dont celui de la Société Générale est très pratique et facilite vos démarches futures. Quant à l'argent qui reste sur l'assurance vie et bien il continue de vivre sa vie. Le contrat n’est pas clôturé et l'argent restant continue de travailler normalement. Même chose pour les avantages fiscaux liés à l’ancienneté du contrat, ils sont conservés. 

Vous l'aurez compris, le rachat partiel d’une assurance-vie est l’une des meilleures manières de se constituer un complément de revenu régulier. Vous pouvez en profiter tant que vous le voulez et en plus votre argent continue de fructifier. Enfin, pour les contrats de plus de 8 ans, la fiscalité est extrêmement favorable ! En effet, vous ne serez imposé que sur la part du rachat correspondant à une plus-value, à hauteur de 7,5 %. Cependant n'oubliez pas, cela est valable après un abattement initial de 4 600 € pour un célibataire et 9 200 € pour un couple.

Entre 4 et 8 ans, le prélèvement est de 15 %. Avant quatre ans, il passe à 35 %. Nous vous conseillons d'être patient et de ne pas précipiter vos retraits. Au bout de huit ans, vous pourrez enfin récolter les fruits de votre labeur. Votre patience sera récompensée. 

L’avance sur l’assurance vie Société Générale

Si vous souhaitez partir sur une avance d'assurance vie, l’assureur va vous prêter une somme d’argent pouvant atteindre au maximum 60 à 80 % de la somme épargnée sur votre contrat (lequel sert en quelque sorte de caution), pour une durée maximale de trois à six ans. En parallèle, vos économies restantes demeurent inchangées et continue de travailler. 

Ne vous emballez pas trop vite, si l'assureur accepte de vous faire une avance vous vous douter bien qu'une rétribution est attendue. En effet, nous vous demanderons de payer des frais imputés à la somme prêtée. Rassurez-vous, ils ne sont pas très élevés (environ 1%), bien inférieurs en tout cas à ceux d'un crédit à la consommation. Opté pour l'option de l'avance vous sera donc bien plus bénéfique. En cas de non remboursement de votre part, l’assureur s’indemnise ensuite en déduisant définitivement la somme de votre contrat. Le prêt est entièrement défiscalisé, et son remboursement ne donne pas lieu à de nouveaux frais de versement.

Le rachat total de l’assurance vie

Enfin, la dernière solution est celle du rachat total du capital de votre assurance vie. Cette option, si vous la choisissez, entraînera automatiquement la clôture du contrat et donc la fin des avantages fiscaux liés.

A noter

Le solde minimal d’un contrat d’assurance-vie n’est pas nécessairement de 1 ou de 10 € : certains assureurs vous imposeront un montant minimum de versements de 1 000, voire 10 000 €, sous peine sinon de procéder à la clôture du contrat !

Petit conseil, le rachat total est rarement à conseiller surtout lorsque la somme en jeu est élevée voire très élevée. Pourquoi ? Vous risqueriez de franchir la limite de l'abattement autorisé et donc de subir une imposition salée sur les plus-values. On vous conseille, dans ce cas précis, d'opter pour un rachat partiel chaque année jusqu'à épuisement du contrat. 

Société Générale: comment gérer sa clause bénéficiaire assurance vie

assurance vie société générale
N'hésitez pas à régulièrement consulter la case bénéficiaire

L’assurance vie est un placement financier qui permet de répondre à différents besoins ou projets . C’est notamment un moyen d’organiser à l’avance la transmission d’une partie de son patrimoine. Dans ce cadre, la désignation du bénéficiaire est une décision qui mérite mûre réflexion.

Souvent lorsque l’on souscrit un contrat d’assurance vie, on s’intéresse en priorité aux supports financiers et à leur rendement potentiel. La "clause bénéficiaire" peut sembler alors un sujet lointain, voire secondaire. Pourtant, la façon dont est rédigée cette clause va déterminer le déroulement de la transmission de l’épargne au(x) bénéficiaire(s) désigné(s) à la suite du décès de l’assuré.

Qui héritera du capital constitué et dans quelle proportion ? C’est ce que définit ce paragraphe du contrat. Car la particularité de l’assurance vie, à la différence des autres placements financiers, est de ne pas entrer automatiquement dans l’actif successoral. Il est donc important de se projeter et de réfléchir à ce que l’on souhaite vraiment.

La clause standard ne convient pas dans tous les cas

Dans la majorité des cas, la tendance est d’opter par défaut pour la clause standard. Sa formulation est bien adaptée pour transmettre, en priorité, son épargne à son conjoint : "Mon conjoint, non divorcé ni séparé de corps, ou le partenaire avec lequel je suis lié(e) par un pacte civil de solidarité, à défaut mes enfants nés ou à naître, vivants ou représentés, par parts égales, à défaut mes héritiers."

En revanche, quand la situation personnelle est différente, évolue ou tout simplement si l’on souhaite organiser la transmission de son épargne autrement, il convient de rédiger une clause spécifique. Dans celle-ci, l’adhérent/ le souscripteur désigne nominativement le ou les bénéficiaire(s). Il doit le faire de la façon la plus précise possible. S’il s’agit d’une personne physique : nom, prénom, date de naissance, etc. S’il s’agit d’une personne morale : dénomination, activité, etc. Lorsqu’il y a plusieurs bénéficiaires, il est alors nécessaire de préciser le pourcentage attribué à chacun. Il est préférable aussi d’ajouter une désignation subsidiaire en ajoutant la mention "à défaut mes héritiers". Sinon, en cas de décès du ou des bénéficiaire(s) avant l’assuré, le capital constitué reviendrait dans l’actif successoral et serait soumis à l’impôt aux droits de succession selon la dévolution de droit commun.

Désignation du bénéficiaire : les restrictions

Certaines personnes, à cause de leur statut ou de l’influence qu’elles pourraient exercer, ne peuvent pas être désignées comme bénéficiaires, comme par exemple, un ministre du culte ou le médecin de l’assuré lui ayant prodigué des soins pendant la maladie à l’origine de son décès. Des clauses bénéficiaires peuvent également être contestées, en général par les héritiers de l’assuré si des versements "manifestement disproportionnés par rapport au patrimoine global" ont été effectués pour l’alimenter.

Doit-on obligatoirement obtenir l’acceptation du bénéficiaire ?

Ce n’est pas obligatoire. Si le bénéficiaire n’a pas été informé, l’adhérent/souscripteur peut modifier la clause bénéficiaire à tout moment par un simple avenant transmis à l’organisme assureur. À l’inverse, il se voit engagé à respecter un certain formalisme et une réelle transparence s’il choisit d’obtenir l’acceptation du ou des bénéficiaire(s) et que celui-ci ou ceux-ci ont accepté (cf. infographie). Il est aussi à noter, par exemple, qu’un divorce n’entraîne pas nécessairement la révocation du conjoint qui a accepté, en bonne et due forme, d’être bénéficiaire.

Société Générale, toujours à vos côtés

La rédaction de la clause bénéficiaire est très importante. Elle doit être correctement formulée et à jour. Il faut régulièrement s’assurer que cette clause soit en adéquation avec l’évolution de votre situation familiale ou personnelle et avec vos volontés. Il faut aussi s’assurer que sa rédaction soit claire et précise, pour que la clause ne soit pas sujette à interprétation au moment du décès de l'assuré.

Société générale: une assurance vie pour assurer sa succession

Avec l’appui de son Conseiller, l’adhérent/souscripteur choisit, en fonction de sa situation patrimoniale et financière, de ses objectifs, de sa sensibilité au risque, de son horizon de placement, de ses compétences financières, la répartition qui lui convient le mieux entre le support Sécurité en euros qui offre une garantie du capital net investi et des supports en unités de comptes investis sur les marchés actions, obligataires ou immobiliers qui peuvent proposer un potentiel de rendement supérieur en contrepartie d'un risque de pertes en capital.

Lorsque l’adhérent/souscripteur veut disposer d’un capital ou s’assurer un complément de revenu, il peut le moment venu, récupérer son épargne constituée, sous forme de capital (retrait total) ou de retraits partiels ponctuels ou programmés ou sous forme de rente viagère, c’est-à-dire, une somme régulièrement versée jusqu’à la fin de la vie de l’assuré en contrepartie de l’aliénation du capital. C'est-à-dire que l’assuré n’a plus le pouvoir de disposer de son capital ni de le transmettre à ses héritiers. Il est possible aussi de combiner retraits partiels ponctuels ou programmés du capital constitué et rente viagère.

Une particularité de l’assurance vie est qu’en cas de décès de l’assuré, le montant du capital constitué n’entre pas systématiquement dans l’actif de la succession. De cette façon, il est possible de transmettre, hors droits de succession, dans la limite de certains montants, une partie de son patrimoine aux personnes de son choix. Pour cela, il convient de prévoir une « clause bénéficiaire » adaptée à votre situation. Votre Conseiller saura vous accompagner pour la rédaction de cette dernière.

Appelez-nous

Nos experts sont disponibles de 9h à 19h du lundi au vendredi


Ou demandez à être rappelé gratuitement

Se faire rappeler

Etre rappelé gratuitement

Nos experts sont disponibles de 9h à 19h du lundi au vendredi

Merci de renseigner un numéro valide

Merci !

.

Connectez-vous !

Votre email n'est pas valideMot de passe oublié ?Merci de renseigner votre mot de passe

Déjà inscrit ?

Ouverture du service imminente !


Laissez-nous votre email pour la piqûre de rappel

Plus qu'une étape avant d'accéder à votre simulation !

Sécurisez votre compte pour accédergratuitement à votre simulation

Votre email n'est pas valideVotre numéroMerci de renseigner votre numéro de téléphone

En cliquant sur "Voir ma simulation" j'accepte lesCGU
et serai automatiquement inscrit afin de profiter des services de TacoTax

DEJA INSCRIT ?