1. Accueil

  2. Binance interdit d’activité au Royaume-Uni

Non classé29 juin 2021

Binance interdit d’activité au Royaume-Uni

binance

La sentence vient de tomber pour Binance. La plateforme d’échange de crypto-monnaie n’a désormais plus l’autorisation d’exercer son activité sur le sol britannique. Le régulateur des marchés, la FCA, a en effet décrété qu’à partir de mercredi, Binance ne pourrait pas vendre d’options ou de contrats à terme. Comment expliquer cette interdiction ?

Une sentence sans appel

Samedi 26 juin, le régulateur britannique a donné à Binance l’ordre de supprimer toute promotion financière et publicité d’ici à mercredi soir. D’après l’autorité des marchés britanniques, la société Binance, qui fait partie de Binance Group, n’a aucunement l’autorisation d’exercer une activité réglementée dans le pays.

La raison ? Elle n’est pas « titulaire d’une autorisation, d’un enregistrement ou d’une licence au Royaume-Uni », comme l’ont indiqué les autorités. En effet, la FCA a demandé aux entreprises financières exerçant dans le secteur des crypto-monnaies de déposer leur demande d’enregistrement auprès d’elle et est désormais en pleine phase d’approbation ou de refus de ces demandes après un examen approfondi de chacune d’entre elles.

Résultat : en plus de supprimer toutes ses publicités et campagnes de promotion financière, la plateforme doit indiquer explicitement sur son site et ses réseaux sociaux qu’elle n’est plus en droit d’exercer au Royaume-Uni.

→ Lire aussi : Chèque bureau universel et télétravail : à quoi s’attendre ?

Un revers de plus

Un avertissement provenant des autorités japonaises a sans aucun doute influencé la décision du régulateur britannique. En effet, l’agence des services financiers du Japon (JFSA) a tapé sur les doigts de la plateforme en raison d’échanges de crypto-monnaies non autorisés réalisés par des citoyens japonais via Binance. Le mois dernier, le site d’échange de cryptos Bybit recevait la même mise en garde.

En avril dernier, c’est le régulateur allemand, la BaFin, qui alertait les investisseurs en soutenant que la société avait outrepassé ses droits suite au lancement d’un commerce de jetons d’actions.

→ Lire aussi : Le Bitcoin, future monnaie officielle du Salvador

Binance dans la tourmente ?

Mais concrètement, quelles sont les craintes des autorités ? Les régulateurs financiers redoutent que Binance, l’une des plus grandes plateformes d’échange de monnaies virtuelles du monde, favorise le blanchiment d’argent et d’autres activités illégales. Cette crainte subsiste malgré les nombreuses affirmations du PDG de la société, Changpeng Zhao, selon lesquelles Binance lutterait activement contre le blanchiment.

La vigilance et la rigueur des autorités s’expliquent également par leur méfiance envers les crypto-monnaies : ce sont des produits volatiles dont les gains comme les pertes peuvent être astronomiques. Dès lors, les monnaies virtuelles ne peuvent qu’attirer l’attention des régulateurs, et en conséquence ces derniers redoublent de vigilance pour s’assurer que l’activité exercée par les plateformes d’échange est conforme à la loi.

Et la réputation de Binance n’arrange pas les choses : la société fait actuellement l’objet d’une enquête du ministère de la Justice des États-Unis et de l’Internal Revenue Service (IRS), l’agence du gouvernement fédéral américain.

Comme les régulateurs financiers, les autorités américaines s’inquiètent du fait que les crypto-monnaies peuvent être utilisées pour masquer des activités illégales comme l’évasion fiscale ou le vol. Les autorités américaines sont donc en pleine étude du comportement des clients de Binance mais également de ses employés depuis plusieurs mois.

→ Lire aussi : Environnement : est-ce que le Bitcoin pollue ?