1. Blog

  2. Chèque bureau universel et télétravail : à quoi s’attendre ?

Actualités24 Juin 2021

Chèque bureau universel et télétravail : à quoi s’attendre ?

cheque bureau universel télétravail

Les salariés peuvent déjà compter sur les tickets-restaurants et sur les chèques vacances. Ils pourraient bien également bénéficier d’une nouvelle forme d’aide plébiscitée par des signataires d’une tribune publiée par Le Journal du dimanche : des chèques bureaux universels visant à maintenir la vie sociale des employés d’entreprise travaillant à distance et leur faciliter l’accès à des espaces de coworking. Qui soutient cette initiative ? Peut-on vraiment s’attendre à voir débarquer ces chèques bureau rapidement ? On fait le point.

Travail de proximité et vie sociale

Ce sont les deux thématiques principales mises en avant par la tribune proposée par de nombreux responsables politiques, syndicalistes ou d’entreprise. Avec la montée en puissance du télétravail ces derniers mois – crise sanitaire oblige – nombreux sont les employés travaillant à distance à souffrir du manque d’interactions sociales dans leurs journées.

En effet, les chiffres ne mentent pas : 70 % des salariés du privé ont travaillé à distance  en 2020, dont 45 % à temps plein.

C’est pourquoi cette tribune s’appuie notamment sur l’accord national du 26 novembre 2020 à travers lequel le cadre du télétravail a été défini : il s’exerce généralement au domicile de l’employé, mais pas nécessairement. En effet, la pratique du télétravail dans un tiers lieu est possible, et c’est même une solution efficace pour éviter un isolement professionnel.

Aujourd’hui, en France, ce sont près de 2 500 tiers lieux qui sont recensés, dans lesquels 150 000 travailleurs y exercent leur activité chaque jour. Des lieux favorisant évidemment le travail à distance : des infrastructures qui offrent en environnement propice à la concentration et à la productivité (connexion internet optimale, mobilier de bureau, etc.). Autant d’éléments qui peuvent potentiellement manquer à l’appel lorsqu’on travaille chez soi.

Bon à savoir

D’ici fin 2022, la France devrait compter plus de 3 000 tiers lieux où le télétravail sera possible : espaces de coworking, mais aussi ateliers de production, friches culturelles ou encore manufactures.

→ Lire aussi : Euro de football : les paris sportifs sont-ils imposés ?

Qui soutient ce projet ?

« Appuyons-nous sur cette avancée pour construire un droit nouveau qui remédierait aux nuisances du télétravail sans amoindrir ses bienfaits. » Tels sont les mots de la trentaine de signataires de la tribune publiée par le Journal du dimanche. Des signataires bien connus du grand public, parmi lesquels :

  • Benoît Hamon
  • Myriam El Khomri
  • Jean-Claude Mailly
  • Patrick Levy-Waitz
  • Sébastien Bazin
  • Laurent Escure
  • Louis Gallois…

→ Lire aussi : Défiscalisation : du nouveau pour les dons aux cultes

Chèque bureau : quelle proposition ?

Les porteurs de ce projet proposent la mise en place d’un chèque bureau universel à destination des salariés. Ils seraient financés par l’employeur, au même titre que les tickets-restaurants, par exemple, tandis que les employés pourront les utiliser pour accéder à un tiers lieu, comme un espace de coworking, et bénéficier des installations de ce dernier.

Ce coup de pouce serait cofinancé par les collectivités locales et l’État, tandis que les entreprises, ou une société spécialisée, se chargeraient d’émettre les chèques bureau universels. De son côté, le CSE (Comité Social et Économique) pourrait prendre en charge une partie de leur financement, si un accord d’entreprise est trouvé.

Dernier point, et pas des moindres : le chèque bureau pourrait également avoir un rôle à jouer en matière de réaménagement du territoire ! En effet, il y a 3 ans, on notait que plus de la moitié de ces tiers lieux de travail étaient situés dans les grands centres urbains.

Aujourd’hui, la tendance s’est inversée : les Français cherchent de plus en plus à quitter ces villes. Une tendance illustrée par le nombre de tiers lieux existants en dehors de ces centres urbains : plus de la moitié. Demain, la balance devrait encore plus pencher en faveur de la province.