1. Accueil

  2. Comment déclarer ses cryptomonnaies en 2021 ?

Impôts29 mars 2021

Comment déclarer ses cryptomonnaies en 2021 ?

déclarer ses cryptomonnaies

Avec l’essor du Bitcoin et l’intérêt grandissant des Français pour les cryptomonnaies en tout genre, l’administration fiscale se devait de clarifier les choses quant à l’imposition des monnaies virtuelles. Considérées comme des actifs numériques, les cryptomonnaies doivent-elles faire l’objet d’une déclaration ? Quid des plus-values réalisées ? On vous explique pourquoi et comment déclarer ses cryptomonnaies pour la déclaration de revenus 2021 !

Que doit-on déclarer à l’administration fiscale ?

Depuis le 1er janvier 2019, les cryptomonnaies entrent dans la catégorie financière des actifs numériques. Pour autant, a-t-on l’obligation de déclarer que l’on possède tels ou tels tokens (jetons) de cryptomonnaie ? La réponse est non. Ce qui intéresse l’administration, ce n’est pas tant le nombre de cryptoactifs qui vous avez en votre possession, mais plutôt les plus-values réalisées dans le cadre de vos investissements.

Autrement dit, le simple fait de posséder du Bitcoin, de l’Ethereum ou tout autre cryptomonnaie ne vous rend pas pour autant imposable sur ce fait.

Pour rentrer dans les détails, les gains réalisés (lorsque vous revendez une cryptomonnaie à un prix supérieur à son prix d’achat) sont à déclarer, et sont donc imposables. Mais seulement à une condition : il faut que la plus-value ait été réalisée en devise nationale. C’est-à-dire si vous avez revendu une cryptomonnaie pour percevoir un montant en euros, en dollars, etc. Et non pas contre d’autres cryptomonnaies par exemple. Ainsi, il sera nécessaire de déclarer :

  • L’ensemble des conversions réalisées au cours de l’année précédente (année d’imposition, donc),
  • La différence totale entre toutes les opérations réalisées (positive ou négative).

⇒ Lire aussi : Première vente aux enchères de Bitcoins en France !

Comment déclarer ses cryptomonnaies ?

L’habituelle déclaration de revenus que vous effectuez tous les ans vous demandera un peu plus de temps si vous détenez des cryptoactifs et que vous en avez tiré des plus-values. Nouvelles venues sur le formulaire Cerfa n°2042, les cases 3AN et 3BN intitulées « plus ou moins-values sur actifs numériques » attirent désormais votre attention. Sur ces cases, il vous faudra donc indiquer le montant de la plus-value ou de la perte réalisée.

Mais ce n’est pas tout. Il vous faudra en effet communiquer à l’administration fiscale toutes les opérations réalisées en cours d’année, c’est-à-dire tous vos achats et vos ventes de cryptomonnaies sur le formulaire annexe n°2086.

Enfin, si vous avez ouvert des comptes à l’étranger pour effectuer du trading de cryptomonnaies, par exemple Coinbase ou Bitstamp, il faudra les déclarer sur le formulaire Cerfa n°3616-bis.

⇒ Lire aussi : Mastercard fait un pas vers la cryptomonnaie

Quelle est l’imposition sur les plus-values ?

Décidément, beaucoup de nouveautés ont été mises en place depuis le 1er janvier 2019. Outre la classification des actifs numérique, un nouveau forfait d’imposition a également vu le jour : le Prélèvement Forfaitaire Unique (PFU), aussi appelé flat tax. Il concerne aussi bien les dividendes versés par des entreprises à ses actionnaires que les gains réalisés via la vente de cryptoactifs.

Vous l’aurez compris, c’est cette flat tax qui va s’appliquer aux plus-values des cryptomonnaies. Mais à quel niveau ?

Le PFU est un impôt qui s’élève à 30 % du montant du gain perçu. Il est composé à 12,8 % d’impôt sur le revenu (hors barème progressif) et à 17,2 % de prélèvements sociaux obligatoires.

Pour autant, deux possibilités permettent d’être exonéré de cette flat tax :

  • Si la plus-value globale sur l’année n’excède pas 305 €, vous n’êtes pas imposé.
  • Si vous avez vendus vos cryptoactifs contre d’autres cryptoactifs, vous n’êtes pas non plus imposé.
Bon à savoir : les contribuables n’ont pas la possibilité de choisir entre le PFU et le barème progressif de l’impôt sur le revenu + prélèvements sociaux en matière de cryptomonnaies, contrairement aux dividendes par exemple.

Enfin, si vous conservez des cryptomonnaies dans un hardware wallet (portefeuille sécurisé physique), vous n’aurez pas besoin de les déclarer à l’administration fiscale, à condition de n’en avoir vendu aucun en cours d’année.