1. Blog

  2. L’année du changement : les nouveautés de 2021

ActualitésImpôts4 Janvier 2021

L’année du changement : les nouveautés de 2021

L'année du changement : les nouveautés de 2021

Bonne année 2021 ! Du moins, c’est ce que l’on espère tous. Alors que 2020 est dernière nous, nous pouvons regarder sereinement ce qui nous attend pour cette nouvelle année. Et croyez-nous, il y en aura des nouveautés !  C’est l’année du changement. Janvier 2021 commence sur les chapeaux de roues : taxe d’habitation, niche Pinel, ou encore barème du bonus-malus automobile. À vos notes, l’année 2021 sera chargée.

L’année du changement : vers une suppression totale de la taxe d’habitation

Vous le savez tous, la taxe d’habitation est vouée à disparaître, mais au 1er janvier 2021, où en sommes-nous ? Elle appartient déjà au passé pour 80 % des ménages français. Dès cette année, les 20 % des foyers les plus aisés vont à leur tour connaître les joies de cette mesure phare du quinquennat Macron. 

Dans un premier temps ils verront leur facture baisser de 30 % puis verront cette taxe disparaître complètement en 2023.

Alors que la crise du Covid-19 nous faisait craindre le pire, la promesse de campagne d’Emmanuel Macron devient enfin une réalité pour tous.

Un soulagement quand on sait que cette mesure représente : 

  • Un coût annuel de 2,4 milliards d’euros sur la période 2021-2023.
  • Un manque à gagner de 17,4 milliards d’euros pour les finances publiques.

Bonus : Les particuliers mensualisés pourront bénéficier de la mesure dès janvier, à condition d’avoir fait la démarche en ligne avant le 15 décembre. 

Attention : la redevance TV a été maintenue malgré les nombreux appels à une réforme de ce prélèvement.

La niche Pinel est prolongée

Le Pinel est mort, longue vie au Pinel. On s’attendait tous à ce que le dispositif Pinel s’éteigne en 2021. Ce ne sera peut-être pas le cas. 

Petit rappel : le Pinel est une réduction d’impôt sur le revenu en faveur de l’investissement résidentiel locatif. Il coûte près de 1 milliard à l’État pour 200 000 bénéficiaires.

Ce dispositif sera prolongé, mais devrait ensuite baisser progressivement en 2023 et 2024. 

Ainsi, le gouvernement se donne le temps d’organiser la « transition vers un dispositif plus efficient ». 

L’objectif : remettre au Parlement, avant le 30 mars prochain, un rapport présentant des « dispositifs alternatifs plus efficients et économes en deniers publics, impliquant notamment une intervention accrue des investisseurs institutionnels ».

Pour l’heure, le mécanisme est « maintenu inchangé jusqu’en 2024 pour les logements situés dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville ou qui satisfont des normes environnementales exemplaires ».

⇒ Lire aussi : Comment faire des économies : énergie, impôts, crédits ?

Le Malus Auto est boosté par l’année du changement

L’année du changement ne s’arrête pas là, attendez-vous en janvier 2021 à un durcissement du barème du bonus/malus sur les émissions de CO2. Un durcissement, certes, mais moins sévère que prévu. 

  • En 2020 : le barème s’applique à l’achat de tout véhicule émettant plus de 138 grammes de CO2 au kilomètre. 
  • En 2021 : le malus s’appliquera aux véhicules émettant plus de 133 grammes.

Autre changement : la révision du plafond, qui correspond à la somme maximale payée par les voitures les plus polluantes. Il passera ainsi de 20 000 euros l’année dernière à 30 000 euros cette année. 

Enfin, l’instauration d’un malus automobile lié au poids du véhicule (au-delà de 1.800 kilos) avait longuement été évoquée, provoquant de vifs débats. Cette mesure a finalement été examinée et validée par le Conseil constitutionnel, mais devra attendre 2022.

Investissement dans les PME et l’audiovisuel en première ligne

Qui a dit que le Pinel serait le seul à être prolongé ? Pas nous en tout cas. En effet, le « dispositif Madelin » a été prolongé d’un an, jusqu’à décembre 2021. 

Résultat : les contribuables qui souscrivent au capital d’une PME continueront de bénéficier d’une réduction d’impôt sur le revenu représentant 25 % de leur investissement, contre 18 % auparavant. 

Une mesure qui permettra de soutenir les levées de fonds des PME. Du moins, c’est ce que le gouvernement espère. 

Dans le même temps, la réduction d’impôt au titre de l’investissement dans une Sofica (sociétés de financement de l’industrie cinématographique et audiovisuelle) a également été prolongée jusqu’en 2023. Une excellente nouvelle pour ce dispositif fiscal créé en 1985. De plus, son périmètre géographique a été élargi.

Un soutien indéniable pour le secteur culturel qui devait toucher fin en 2020.