1. Accueil

  2. Crédit immobilier : hausse du nombre de prêts refusés

Actualités24 Novembre 2020

Crédit immobilier : hausse du nombre de prêts refusés

credit immobilier prets refuses

Avec le reconfinement, les banques ont diminué les taux des crédits immobiliers proposés aux contribuables. En moyenne, les taux d’intérêt sont actuellement à 1,1 % pour un prêt de 15 ans et 1,5 % sur une durée de 25 ans. Si cette nouvelle devrait être une aubaine pour les emprunteurs, une vague de refus de prêts se fait pourtant remarquer dernièrement. À quoi est dû cet important nombre de crédits refusés ?

Demandes de prêts refusés : comment s’explique la hausse ?

Des conditions d’obtention de crédit plus strictes

Quelle est la raison majeure de cette vague de refus de crédits ? L’explication est simple : les banques sont devenues plus sélectives avec les contribuables soumettant des demandes de prêt. Cela s’explique par le fait que le Haut conseil de stabilité financière (HCSF) a émis en fin d’année dernière une liste de recommandations visant à diminuer le nombre de crédits immobiliers accordés aux foyers :

  • la durée des prêts immobiliers ne peut désormais plus excéder les 25 ans ;
  • les mensualités de remboursement ne doivent pas excéder 33 % des ressources totales de l’emprunteur ;
  • 10 % d’apport minimum sont exigées pour obtenir un accord à la demande de crédit immobilier.

Quelles sont les conséquences ?

Un accès à la propriété rendu plus difficile

En raison de ce grand nombre de refus, bon nombre de contribuables doivent mettre de côté leurs projets d’achat d’un bien immobilier. En raison du durcissement des règles d’accord de prêt, les dossiers de demande d’emprunt laissés sur le carreau se multiplient.

Une partie des investisseurs ont, en effet, du mal à remplir tous les nouveaux critères exigés par les banques, notamment quant au pourcentage des ressources dédié au remboursement des mensualités. Les emprunteurs endettés n’ont que peu de chances de voir leur crédit immobilier accepté.

→ Lire également : Comment faire des économies ?

Combien de prêts refusés par les banques ?

Le nombre de dossiers ayant essuyé un refus des banques en septembre et octobre 2020 a atteint des records. On compte 15 % de demandes de prêts immobiliers n’ayant pas aboutis pendant cette période, contre seulement 5,5 % au cours de l’année 2019 ! Sur l’année 2020, le taux de refus est de 11,5 %.

Quels contribuables sont les plus affectés par les refus de prêts ?

Sans surprise, ce sont principalement les travailleurs exerçant une activité dans l’un des domaines les plus affectés par la crise sanitaire qui sont lésés par la nouvelle règlementation liée aux crédits immobiliers.

En effet, les Français travaillant dans les secteurs de la culture, de l’aéronautique, du tourisme ou encore de l’hôtellerie ont vu leurs ressources baisser à cause du coronavirus. En raison de ce changement de revenus, mais également à cause de l’instabilité des secteurs d’activité concernés, les banques ont tendance à refuser les dossiers de demandes de prêts de ces contribuables.

Autres ménages désavantagés dans le cadre d’une demande de crédit immobilier : ceux souhaitant acquérir une nouvelle résidence principale. Le taux d’endettement du foyer peut effectivement être un frein aux yeux des banques.

Enfin, les jeunes actifs sont eux aussi pénalisés par les nouvelles restrictions liées aux prêts immobiliers. La condition qui leur fait défaut est celle stipulant qu’un apport personnel d’au moins 10 % est indispensable. Cet apport sert entre autres à couvrir les frais de notaire ainsi que les frais d’agence, mais lorsqu’on débute dans la vie active il peut se révéler difficile d’avoir les économies nécessaires à un tel projet !