1. Blog

  2. 1er octobre 2020 : quels changements pour les Français ?

Actualités2 Octobre 2020

1er octobre 2020 : quels changements pour les Français ?

changements 1er octobre 2020

Chaque premier du mois, les ménages français voient s’opérer quelques changements, notamment dans le domaine des finances. Tacotax fait le point avec vous sur les changements du 1er octobre.

Économie sociale et solidaire : faites un don depuis votre livret d’épargne

Grâce à un décret datant du 30 mai dernier, il est désormais possible de faire un don à l’un des acteurs de l’économie sociale et solidaire (ESS) via votre livret de développement durable et solidaire (LDDS). Le LDDS est un livret d’épargne dont les conditions sont assez similaires à celles du livret A. Il s’agit d’un livret plafonné, son taux est de 0,50 % et il est accessible à tous.

Les organismes de l’ESS auxquels vous pouvez faire une donation depuis votre livret d’épargne sont des associations, des coopératives, des mutuelles ou encore des fondations. Parmi les principaux acteurs de l’ESS on retrouve :

  • Le Conseil national des chambres régionales de l’économie sociale (CNCRES),
  • Le Mouvement des entrepreneurs sociaux (Mouves),
  • Le Mouvement pour l’économie solidaire (MES).

Rénovation thermique : une nouvelle version de MaPrimeRenov

Vous voulez rénover votre logement pour améliorer ses performances thermiques ? Sachez que grâce à MaPrimeRénov, vous pouvez bénéficier d’une aide financière afin de réaliser des travaux de rénovation. Cette aide existe depuis le 1er janvier 2020 en remplacement du crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) et des aides versées par l’agence nationale de l’habitat (Anah).

La ministre du Logement, Emmanuel Wargon, a précisé qu’à partir du 1er janvier 2021 l’aide MaPrimeRénov permettrait aux ménages français les plus modestes de bénéficier d’une prise en charge à 90 % de leurs travaux. Pour les foyers plus aisés, l’aide s’élèvera à 75 %, 60 % et 40 % du coût total de la rénovation thermique.

Cette nouveauté concerne tous les devis signés à partir du 1er octobre. Pour plus d’informations sur le dispositif MaPrimeRénov, rendez-vous sur le site du gouvernement.

Proches aidants : congés indemnisés

Tous les salariés français ayant le statut de proche aidant, c’est-à-dire assistant un membre de sa famille, ont désormais droit à un congé indemnisé. Ce congé rémunéré peut durer jusqu’à trois mois renouvelables et s’étaler sur un an de la carrière totale du salarié.

L’allocation journalière du proche aidant, ou AJPA, est de 52,08 € pour un salarié célibataire et de 43,83 € pour un aidant en couple. Ce montant est versé par la Mutualité sociale agricole (MSA) ou bien par les Caisses d’allocations familiales (CAF).

Chômage partiel : prolongation du dispositif d’aide

Le 30 septembre, Élisabeth Borne la ministre du Travail a annoncé que le chômage partiel serait maintenu à 100 % dans les secteurs protégés comme le tourisme, l’hôtellerie, l’événementiel et la culture. Il sera prolongé jusqu’à la fin de l’année pour ces entreprises qui ont été particulièrement touchées par la crise sanitaire actuelle.

Abonnement au gaz : augmentation du tarif réglementé

Dès aujourd’hui, le tarif réglementé de vente du gaz proposé par le fournisseur Engie va fortement augmenter. Après une hausse de 0,56 % en septembre, l’augmentation du prix du TRV est de 4,7 % ce mois-ci. La commission de régulation de l’énergie (CRE) a indiqué que l’évolution du tarif en octobre serait de :

  • + 1,2 % pour le tarif de cuisson,
  • + 2,6 % pour le tarif de cuisson et d’eau chaude,
  • + 4,9 % pour le tarif de chauffage.

Secteur de la santé : place à la loi anti-cadeaux

Suite à un décret du 15 juin 2020, le secteur médical met en place la loi anti-cadeaux. Il s’agit d’une décision visant à lutter contre certaines pratiques corruptives de commerçants et de fabricants de produits de santé. En effet, certains fabricants tentent de fidéliser les abonnés en leur offrant des avantages attractifs comme des produits gratuits, des voyages, des bijoux…

Les sanctions prévues par la loi anti-bijoux sont lourdes pour les industriels : ils encourent deux ans d’emprisonnement et 75 000 € d’amende. Les professionnels de santé acceptant ces cadeaux risquent quant à eux une interdiction d’exercer de dix ans.