Le blog de Tacotax

Prenez les meilleures décisions pour votre argent

6 Mai 2020

Précarité énergétique : adoptez les bons gestes pendant le confinement

La précarité énergétique progresse en France et dans le monde. En 2019, l’ONPE (Observatoire National de la Précarité Énergétique) estime que 12,4% des Français en souffrent, un chiffre en très légère hausse par rapport à 2018 (12%). La précarité énergétique touche en moyenne les ménages les plus modestes et aboutit à des situations de grave inconfort. En effet 15% des Français confirment avoir souffert du froid durant plus de 24 heures d’affilé en 2018.

Simulez vos économies d’impôts. Gratuit.Simulation gratuite

Article écrit en partenariat avec prix-pose.com, expert en devis de réalisation de travaux.

La précarité énergétique : un réel problème

On évoque la précarité énergétique comme s’il ne s’agissait que d’un problème concernant des pays en voie de développement, pourtant il s’agit d’une situation qui concerne de nombreux Français. On estime en effet que cette difficulté touche environ 6,8 millions de Français.

Les effets de la précarité énergétique se traduisent par :

  • une augmentation de la proportion des énergies dans le budget des foyers,
  • une limitation volontaire. du chauffage et de l’utilisation de l’électricité,
  • une impossibilité de chauffer correctement,
  • et enfin, par des actions prises par les fournisseurs d’énergie (réduction de puissance, résiliation) suite à des impayés.

Ces effets parfois très difficiles à vivre concernent environ 572 440 ménages selon l’ONPE.

Peut-on lutter contre la précarité énergétique ?

Pour autant, la précarité énergétique n’est pas une fatalité, même si elle nécessite une grande discipline et des efforts qu’il est parfois très difficile d’accepter. Pour 40% des Français souffrant du froid, le problème provient d’une isolation défectueuse, ancienne ou absente. Une situation qui nécessite de réaliser une nouvelle isolation, et donc de fournir un effort financier important.

Pour d’autres ménages, les problèmes sont moins graves et nécessitent simplement l’adoption de bons gestes, qui permettent de réaliser des économies et d’investir dans de petites réparations progressivement.

Dans tous les cas, il existe des aides pour faciliter ces efforts et porter un
logement hors de la précarité énergétique.

Quelques bons gestes pour réduire votre facture d’énergie

Voici nos suggestions pour améliorer votre confort énergétique et adoucir une situation le temps de retrouver une aisance énergétique normale. Certaines solutions ne s’adapteront peut-être pas à votre configuration, mais vous pouvez vous en inspirer pour créer vos propres réponses.

Effectuer des rénovations

Les rénovations sont la solution la plus efficace pour lutter contre la précarité
énergétique. En effet, seule la réparation de points techniques défectueux ou
peu performants peut apporter une réponse définitive.

Les travaux les plus efficaces sont en général :

  • l’isolation des combles.
  • l’isolation des parois opaques (murs).
  • le système de chauffage.
  • les fenêtres.
  • la VMC.
  • l’installation électrique.
  • le chauffe-eau.

Ces travaux sont de véritables investissements qui demandent dans de nombreux cas de gros sacrifices financiers, mais qui sont très rapidement rentables et allègent la facture énergétique.

Vous trouverez de nombreuses indications en ligne pour configurer vos travaux, comme ce site qui vous informe sur le coût des travaux de maison.

Faire jouer les subventions

Rassurez-vous, car si vous n’avez pas de budget rénovation élevé, vous pouvez bénéficier d’aides des pouvoirs publics pour réduire le coût de vos travaux. De nombreux dispositifs sont mis en place pour favoriser la transition énergétique et répondre au problème de la précarité énergétique.

Voici quelques-unes des solutions disponibles :

  • Les aides de l’ANAH.
  • Le dispositif CEE.
  • La TVA à taux réduit.
  • Le crédit d’impôt.
  • La Prime Énergie.

Vous pouvez même vous rendre sur le site de Faire.fr ou dans une annexe de
l’ADIL pour monter un dossier avec l’aide de conseillers spécialisé.

Utiliser l’électroménager à bon escient

L’électroménager consomme de l’électricité et vos habitudes ont un impact sur la facture qui s’y rattache. Pour réduire votre consommation et bénéficier d’une facture moins lourde, vous pouvez prendre certaines précautions :

  • Éteindre de lumières inutilement allumées.
  • Ne pas vous servir de la TV comme fond sonore.
  • Ne pas laisser le lave-vaisselle fonctionner pour peu de couverts.
  • Veillez à toujours bien remplir votre lave-linge.
  • Ne pas laisser le congélateur ouvert inutilement.

Ces petites astuces représentent de très petites sommes, qui, mises, bout à
bout peuvent former des montants importants ramenés à l’année.

Entretenir son électroménager

L’électroménager, comme tout appareil mécanique nécessite un entretien régulier, que vous pouvez réaliser sans pour autant faire appel à un réparateur. D’ailleurs cet entretien permet de réduire la consommation énergétique de votre parc électroménager, tout en augmentant sa durée de vie.

  • Nettoyez le filtre du lave-vaisselle.
  • Dégivrez le congélateur.
  • Nettoyez le filtre du lave-linge.
  • Dégivrez le réfrigérateur.
  • Purgez les radiateurs.
  • Détartrez le chauffe-eau, les mousseurs des robinets et le lave-linge.

Bien souvent, ces petites astuces vous permettront également d’économiser
de l’eau et de bénéficier d’un fonctionnement plus performant.

Entretenir son moyen de chauffage

Votre chauffage nécessite un entretien régulier pour fonctionner correctement. Pour certains appareils cet entretien est obligatoire, tandis que pour d’autres il est facultatif. Dans tous les cas, faites réaliser l’entretien régulièrement, car même s’il n’engage pas la sécurité de l’équipement, il permet d’optimiser les performances. Sur le long terme, ces petites optimisations permettent de réduire la facture énergétique et, par ailleurs, elles évitent les pannes graves, sources de lourdes dépenses.

Ne pas surchauffer

Changer ses habitudes est une étape difficile, mais elle peut porter ses fruits très rapidement. D’autre part, changer ses habitudes volontairement est beaucoup plus facile à supporter que lorsque c’est imposé par des motifs économiques, ou techniques.

Apprenez à réguler votre température en fonction des pièces, en suivant les
recommandations de l’ADEME :

  • 19°C pour le salon, la salle à manger et la cuisine.
  • 16°C pour la chambre.
  • De 18°C à 20°C pour la chambre de bébé.
  • De 21°C à 22°C pour la salle de bain.
  • 17°C pour les couloirs et toilettes.
  • De 12°C à 14°C pour une absence supérieure à 24h.

Pour vous aider, vous pouvez investir dans des thermostats connectés qui peuvent être finement configurés pour maximiser vos économies.

Privilégier les LED

Enfin, si ce n’est pas encore fait, pensez à changer toutes vos anciennes ampoules pour des modèles LED, qui sont beaucoup moins énergivores. Selon vos revenus vous pouvez même bénéficier d’un paquet d’ampoules LED gratuites proposées par les pouvoirs publics.