1. Accueil

  2. Résidence secondaire : quels impôts devrez-vous payer ?

Impôts22 février 2018

Résidence secondaire : quels impôts devrez-vous payer ?

Une maison secondaire vous contraint à régler certains impôts

Vous avez économisé de l’argent et souhaitez l’investir ? L’achat d’une résidence secondaire peut donc vous tenter. Une villa au bord de l’eau, un chalet à la montagne, ou encore, une cabane dans la forêt sont autant de possibilités qui en feraient rêver plus d’un. Mais attention, qui dit résidence secondaire dit…impôts ! Et oui, si vous investissez dans ce type de bien, il faudra vous acquitter de certaines taxes. Quelles sont ces taxes ? Est-ce que ça ne va pas vous revenir (trop) cher ? TacoTax vous explique…

Qu’est-ce qui définit une “résidence secondaire” ?

Une résidence secondaire est une résidence qu’un ménage occupe occasionnellement. Elle est généralement occupée pendant les vacances ou les week-ends, contrairement à la résidence principale, qui, elle, est occupée le reste de l’année. L’Etat considère  comme résidence secondaire une résidence qui est occupée moins de huit mois par an.

Taxe d’habitation et résidence secondaire : que dit la loi ?

Eh oui, malheureusement vous êtes bien soumis à la taxe d’habitation pour votre résidence secondaire. Encore pire, cette taxe subit une majoration. Depuis 2015, certaines communes ont le droit de surtaxer les logements ne constituant pas des résidences principales. Cette surtaxation, peut, depuis 2017, aller jusqu’à 60%, contre 20% initialement en 2015. Les communes où le marché locatif est jugé « tendu » sont autorisées à majorer la taxe d’habitation. L’objectif de cette mesure est de dissuader les particuliers de posséder des résidences secondaires dans les zones de tension. Il s’agit des zones où il y a une « pénurie » de logements. Cette mesure devrait pousser certains particuliers à vendre leurs biens secondaires et donc, à relancer l’offre de logement à la vente et à la location. Parmi les villes concernées, on compte notamment Paris ou Nice, où les mairies appliquent déjà les 60%. Evitez donc d’acheter dans ces coins-là !

Des aides financières pour l’acquisition d’une résidence secondaire ?

L’acquisition d’une résidence secondaire se fait de la même manière que celle d’une résidence principale. Par contre, aucune aide financière n’est prévue pour les acquéreurs, contrairement à un achat dans le cadre de la loi Pinel par exemple, où vous bénéficiez de réductions d’impôts. Vous ne pourrez donc pas bénéficier d’un crédit d’impôt, d’un prêt avantageux ou du plan épargne logement.

Vous réalisez une plus-value sur un logement secondaire : y a-t-il des taxes à payer ?

Si vous revendez un bien plus cher que vous ne l’avez acheté, on dira que vous réalisez une plus-value. La plus-value correspondra alors à la différence entre le prix de revente et le prix d’acquisition.

L’impôt sur la plus-value d’une résidence secondaire est alors à payer. Le taux de cet impôt est de 19%. L’administration fiscale applique des abattements. Ils varient en fonction de la durée pendant laquelle vous avez possédé le bien.

Durée de possessionTaux d’abattement
Moins de 6 ansPas d’abattement
De 6 à 21 ans6 %
De 21 à 22 ans4%
Au-delà de 22 ans100%

Concernant les prélèvements sociaux, vous y êtes également soumis. L’état applique des abattements en fonction de la durée de détention.

Durée de possessionTaux d’abattement
Moins de 6 ansPas d’abattement
De 6 à 21 ans1.65%
De 21 à 22 ans1.60%
De 22 à 30 ans9%
Plus de 30 ans100%

Bonne nouvelle ! Pour les zones tendues, à savoir les zones A et A bis, un abattement exceptionnel de 70% s’applique, dans le but d’encourager la « remise » des logements sur le marché.

Une déduction possible lorsqu’on dispose d’une résidence secondaire

Lorsque vous effectuez des travaux de rénovation dans votre maison secondaire, vous pouvez les déduire du montant total de la vente et donc, du montant de la plus-value. Vous calculerez alors l’impôt à payer après cette déduction en lui appliquant les abattements mentionnés plus haut. Les justificatifs des dépenses doivent être fournis en guise de preuves pour que le calcul soit fait en montants réels. Sinon, vous pouvez opter pour une déduction forfaitaire de 15% du prix d’acquisition du bien.

Au final, disposer d’une résidence de vacances peut vous coûter plutôt cher. Avant d’effectuer un tel achat, faites donc en sorte, de bien étudier la question. Informez-vous sur la zone dans laquelle le bien se trouve, ainsi, vous pourrez connaitre le niveau de taxation auquel vous vous exposez. Sinon, TacoTax est là pour vous aider à réduire vos impôts. N’hésitez pas à vous rendre sur notre site internet !